Hep Petit,

Hep Petit ! Oublie-les,
Oublie les portes qui claquent, les poings dressés,
Les cris étouffés, les insultes et les mots acérés.
Le rouge passage à tabac. Le bleu mauvais coups.
Toutes ces larmes de douleur et de colère.
Quand l’enfance devient un enfer.
Bras qui se lèvent en une armure dérisoire.

Hep, Petit ! Ecoute,
Ne reste pas tapi sur ce lit, replié là contre le mur.
Qui je suis ? Oh … je viens de la nuit des temps.
Je suis la musique, celle qui panse toute plaie.
Celle qui prend la tristesse, la broie et te souris.

Ne fais pas attention à eux.
Ecoute cet air, c’est ta mère qui te prend dans les bras,
Le soir, dans ta chambre, réfugiée de cette furie qui envahit ton père.

Petit, sèche tes larmes.
Comment ça tu n’es pas petit ?
Mais j’ai plus de quatre cents ans moi ! J’ai traversé les siècles.
Dépose ton cœur au creux de mes notes.
Dis-moi.

Marre des foyers, marre des coups. Oui, bien sûr,
Tu n’as pas demandé à venir au monde ? Je sais.
T’as la haine, tu vas leur montrer à tous ces cons.
Tiens, prend mon mouchoir.
Tu sais, moi, j’aime bien te voir dans ce monde.
Non, tu n’es pas un bon à rien,
Car, toi, tu m’entends. Pas eux.

Allez, je t’emmène dans des mondes d’élégance,
De parures délicates, d’amitiés profondes,
De regards bienveillants de pères tendres et présents,
De fou-rires entre potes, ballades en rollers et matchs de foot.
Chante, Petit, chante, cette mélodie est pour toi.

Le rouge sur le mouchoir. Pose-le sur mes notes,
Le bleu des coups sur ton corps. Je souffle, le voici devenu… soupir.
Ne pleure pas.
Tu entends ? Je suis un menuet - C’est quoi ? - Ecoute …
Lit de douces notes, posées et chantantes,
Harmonie parfaite, simple et pure.
Laisse-toi bercer.

Le sang ? Il l’envole dans sa mélodie,
Les mots tranchants ? Il les emporte dans ses triolets,
Hop ! tu vois ? C’est magique.
Tu souris ?

Oublie-les Petit. Oublie.

Menuet en sol mineur n°1, Haendel. Transcription pour piano.


 
 
 
Forum lié à cet article