Ma dernière métamorphose

Avant le mot Fin.

Si tu savais, si tu pouvais ressentir une fois, aussi petite soit-elle, la souffrance de baisser le rideau. Si tu vivais un jour, non, ce serait trop pour toi, une seconde, juste le temps de savoir le noir quand s’éteignent les projecteurs.

Si tu te mettais à ma place, dans ma peau. Connaître la souffrance qui m’habite, traverser l’aride désert qui est le mien. Comprendre, essayer, oser tenter un petit bout de chemin avec moi. Prendre ma place, l’angoisse qui m’étreint la gorge, paralyse mes jambes, serre tous mes sphyncters et me cloue au lit. Si tu pouvais voir la sclérose en plaques au fond des yeux, sa rage dévastatrice qui me ronge trop doucement. Sans espoir de retour.

Mon corps se meurt. D’ailleurs suis-je encore sur terre ? Non. Ton monde n’est plus le mien. Tes plaisirs, tes envies, tes désirs et tes jambes qui te portent vers eux, tes dodos sereins et tes calins, ne font plus partie du mien. Mon corps se ronge et je suis fatigué de survivre. Il est un fardeau, mon bourreau, ma victime, le résultat d’une âme en peine qui à trop chercher en a perdu l’essentiel. Homme, je ne suis plus.

Dans mes pensées tournent et tournent les poches d’urine, le lit médicalisé, la dernière chute. Désormais j’ai une aide de vie qui me donne mon bain. Je vis les volets fermés. Je ne peux plus sortir de mon atelier. Ni m’habiller. Je reçois encore, une serviette sur les cuisses pour cacher ma nudité. Mes mains tremblent. Un jour prochain viendra le tour de mes bras, des trous de mémoire, ils sont déjà là. Mon souffle est court. Je vis couché. Avec la peur de devoir me lever. Devant la télé. Bourré de tranquillisants et d’antalgiques. Et j’ai si froid dedans.

J’avais rêvé d’une autre fin. J’aurais tant aimé ne pas savoir ni quand ni où ! Loupé. Ce sera ici. Seul. Comme Tennessee. Très bientôt et de nuit. Car si je comptais en années, désormais c’est en semaines. De toute façon, chaque jour qui passe est un jour de trop. J’ai abandonné le combat. Je n’ai plus d’espoir. La peur m’a envahi. J’attends la fin avec impatience.

Et voilà de longues minutes que je réfléchis à une belle conclusion. J’ai vu défiler les bons moments, ces cadeaux que j’ai reçus et pas assez appréciés, ce monde que j’ai parcouru. J’ai revu mes 9 vies et pensé à papa qui me disait que je retomberais toujours sur mes pattes. Il avait raison.

Je pense à ceux que j’aime. Je veux qu’ils sachent qu’il n’y avait rien d’autre à faire ! Les protéger à tout prix de la culpabilité que l’on ressent toujours à la mort d’un être aimé, « j’aurais pu, j’aurais du en faire plus ». Je pense au monde qui tournera toujours sans moi. A tous ceux qui ont déjà fait le grand saut. Et me vient un merci la Vie. Genre ainsi soit-il.

Ca y est, j’y suis. L’inconnu m’appelle. Christian Pélier, mention décédé. Il n’y a plus d’abonné.

Et me vient un ultime sursaut de stupide espoir. Oui, je souhaite ne pas avoir écrit le mot Fin.


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Avant le mot Fin. 4 octobre 2011 22:42, par Dominique

    Et puis il y a les fleurs, la mer, le bruit de la rue. Il y a ton quartier, la ville de Marseille et le vieux port. Il y a la TV du voisin qui hurle, la sonnerie du plombier qui vient réparer le chauffeau. Il y a les sourires au tel de ceux qui t’appellent et t’aiment. Ils te disent qu’on reste Homme même dans la souffrance. Il y a ton rire au tel, toutes ces discussions pour refaire le monde, ce temps que tu donnes avec tant de courage.
    Il y a toutes ces petites choses de la vie qu’on t’offre parcequ’on ne peut pas t’offrir une très grande chose qu’on voudrait tant pour toi, ne plus souffrir.

    Il y a surtout toi qui écrit et ça, c’est magnifique.
    Des mots sans tricher, sans tronquer, forts, vrais, poignants, des mots d’un Homme debout dans son âme. Et ça, c’est beau.

    • Avant le mot Fin. 4 octobre 2011 23:08, par Christian Pélier

      Une larme a failli couler. Mais je l’en ai empêchée ! Debout ! Droit dans mes Rangers que tu connais.
      Il y a tout cela Dom, ce monde qui s’agite et que j’observe et que je n’oublie pas. Je suis encore là et je vois la vie. Son essence.
      "Par des chemins difficiles, de la naissance au trou noir de l’oubli, ainsi va la vie" a écrit Michel Fugain. Et Lalanne : "je serai toujours dans ta vie, près de toi, je le promets".
      Merci pour mon âme ! Ton amour l’illumine.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes