Eucharis ou l’eucharistie littéraire de Nathalie Riera(1)…

Tant intense et substantielle est la présence humaine de l’animateur culturel, tant opulemment esthétique est la communication de l’art. CLM

De nombreux sites excellents par leur contenu révolutionnent la chose littéraire en la faisant passer du rectangle de papier livresque à l’écran planétaire du web. J’en ai visités qui sont de purs chefs d’œuvre. Toutefois, avec Les carnets d’Eucharis de Nathalie Riera, cette intellectuelle à la sensibilité à la fois flamboyante et foudroyante, j’ai littérairement eu le coup de foudre.

Nathalie Riera a la grâce d’Artémis, et elle cultive les friches du web souvent agreste, par les richesses réelles de la littérature qu’elle porte au sommet sur le tabulaire virtuel d’internet. Elle dispense une culture abondante dans la lande des Carnets d’Eucharis. Elle anime le multivers de la littérature des genres comme une eucharistie littéraire, comme par liturgie - dans le sens étymologique et hellénique de ce lemme qui réfère au service public en deçà et au-delà du cultuel - avec un tel amour, qu’elle met notre conscience esthétique dans un incontournable figement contemplatif.

Comme Diogène, Nathalie porte elle aussi la lanterne, mais pas pour chercher un humain dans la cité déshumanisée, car sa flamme n’existe que pour féconder par le littéraire et ses plus splendides saillies, l’humanité des lecteurs d’Eucharis…

La promotion de la culture, lorsqu’elle est vraie, minimise les scories du social chez l’individu exposé à la beauté et à l’énergie de l’art. Et, quand il s’agit de vraie littérature, cet art du verbe créatif et recréateur sans être récréatif, c’est l’incitation au dépassement qui se substitue aux appels du dessous et à l’abandon médiocre aux goûts populaciers de la presse people infecte et invasive.

Les Carnets d’Eucharis ont le mérite de nous présenter en fresque harmonieuse, l’ancien et le nouveau, le classique et l’insolite côte à côte sans que l’un n’empiète jamais sur l’autre, sans jamais amalgamer les codes et les valeurs… L’art verbal n’y est pas que rhétorique mais ardeur communicative langagière et métalangagière qui revigore le sens esthétique, berce nos penchants cogitants et logiques.

Tout cela se passe sous le regard virtuel, le doigt agile et adroit de Nathalie Riera dont le sourire à travers l’image cybernétique ne manque pas de réjouir le visiteur, épris de sa puissance rassurante, sa présence conviviale.

Quand je sais combien Nathalie est partout active pour apporter la vitalité du verbe littéraire et philosophique même en prison aux incarcérés ; quand je me rappelle qu’elle anime des ateliers de théâtre avec toute la passion et la rigueur qu’on lui connaît ; quand je constate, pour être moi-même du domaine, les difficultés et ingratitudes de l’animation culturelle, surtout sur l’internet, je dis que Nathalie mérite au décuple notre soutien et admiration…

Les Carnets d’Eucharis, nom de fleur que Nathalie, poétesse de talent, a choisi pour son site internet, convient vraiment à ce coin fleuri du web ! Et, de ma plume amuïe face à cette dame de culture, cette esthète et son engagement esthétique et théorétique sur le web, je ne puis dire autre chose que félicitations !

Continuez Nathalie, longue vie et succès à vous et aux succulents Carnets d’Eucharis…

(1)Animatrice du site littéraire les Carnets d’Eucharis

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE

http://intellection.over-blog.com/a...


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
 
 
Les derniers articles
 
Thèmes