La Hongrie veut faire plier les banques

BUDAPEST (NOVOpress) – Une information que la grande presse aux mains des groupes financiers ne risque pas de diffuser. Le gouvernement hongrois a décidé de faire plier les établissements bancaires !

En effet, une loi très importante a été adoptée par le parlement hongrois en septembre dernier. Comme le rapporte le journal Minute, cette loi permet désormais aux Hongrois ayant souscrit des crédits en francs suisses, euros ou yens, via des produits financiers complexes de banques étrangères, à effectuer leur remboursement en forints, la monnaie nationale ! Les ménages pourront donc rembourser à un taux de change fixe préférentiel. Les Hongrois ont donc jusqu’au 30 décembre prochain pour déposer leur demande auprès des banques et disposeront ensuite de 60 jours pour effectuer leur remboursement. Les endettés pourraient avoir accès à des crédits en forints pour financer leurs transactions, ce qui reviendra à reconvertir ces crédits dans la monnaie hongroise. Ce sont donc les établissements de crédits qui devront éponger la différence. Taxe exceptionnelle sur les banques

Depuis sa nomination, le Premier ministre hongrois, Viktor Orban (photo ci-dessus) a décidé de « mettre fin à l’ère des banquiers » afin de « protéger les gens dupés par une pratique qui leur fait porter tous les risques et toutes les pertes ». Comme l’indique le journal Minute, depuis mai 2010, le gouvernement Orban a imposé une taxe exceptionnelle aux banques et aux multinationales étrangères. Le gouvernement hongrois a même réussi a rapatrié 11 milliards d’euros accumulés dans les fonds de pensions étrangers vers les caisses de l’Etat.
Des décisions qui déclenchent la fureur des banques

Cette loi a suscité une vive réaction de la part des banques autrichiennes très impliquées en Hongrie. Et évidemment ce que le système bancaire veut, l’Union européenne (UE) obtempère. L’UE a prévenu que ce projet de loi pourrait être illégal, déséquilibrer le marché du crédit et freiner la faible croissance économique de la Hongrie. Pour l’instant aucune mesure de rétorsion n’a été annoncée par l’UE, mais il y a fort à parier qu’elle devrait arriver dans un deuxième temps.
L’Union européenne et les banques ne veulent pas que cette loi fasse tâche d’huile en Europe

L’UE et les banques n’ont qu’une peur : que les peuples européens prennent conscience que de simples mesures sont en capacité de changer les choses. Avec cette question : qui doit gouverner la destinée d’un État, les banques ou le peuple ? Les Hongrois ont choisi de prendre leur destin en mains.


 
P.S.

Photo : Viktor Orban, Premier ministre hongrois. Crédit : OCDE/Flickr sous licence creative common

 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • La Hongrie veut faire plier les banques 20 avril 2012 04:12, par itiGAShsgdbMMqyht

    Au contraire, Viktor Orban esaise d’e9chapper e0 la mafia internationale de la finance afin de ne pas voir son pays vole9 par le FMI.Il a vu que le proble8me e9tait le pouvoir financier il a donc priver de pouvoir la banque centrale Hongroise et il a eu raison il s’attaque vraiment au MAL du syste8me.Il a augmente9 la tva e0 25% pour rembourser au plus vite la dette de son Etat et e9chapper e0 l’emprise de la finance internationale.Viktor Orban esaise de sauver son pays, sa patrie et il se retrouve avec les me9dias, l’union europe9enne, les USA contre lui car ce sont les forces de la finance internationale qui veulent dominer le monde.Comment le font elles ?Par la dette elles offrent aux nations vise9es plus d’argent que les capacite9 du pays e0 rembourser. Les politiques en place dans ces pays facilitent l’endettement du pays (comme Sarkozy en France, 700 milliards sous sa pre9sidence, on avait 1000 milliards avant Sarko, on se retrouve avec 1750 e0 la fin de re8gne de Sarko).Les Etats ne pouvant plus rembourser sollicitent l’aide financie8re (FMI, fond de stabilite9). En contre partie, des troikas (personnalite9s influentes et banquiers) dictent la politique e0 suivre dans ces pays en e9change d’aide financie8re (Portugal par exemple : baisse des salaires, baisse des retraites, baisses des prestations sociales, fin des 13 e8me mois, vente des entreprises cle9s de l’e9conomie portugaise comme l’e9lectricite9, libe9ralisation du marche9 de l’emploi en faisant travailler plus le salariat, en le payant moins, appropriation des richesses nationales portugaises avec vente des immeubles publics e0 des nantis de la finance tout ceci a e9te9 ve9rifie9 dans ce pays que j’ai pris pour te9moin, c’est un pays ou les politiques ne gouvernent pas, ils obe9issent e0 des financiers internationaux).Dans la cas de la Hongrie Viktor Orban esaise d’e9chapper e0 cette main mise financie8re de la richesse de la Hongrie et on le taxe bien entendu de dictateur, d’atteintes aux liberte9s fondamentales qui ne sont en fait que les pre9mices de la prise de pouvoir capitaliste et financier dans une nation).Dans cette affaire et quand on voit l’Etat des pays europe9ens et de la France piller par des Hommes politiques qui n’ont de cesse de creuser la dette afin de serrer chaque fois plus fort la corde autour du cou des frane7ais c’est Mr Viktor Orban qui a raison.Ce n’est pas un dictateur la dictature, c’est le FMI, c’est la troika ce sont gens qui tuent en ce moment la Gre8ce, le peuple Gre8cque, le Portugal, l’Espagne, l’Italie, l’Irlande ce sont eux les dictateurs du peuple sous couvert d’aide aux nations en trompe l’oeil.Et il en sera de meame pour la France si les frane7ais ne veillent pas e0 ce que leur Hommes Politiques font. Attention e0 la mafia internationale de la finance qui est en train de dominer le monde les Viktor Orban qui ont fait face e0 la finance en supprimant tout pouvoir du financier, de leur banque centrale Hongroise sont des oasis de la ve9ritable liberte9 des peuples.Le monde est complexe, ce n’est pas par que des nations indiquent qu’elles sont des de9mocraties et respectent les droits de l’Hommes qu’elles n’en sont pas moins des dictatures et ce n’est pas parce que des nations nous apparaissent autoritaires qu’elles n’en sont pas moins respectueuses des droits des peuples e0 vivre libre libre du joug de la finance internationale.On se trompe sur le cas de Viktor Orban.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes