Le capitalisme financier a déclaré la guerre à l’humanité

Le capitalisme financier nous mène droit dans le mur.
Il a déclaré la guerre à l’humanité !
Nécessaire convergence du refus.

Par eva R-sistons

La machine infernale se nourrit d’elle-même : Les travailleurs ont perdu, le capital l’a emporté, démultipliant les prédations, dévastant tout sur son passage : Nations, Etats-Providence, départements, villages, champs, rivières, mers, services publics, protections sociales ou du travail, emplois, libertés... tout doit sauter devant le rouleau-compresseur de la mondialisation folle. Rien ne résiste à l’emballement monstrueux activé par l’avidité de quelques-uns, jamais repus, et pour satisfaire l’Ogre libéral, les peuples doivent être sacrifiés, aussi bien les anciens promis à l’euthanasie que les jeunes condamnés à l’inactivité forcée, à la désespérance et à la révolte.

Pour contenir la colère qui enfle, ce qui reste de l’Etat consolide les secteurs répressifs et sécuritaires. L’Ordre doit régner, oppressif, mortifère !

Jamais la cupidité n’a atteint de tels sommets. Indifférent à la souffrance des peuples, le Marché, cet agrégat d’actionnaires spéculant sur tout (même sur les matières premières vitales, même sur la faillite des pays) continue sa course folle. La dette s’amplifie, au point de ne plus être remboursable ; les Etats privés de leur autonomie poursuivent leur fuite en avant, sous le commandement des Chefs d’orchestre "modernes", à Bruxelles, à la City, à Wall-Street, au sein des Agences de notation, au FMI, à la BM... et les peuples sont sacrifiés à la boulimie sans fin des monstres qui imposent leur loi - une loi dictée par la soif du profit immédiat, du court-terme, quitte à hypothéquer l’avenir des générations futures, l’avenir de toute l’humanité. Pure folie !

Qui arrêtera cette course vers le chaos et l’apocalypse planétaire ?

Le processus est maintenant bien rôdé, le cycle infernal est lancé. Un pays est désigné : Soit pour l’asservir, le dompter après l’avoir déstabilisé ou démembré - comme la Syrie ou la Libye, après la Côte d’Ivoire. Soit pour l’asphyxier et le dévorer, comme la Grèce et bientôt la plupart des Etats européens. Pour ces derniers, le Maître - l’Agence de Notation - désigne la prochaine victime. Car ce qui reste des Etats est, aujourd’hui, noté. Une fois mal noté, le pays entame la chute mortelle : Dette, surendettement, austérité, privatisation de tout ce qui peut l’être - entreprises publiques, secteurs stratégiques, infrastructures, terres, monuments, îles, tout y passe, même des patrimoines millénaires : La bête a faim, elle n’est jamais rassasiée ! Quand tout aura été dévoré, quand, aussi, les derniers travailleurs auront été laminés, pressurés, robotisés, délocalisés, dégraissés... et qu’il n’y aura plus de profits à faire, il en restera un : La guerre. Soi-disant afin de prévenir une menace (imaginaire, comme en Iran, en Libye, etc), ou pour protéger les populations (guerres pseudo-humanitaires), en tous cas planétaire, totale, nucléaire. Le stade suprême de la démence sera atteint : L’humanité s’auto-détruira pour la satisfaction de quelques vieillards séniles, Rois, Pape, magnats de l’industrie, gourous de la Finance - comme les Rockefeller ou les Rothschild.

La guerre mondiale a commencé : D’abord en Tunisie et en Egypte, où finalement les citoyens se sont battus pour des maîtres différents, non plus soumis à leurs appétits personnels, mais à l’Occident ; puis en Côte d’Ivoire, où un potentat local mais aimant son pays a fait place à une marionnette internationale, aux ordres du Cartel bancaire ; ensuite en Libye, où la bataille fait rage pour déloger le dirigeant indépendant, rebelle, aimé de son peuple - et la livrer, avec ses ressources, à la Finance apatride. Peu à peu, tous les Etats qui ne sont pas encore sous la férule de l’Oligarchie anglo-saxonne, sont déstabilisés, fractionnés (c’est la technique éprouvée du "diviser pour régner", via tribus, ethnies, confessions différentes... ), soumis, ou agressés et bombardés, jusqu’à obédience complète, alignement total au Modèle unique, ultra-libéral, militaro-financier, imposé par la Mafia du Bilderberg.

On commence par les maillons les plus faibles, la Syrie plutôt que l’Iran, l’Afghanistan plutôt que la Russie... et on termine avec le plus gros morceau, chinois. Tant pis si l’argent manque : Il y en a toujours pour les croisades impériales hégémoniques ! Sarkozy a pris la succession de Bush, il mène la danse macabre. La France est abusée ! Et les peuples, broyés. Tout doit plier, le Nouvel Ordre Mondial a placé ses pions à peu près partout, les derniers réfractaires doivent s’aligner. Ou périr !

Ce qui restera de l’humanité devra alors se soumettre à la tyrannie planétaire du Cartel bancaire, génocidaire, liberticide et esclavagiste. Ou se démettre. Elle acceptera le faux salut proposé, la domination du NOM plaidée par tous les Attali. Pucé, lobotisé, robotisé, conditionné, soumis, le survivant évoluera dans un monde différent de celui qu’il a connu. Mâmon, Satan, Mars (Dieu de la guerre), présideront aux destinées humaines. La barbarie aura définitivement supplanté la civilisation.

Ainsi, des deux côtés les peuples sont acculés : Par la finance, via les crises provoquées pour s’emparer des richesses des nations et les asphyxier ; par le militaire, ensuite, afin de dompter les récalcitrants comme Kadhafi et ses projets de libération - monétaire, économique, politique - de l’Afrique, ou, plus tard, Chavez, animé des mêmes intentions avec l’Alba, le renouveau bolivarien. Et pour parachever le tout, des pandémies artificielles frappent régulièrement tout ce qui vit : Hommes, femmes, enfants, animaux... jusqu’à ce qu’ils soient décimés (vache folle etc), ou, à terme, fragilisés et stérilisés. Dépopulation garantie, et profits substantiels assurés pour le Cartel pharmaceutique ! Même la nature est méthodiquement souillée, avilie, détruite : Via la folie nucléaire, chimique.. ou l’appât du gain.

Concrètement, notre préoccupation va, aujourd’hui, à la dette : Aura-t-elle raison de nos emplois, de nos protections sociales, de nos économies, de nos modes de vie ? Car la dette n’atteint pas seulement les ménages, confrontés au délire consumériste, mais aussi les Etats et, ironie suprême, même les Institutions financières ! Et cette dette se nourrit d’elle-même, elle s’allonge sans fin, jusqu’au Krach inévitable, sans commune mesure avec ceux de nos aïeux. Et aucun dirigeant n’arrête la machine infernale ! Au contraire, l’Occident aveugle et sourd à la raison s’acharne à entretenir tous les maux qu’il a engendrés, et il poursuit indéfiniment sa course vers l’abîme. Jusqu’à l’apocalypse suprême, jusqu’à l’irrémédiable ! Et cela uniquement pour satisfaire la voracité de quelques-uns. Jamais l’humanité n’a perdu autant la raison !

En Angleterre, tandis que le dandy à sa tête gaspille (avec l’Occupant de l’Elysée) les fonds de sa nation en entretenant partout des bourbiers guerriers, les victimes de l’austérité pillent les cavernes d’Ali-Baba. Cameron, comme Obama et Sarkozy, fourbit ses armes, prépare la Loi martiale. Attention ! Les populations ne doivent pas être matées en Syrie, mais elles doivent l’être en Occident.

Les révoltes s’étendront-t-elles ?

De leur côté, les Indignés font tâche d’huile partout. Internet aidant, la contestation du désordre établi, fou, s’étend inexorablement. Même en Israël, le peuple "élu" en a marre !

Une fois de plus, je pose la question : Quand l’Opposition aux plans fous de l’Oligarchie se structurera-t-elle, se concertera-t-elle, pour organiser partout et en même temps la nécessaire résistance à l’intolérable qui conduit le monde à sa perte définitive ? Il n’y va pas seulement de notre quotidien et de l’avenir de nos enfants, mais du devenir même de TOUTE l’humanité !

Il y a urgence ! Tant que la convergence de toutes les luttes, de toutes les résistances, ne sera pas effective, les peuples n’auront aucune chance d’échapper au rouleau compresseur de l’horreur programmée par les tenants du Nouvel Ordre Mondial qui veulent confisquer tout ce qui vit à leur profit exclusif. Sans mesurer les conséquences funestes de leurs actes !


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Bon résumé du moment, moi je parie sur un N-desO-M et une fin en eau de boudin irradié, c est pourtant plus optimiste que le NOM.

  • Il sagit d’une évolution collective : le pot étant devenu trop petit, il faut donc rempoter.
    Des "parasites" squattent la terre nourricière ? un petit (gros ?) traitement en bio et le tour est joué. De plus, ces petits (tous petits) parasites ne sont pas très nombreux finalement.

    Aah bien sûr, si les jardiniers continuent à faire la sieste par ces temps de bonne chaleur, les récoltes certes, en souffriront !

    Au boulot !

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes