Affaire DSK : longtemps on pourra se demander...

Soit. Le viol n’a pu être prouvé.

Mais alors... que l’on nous rappelle dans quelles circonstances un viol peut être prouvé lorsqu’il n’y a pas de témoin.

***

N’est-ce pas Nafissatou Diallo qui a été jugée dans cette affaire, et non DSK dont à aucun moment on n’a, semble-t-il, cherché à sonder la personnalité ; celle d’un homme, futur Président de la République française, qui ne trouve rien de mieux, à l’occasion de ses déplacements, que d’imposer des fellations à des femmes de chambre qu’il voudrait consentantes malgré elles car... il n’est pas nécessaire de faire preuve d’une imagination débordante pour penser qu’elles n’attendent que ça, et plus encore à l’heure du SIDA, même et surtout, celles qui ne demandent qu’une chose : qu’on les laisse faire leur travail de femme de chambre... et certainement pas un travail de domestique corvéable à merci, corps et biens.

Aussi...

Le procureur ayant décidé que rien n’indique qu’il y a eu contrainte, longtemps on pourra se demander quel pouvait bien être l’intérêt pour cette femme de chambre d’accepter une relation avec DSK (1) ; quant à ce dernier, la question ne se pose pas puisque... comme chacun sait : là où il a retenue, il n’y a pas de plaisir !

Si dans les jours et les semaines à venir DSK devait être coupable de quoi que ce soit, ce serait de vouloir poursuivre une carrière politique à quelque niveau que ce soit.

A ce sujet , on ne peut que vivement souhaiter que ceux qui entourent DSK lui recommandent de se faire rare... très très rare, et de garder le silence.

1 - Une relation de 7mns : une fellation non protégée.


"... Je suis furieuse contre une société qui m’a éduquée sans jamais m’apprendre à blesser un homme s’il m’écarte les cuisses de force, alors que cette même société m’a inculquée l’idée que c’était un crime dont je ne devais pas me remettre..." - Virginie Despentes dans son ouvrage "King Kong Théorie"

Certes ! Chez une victime, on n’aime rien tant que son traumatisme tétanisant ; aussi, une victime qui ne perd pas le Nord n’est déjà plus tout à fait une victime mais bien... plus prosaïquement : une calculatrice bientôt détestable.

Nul doute ! A défaut de DSK qui a pu garder le silence tout au long de la procédure, évitant ainsi tous les pièges, les faux pas et les déclarations contradictoires, c’est bien Nafissatou Diallo qui a été jugée... victime irrecevable.

Qu’à cela ne tienne !

Une question demeure : que s’est-il passé dans la suite 2806 ?

Monsieur Strauss-Kahn, c’est quand vous voulez !


 
 
 
Forum lié à cet article

11 commentaires
  • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 28 août 2011 19:37, par augustin

    Virginie Despentes dit : "Je suis furieuse contre une société qui m’a éduquée sans jamais m’apprendre à blesser un homme s’il m’écarte les cuisses de force, alors que cette même société m’a inculquée l’idée que c’était un crime dont je ne devais pas me remettre..."
    Questions à Virginie : Comment ladite société devrait-elle s’y prendre pour apprendre aux femmes à blesser un homme qui leur écarte les cuisses ? Quelle blessure serait idéale et faciile à enseigner ?
    Virginie s’exprime mal : Ladite société n’a rien "inculqué", elle a produit des lois qui disent que le viol est un crime. Elle ne dit pas qu’il est interdit de se relever d’un crime. Certains le peuvent d’autres non. Certains pataugent avec délice dans le malheur.
    Les viols sont nombreux et de tout type. J’ai l’expérience de femmes violant sans rien introduire nulle part. Les professionnels de la psychologie, des médecins et bien d’autres personens encore, le savent aussi. Comment le prouvent-ils en cas de viol par une violeuse ?
    C’est toujours l’histoire du poignard et du poison. Le poignard se voit bien, fait saigner, fait peur. Le poison, surtout quand il est distillé des années durant est invisible mais pas moins efficace et à "l’autopsie" on ne trouve rien. Enfin, il n’y a aucune loi qui apprenne aux victimes à blesser lesdites violeuses et aucune loi pour les punir.
    Natissou n’est certainement pas une sainte, Domi pas davantage et moi non plus, mais j’en ai un peu assez des lamentations. Il y a un mur pour ça.
    Alors allez tous au mur ou prenez-vous en charge.

    • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 29 août 2011 15:58, par Republique et tete nue

      @augustin
      Ce n’est pas une raison pour redéfinir le viol à votre façon.
      Un viol est un viol, point.
      Quand une femme dit non, c’est non, voilà.
      Le viol est un crime, oui !
      Et je suis bien convaincu que la majorité des hommes qui me lit est d’accord.

      Et votre histoire de poignard et de poison ... non mais ...
      Pas de poignard, c’est aussi bien. Et puis, cette idée de représenter l’homme avec le poignard (et oui, c’est franc ... ben voyons) et la femme avec le poison (ben oui, c’est elle la perfide ...) c’est d’un lamentable... Macho réac, oui.

      Enfin nous compatissons de tout notre coeur pour vos expériences malheureuses avec "les femmes" ...

  • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 28 août 2011 19:53, par michelmaugis

    Article nul, foncièrement calomniateur et à charge envers un homme pour lequel une procédure judiciaire a été abandonnée, faute de preuves. Cet homme, en droit, est donc innocent jusqu’à jugement du contraire.

    Il est scandaleux que Oulala.net accepte cette calomnie énoncée affirmativement :

    " qui ne trouve rien de mieux,..que d’ imposer des fellations à des femmes de chambre qu’il voudraient consentantes malgré elles"

    Cet article devrait être immédiatement censuré, pour calomnie outrageante, écrite par une personne qui ne sait répondre à sa propre question, et dont la réponse est assez évidente pour le commun des mortels, même avec une intelligence très moyenne.

    "Longtemps on pourra se demander quel pouvait bien être l’ intérêt pour cette femme de chambre d’ accepter une relation avec DSK"

    L’ auteur démontre sa propre vilenie par sa stupidité feinte.

    Il ne faut pas beaucoup de temps pour comprendre le niveau intellectuel de son auteur, incapable apparemment d’ imaginer par le bon sens ce qui aurait poussé cette femme à faire une proposition malhonnête à DSK.

    La possibilité d’ accuser de viol un VIP et de ramassez un bon paquet de Fric. Pardi !

    On se pose la question : Où va ce site à poster ce genre d’ article de caniveau.

    • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 29 août 2011 16:47, par Libre Plume

      @michelmaugis
      Un article nul ? pas d’accord du tout ! Vous pouvez bien vous agiter en assénant des "que je suis outré" vous n’avez pas tout vu.

      1) L’innocence de DSK n’est pas prouvée, l’habileté de ses avocats à retourner la situation et arriver à faire juger N. Diallo, ça oui, c’est bien prouvé.

      2) La situation de N. Diallo, née dans un pays pauvre, immigration, enfant à charge, travail pénible, parlant mal l’anglais n’a rien arrangé pour elle. Rien ne change. Les situations socio-culturelles des deux parties ne sont pas les mêmes, non ?

      3) Il faudra bien expliquer comment il est possible d’avoir une relation "consentie" (quelle expression débile) en moins de 10mn avec une femme de chambre frappant à une porte dans la journée quand elle fait son travail ! Moins de 10 mn !
      D’où viennent les traces de violence sexuelle sur la femme ?
      Pourquoi présentait-elle les signes traumatiques de la femme violée aux urgences ? les médecins ne seraient-ils pas compétents ? même s’il s’agissait de prostitution comme il a été souvent dit (et ça, c’est à prouver !) la violence serait justifiée ? ah bon ?

      4) DSK est français et je ne suis pas convaincue que le système judiciaire américain l’aura bien servi. Et puis, les Français n’ont pas du tout la même relation décomplexée avec l’argent que les Américains, et cette "débauche" d’argent, de maison louée en plein NY, ces voitures noires avec chauffeur ...pas facile à comprendre

      Quel aurait été le verdict d’un jury populaire en France ? ...

      DSK a été libéré par la justice américaine par manque de preuves. Dont acte, il n’y a pas eu viol. Maintenant, rien n’est expliqué.

      Si les répercutions de cette triste affaire, ne servent qu’à "requalifier" le crime qu’est un "viol" en terme de "relation non consenti" par des avocats brillants (certes !) pour "adoucir" le geste, s’il est nécessaire d’avoir un "témoin" !!!!!! pour prouver le viol, alors là ... c’est à désespérer de la justice.
      Mais, bien sur, DSK n’est pas concerné puisque innocent.

      Franchement, toute cette affaire commence à peser sérieusement. Ras le bol !
      On aimerait bien des leaders politiques dignes. Qu’ils vivent ce qu’ils veulent mais qu’ils soient ... oui.... dignes.

    • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 29 août 2011 20:58, par Serge ULESKI

      Je vous retourne la question : qui êtes-vous pour calomnier Madame Diallo ?

      • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 30 août 2011 02:38, par michelmaugis

        @ Serge ULESKI

        Où avez vous lu que j’ai calomnié Mme Dialo ? Vous êtes très malhonnête.

        Je n’ ai fait que répondre à votre question démagogique pour les débiles.
        Il semble évident pour le commun des mortels, que si DSK avait été consentant c’est qu’ elle avait une idée de l’ accuser de viol et en tirer profit. C’ est vraiment étonnant qu’ une personne supposée intelligente n’ émette pas cette hypothèse parfaitement plausible. Ou plutôt vous l’ aviez en tête et avez cru pouvoir l’ évacuer loin de votre pensée pour mieux "démontrer" un supposé déni de justice.

        Il semble d’ ailleurs que le thème du viol à déjà été utilisé par cette femme, et avec conviction et succès, et sous serment. Dès lors c’est à tort que vous prenez pour calomnie ce que j’ émets comme hypothèse. De plus, vous le faites sur un ton péremptoire sans donner un seul argument. Vous ne pouvez poser une question et accuser de calomnie la personne qui donne une réponse logique et au conditionnel. Le faire montre votre malhonnêteté intellectuelle qui transperce à travers votre article.

        Votre affirmation sur DSK relève d’ un parti pris politique dans un domaine où il faut faire l’ effort de raisonner en droit. Je vous dis tout de suite que je ne suis absolument pas partisan de DSK et encore moins socialiste. Mon dada c’ est la rationalité et le raisonnement juste.

        Après l’abandon des poursuites par le juge, DSK reste, ce qu’ il a toujours été jusqu’ à jugement du contraire, innocent en droit. Dans l’absolu, on en sait absolument rien. À vous entendre toute personne, donc vous et moi, pourrions êtres des pédophiles puisque nous n’avions pas encore passé un jugement nous déclarant non coupables de pédophilie.

        C’ est un fait, que dans votre très grande impartialité, vous éliminez d’ autorité la thèse d’ une affabulation de la part de la présumée victime. Est ce honnête ? Et vous l’éliminez avec des ironies qui démontrent votre intention de jouer sur l’émotif et non sur la raison.

        Le comble de l’inconsistance malhonnête, qui justifie ce qualificatif, est votre question finale, totalement décalée par rapport au corps de votre article.

        Une question demeure : Que s’ est-il passé dans la suite 2806 ?

        Cette question a deux réponses possibles, Un viol ou une simulation de viol.
        Il semble que contre toute logique vous posez une question à laquelle vous avez répondu sans aucune nuance et sans aucun doute.

        • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 31 août 2011 11:29, par Serge ULESKI

          Où ai-je vu...

          Ici... " Il ne faut pas beaucoup de temps pour comprendre le niveau intellectuel de son auteur, incapable apparemment d’ imaginer par le bon sens ce qui aurait poussé cette femme à faire une proposition malhonnête à DSK. La possibilité d’ accuser de viol un VIP et de ramassez un bon paquet de Fric. Pardi !"

          • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 4 septembre 2011 16:33, par michelmaugis

            @ Serge ULESKI.

            Je reconnais vos moyens ! Vous ne pouvez faire une phrase complète démontrant que j’aurais énoncé une calomnie.

            Je ne vois pas celle-ci, mais une réponse à votre propre question, et au conditionnel.

            Vous avez donc reconnu être un calomniateur par le seul fait de ne pas vous défendre autrement qu’en m’accusant faussement de l’être aussi.

    • [b]‹‹ Que vous soyez pauvre ou riche,un jugement de coure vous rendra coupable ou non ››[/b]

      “Et rien n’a changé depuis”

  • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 28 août 2011 23:37, par hestia

    DSK a suffisamment prouvé qu’il n’est qu’un vieux "cochon" et n’a aucun respect pour les femmes. Je regrette cette expression vulgaire, mais il ne mérite vraiment rien d’autre. Quand je lis tous ces gens qui veulent protéger l’honneur d’un homme qui l’a perdu depuis longtemps, je suis écoeurée. Et tous ces socialistes qui se ridiculisent et se décrédibilisent en criant leur joie après sa relaxe.... Tout cela n’est qu’une vaste mascarade... !

  • Affaire DSK : longtemps on pourra se demander... 29 août 2011 05:41, par le journal de personne

    Sans scrupules !

    Dos : Est-ce que tu sais au moins pourquoi on a retenu ta candidature ?
    Face : Parce que j’assure
    Dos : Je ne te parle pas de musique. Je te parle de peinture
    Face : Disons que j’ai le bon profil pour profiler le bon crayon pour tirer des portraits et l’œil pour crever les yeux.
    Dos : De tempérament tu es plutôt flic ou voyou ?
    Face : Il y a en moi un peu des deux : je suppose qu’on m’a engagé parce que je sais faire valoir mon droit à l’impunité... ne pas me faire attraper... ni rattraper... par l’opinion
    _ http://www.lejournaldepersonne.com/2011/08/la-methode-ss/