Kadhafi mort : l’Occident exulte, les potentats arabes sont inquiets

« Pour la région les événements d’aujourd’hui prouvent une fois de plus que les régimes à poigne finissent toujours par disparaître (...). Les jeunes rejettent avec force la dictature. Et les dirigeants qui essaient de leur refuser leur dignité n’y parviendront pas ».
Déclaration de Barack Obama Président américain après la mort de Kadhafi

« We got him ! » (Nous l’avons eu) C’est par ces mots que Le proconsul américain en Irak Paul Bremer avait officiellement annoncé la capture de Saddam Hussein. Huit ans plus tard, un combattant du CNT prononce les mêmes mots à propos de Mouamar Kadhafi. Souvenons nous de l’information Saddam Hussein a été capturé sans résistance par une force d’environ 600 hommes dans un trou de souris de deux mètres de profondeur dans une ferme au sud de Tikrit. « Nous présentons au peuple irakien nos vives félicitations, a déclaré Adnane Pachachi, membre du Conseil de gouvernement transitoire irakien. Le gouvernement de la peur et de la répression est révolu à jamais. Nous nous tournons vers l’avenir et poursuivons nos efforts pour recouvrer notre souveraineté »

Tony Blair premier ministre déclarait « Là où son règne signifiait terreur, division et brutalité, espérons que son arrestation soit synonyme d’unité, de réconciliation et de paix entre tous les Irakiens ». Depuis l’annonce de son arrestation, des tirs de joie sont entendus à Bagdad et à Souleymaniyah dans le Kurdistan irakien. Le temps s’est figé huit ans plus tard nous revivons le même scénario. Les occidentaux se félicitent mutuellement de la chute du tyran et espèrent des jours meilleurs aux Libyens du niveau de ce que vivent présentement les Irakiens avec des morts par dizaines et une instabilité structurelle.

Les conditions de la mort du colonel Kadhafi ne sont pas claires

Tabassé puis exécuté ou tué par une balle perdue ? On ne le sait pas car les versions diverges . Ce qui est admis c’est que l’Otan a participé à la curée. Gérard Longuet le ministre de la français de la défense revendique une part du trophée. Avec la question de David Pujadas aux informations de 20 heures, sur France 2, La France est elle soulagée et fière de ce qui vient de se passer -à savoir ma mise à mort d’un homme- il va jusqu’à féliciter en direct, Bernard Henry Lévy pour l’apport des intellectuels sur les droits de l’homme et la position de la France qui va partout où ces droits sont bafoués, rejoignant ce faisant le cri du coeur de Brice hortefeux : « Sarkozy est « le champion du monde des droits de l’Homme »

Les circonstances de sa mort restent troubles. Après plus de 40 ans de règne et quelques mois d’une partie de cache cache avec les forces rebelles, il serait mort d’une blessure par balle à la tête reçue lors d’une fusillade entre ses gardes et les combattants du Conseil national de transition (CNT), a déclaré le chef du gouvernement du CNT, Mahmoud Djibril. Selon Gérard Longuet, le convoi qui tentait de permettre au leader libyen Mouammar Kadhafi de quitter la ville de Syrte a été stoppé par une attaque de l’aviation française. Cette dernière « avait repéré une colonne de 4x4 - environ 80 ».Les véhicules « ont été stoppés dans leur progression mais non détruits par l’intervention de l’aviation française et ce sont des combattants au sol de Misrata qui ont intercepté une partie du convoi », a-t-il poursuivi. « Parmi les voitures détruites, ils ont sorti le colonel Kadhafi dont on pensait qu’il était blessé mais il était en fait mort », a-t-il ajouté. Les Etats-Unis affirment également avoir bombardé le convoi où se trouvait Mouammar Kadhafi. C’est un drône américain qui l’aurait frappé .

Quand Yves Calvi sur la 5 se permet d’une façon condescendante de porter un jugement sur la « propension des tyrans arabes à se cacher dans des égouts » cela fait mal ! On le voit un fossé abyssal sépare les deux conceptions de la vie et de la dignité de la personne même morte. Jamais s’agissant nous ne verrons de vidéo de morts brutales de personnes occidentales. Ce qui est frappant, c’est surtout la différence de traitement entre les photos aujourd’hui. La mort de Kadhafi sans aucune précaution quant à l’éthique, sans protection ou respect de la personne. Alors qu’on ne peut jamais montrer un soldat américain blessé… Cette image est finalement donnée par le « civilisé » à dessein pour faire mal, pour avilir l’Autre lui montré qu’il est toujours inférieur. « Si tu vois Saddam, passe-lui bonjour », titre le DailyMail. Le Sun, raconte que « le chien enragé est mort son pistolet en or à ses côtés ». Le New York Post publie la photo ensanglantée et précise que Kadhafi a supplié « Ne tirez pas, ne tirez pas », lorsqu’il a été découvert ».(1)

Il semble que tout le monde soit content de la mort de Kadhafi : La communauté internationale a salué la mort de Mouammar Kadhafi après 42 ans de règne sans partage à la tête de la Libye, espérant la fin prochaine de l’intervention de l’Otan et appelant les Libyens à la réconciliation. Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé jeudi que la disparition de l’ex-dictateur marquait « la fin d’un chapitre long et douloureux » pour les Libyens et appelé les nouvelles autorités de Tripoli à bâtir un pays « démocratique » et « tolérant ». La France, en pointe dans l’intervention de l’Otan en Libye, a salué par la voix du président Nicolas Sarkozy une « étape majeure » pour la libération de la Libye, estimant qu’une « page nouvelle » s’ouvrait pour le peuple libyen, « celle de la réconciliation dans l’unité et la liberté ». (2)

« Le secrétaire général de l’Otan, Anders Fogh Rasmussen, a estimé que la fin de l’opération « historique » de l’Otan était « désormais beaucoup plus proche ».Le Premier ministre britannique David Cameron, dont le pays a lui aussi été à l’avant-garde dans le conflit libyen, s’est dit « fier du rôle joué » par Londres dans la chute du « dictateur brutal », dont la disparition « renforce les chances pour les Libyens de se forger un avenir fort et démocratique ». « La guerre est finie », a affirmé le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, qui fut un allié de Kadhafi et réticent à le lâcher au début du soulèvement. « A l’évidence, ce jour marque une transition historique pour la Libye », a réagi le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon. Il a toutefois averti que « le chemin à parcourir pour la Libye et son peuple allait être difficile et pavé de défis ». (2)

Les Arabes, une fois de plus ont été tétanisés, les potentats voient l’un des leurs disparaître et les peuples sont partagés. Ils enragent de ne pas être libres et d’un autre côté, ils sont humiliés de voir un arabe traité de la sorte même mort. Au Maghreb la télévision tunisienne a donné la parole aux Libyens qui ont exprimé leur joie. Un fait divers dans le journal de 20 heures algérien et marocain . Le secrétaire général de la Ligue arabe, Nabil al-Arabi, a espéré que la mort de Kadhafi « tourne la page de la tyrannie » et que les Libyens regardent « l’avenir sans sentiments de rancune ni revanche » Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a salué l’élimination du dirigeant libyen, qui comme celle de Saddam Hussein, démontre selon lui la « capacité du peuple à vaincre les dictateurs ».

Pourquoi Kadhafi ne devait pas être pris vivant ?

On peut s’interroger pourquoi Kadhafi a été tué. Toute la puissance et les moyens de l’Otan ainsi que les « conseillers » au sol auraient pu s’ils l’avaient voulu le prendre vivant. Il n’en fut rien. Au contraire l’Otan semble évasive à ce sujet. On peut penser que la mort de Kadhafi était dans l’absolu préférable à son procès. Henri-Pierre André écrit : « La mort de Mouammar Kadhafi évite un long procès qui aurait pu diviser la Libye et plonger dans l’embarras gouvernements étrangers et compagnies pétrolières occidentales. Ces dix dernières années, à mesure que le régime de Tripoli sortait progressivement de son isolement international, des milliards de dollars de contrats ont été signés pour la reconstruction des infrastructures pétrolières du pays. Un procès de Kadhafi aurait braqué les projecteurs sur les négociations menées par des Etats occidentaux avec l’ancien "Guide" de la révolution libyenne et sur les accords conclus avec différentes compagnies pétrolières, dont l’italienne ENI, la française Total ou la britannique BP. (…) "La mort du colonel Kadhafi est un événement mitigé pour les nouveaux dirigeants libyens", estime Daniel Korski, chercheur au Conseil européen des relations extérieures. (…) »(3)

« Si Kadhafi a bien été tué, et non pas capturé, cela signifie qu’ils vont s’épargner un long procès tortueux qui aurait pu créer des divisions et révéler des secrets gênants", poursuit-il en s’appuyant sur les précédents créés par les procès de Slobodan Milosevic devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) ou de Saddam Hussein à Bagdad. Et sa mort peut conduire à une autre question, déjà posée après l’élimination d’Oussama ben Laden, tué en mai dernier par les forces spéciales américaines lors d’un raid mené dans la ville pakistanaise d’Abbottabad, "Prétendre qu’il vaut mieux pour tout le monde qu’il ait été tué et non capturé revient à dire que la voie légale présente des désavantages, ce qui équivaut à rendre les armes face au cynisme", dénonce Rosemary Hollis, qui dirige les études proche-orientales à la City University de Londres.(3)

Et maintenant quel avenir pour la Libye ?

Les Occidentaux « s’inquiètent » dit on de la suite et du partage du pouvoir entre les différentes tribus et sensibilités ( les islamistes, les amazighs, les révolutionnaires de la 25e heure) Allons nous vers le même scénario que L’Irak ? on peut le craindre. Est-ce que le sort du Libyen lambda sera meilleur que celui qui prévalait avant ? Est-ce que nous allons avoir la paix au Maghreb ? Combien aura coûté la guerre en terme de destruction et en vie humaine nous ne le saurons jamais.

Curieusement, il semble que les nouveaux dirigeants soient des nostalgiques de la colonisation italienne . Manlio Dinucci nous en parle : « A Rome, on a ignoré le centenaire de l’occupation coloniale italienne de la Libye. En revanche il a été célébré le 8 octobre à Tripoli, par le président du Cnt Mustapha Abdel Jalil et par le ministre de la défense Ignazio La Russa. L’ère du colonialisme italien, a déclaré Jalil, a été pour la Libye « une ère de développement ».(…) Il s’agit, à ce point, de réécrire nos livres d’histoire. Si en 1911 l’Italie occupa la Libye avec un corps expéditionnaire de 100mille hommes, elle le fit non pas avec des objectifs expansionnistes mais parce que, en tant que nation civilisée, elle voulait ouvrir au pays africain « une ère de développement » ». (4)

« Si, peu après le débarquement, « explicite » Manlio Dinucci l’armée italienne fusilla et pendit 5mille Libyens et en déporta des milliers, en étouffant dans le sang la première révolte populaire, elle le fit pour appliquer « des lois justes ». Pour imposer la légalité, et non pas pour écraser la résistance libyenne, la moitié de la population de Cyrénaïque, 100mille personnes environ, fut déportée en 1930 dans une quinzaine de camps de concentration, tandis que l’aviation italienne bombardait les villages restants avec des armes chimiques, et que la région était enfermée avec un barrage de barbelés long de 270 Kms. Et quand le chef de la résistance, Omar Al Mukhtar, fut capturé en 1931, il fut soumis à un « procès juste » : la condamnation à la pendaison fut donc légitime. Selon Jalil, « les routes et les très beaux édifices » furent construits par l’Italie fasciste non pas pour la colonisation démographique de la Libye, mais pour que les Libyens vivent mieux. Et si les terres les plus fertiles, environ 900mille hectares, furent confisquées par les autorités coloniales, en reléguant les populations dans des terres arides, on ne le fit pas pour les donner aux colons italiens, mais pour « le développement agricole » de la Libye. » (4)

« Kadhafi par contre a été à l’exact opposé, il n’a apporté aucun développement, il n’a pas utilisé les richesses de la Libye pour son peuple », conclut Jalil, en ignorant qu’il a lui-même fait partie du gouvernement à qui il attribue la faute d’avoir bloqué le « développement » apporté par le colonialisme italien en Libye. En ignorant que, selon les données de la Banque mondiale même, la Libye, avant d’être attaquée par l’OTAN, avait atteint « des indicateurs élevés de développement humain », avec une croissance annuelle moyenne du PIB de 7,5%, un revenu par habitant moyen-haut, un accès à 100% à l’instruction de niveau primaire, à 98% en secondaire, et à 46% à l’université. Mais, selon Jalil, on vivait mieux avant, quand la Libye était sous le colonialisme italien. (..) Comme celle que célébra Mussolini en 1937 quand, sur son cheval blanc du haut d’une dune, il leva vers le ciel l’épée à la garde d’or, en se proclamant « protecteur de l’Islam ».(4)

Il et hors de doute que Les Etats-Unis visent donc le contrôle militaire des aires stratégiques du continent : la Libye, à l’intersection entre Méditerranée, Afrique et Moyen-Orient ; l’Afrique orientale et centrale, à cheval sur l’Océan Indien et l’Atlantique. Le jeu, apparemment compliqué, devient clair en regardant une carte géographique. Mieux encore sur un atlas historique, pour voir comment le néo-colonialisme ressemble de façon impressionnante au vieux colonialisme. (5)

Avec des forces aussi assymétriques, Kadhafi n’avait aucune chance, repéré à cause de son téléphone satellitaire, ce fut ensuite la curée, un drone qui a décollé d’Aviano mais qui a été piloté d’une salle climatisée de Las Vegas , puis les avions des valets de l’empire ont donné l’estocade, à un Kadhafi livré à la furie de combattants. On nous dit que cette « communauté internationale » est soulagée et applaudit la mort du tyran. En fait cette communauté se résume aux pays occidentaux qui ont participé à la curée avec le Bao Dei de l’ONU.

On sent tout de même des craintes quant à l’avenir de la Libye vouée à la partition intertribale, mais ceci est une autre histoire. Les signes du craquement sont déjà perceptibles Mahmoud Jibril « l’intellectuel » vient de démissionner. Ce qui intéresse les dirigeants occidentaux c’est faire main basse sur le pétrole, vendre des armes reconstruire ce qui a été démoli, peu importe le nombre de morts de blessés de traumatisés à vie. Pourvu que l’on mette la main sur le pactole près de 200 milliards de dollars et que les sources d’approvisionnement soient sures et sécurisées

Actuellement 80 entrepreneurs français visitent Tripoli pour se battre face aux concurrents de la reconstruction. Hilary Clinton débarque mardi d’un avion militaire et propose aux Libyens un deal qu’ils ne peuvent pas refuser, une sorte de Plan Marshall qui verra, à n’en point douter, une foire d’empoigne sur la dépouille encore fumante de la Libye. L’avertissement de Obama concernant les tyrans est à méditer. Il n’y a pas d’immunité pour les dirigeants qui ne filent pas droit Il nous faut en tant qu’Algériens, sans tarder préparer sereinement l’alternance Un adage du terroir profond « Assou iimanikh qval athnoudmidhe » »N’attend d’avoir sommeil pour préparer ta couche » Nous voilà avertis.

Professeur Chems eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz


 
P.S.

1.http://www.20minutes.fr/monde/libye...

2.http://www.20minutes.fr/ledirect/81...

3.http://fr.news.yahoo.com/la-mort-ka...

4.Manlio Dinucci Que le colonialisme était beau http://www.ilmanifesto.it/area-abbo... edicola/manip2n1/20111011/manip2pg/14/manip2pz/311415/ http://www.mondialisation.ca/index....

5.Manlio Dinucci Le grand jeu africain L’art de la guerre http://www.mondialisation.ca/index.... Le 18 octobre 2011

 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes