Cuba, l’expérience d’un peuple souverain

par Jacques MILHAS - Cuba Si France « Rien ne se crée, rien ne perd, tout se transforme », nous rappelait Lavoisier. L’éternité était hier, est aujourd’hui, sera demain l’incontournable évidence absolue.

Certains de nos semblables s’imaginent volontiers des divinités qu’ils prient à genoux pour accéder à la vie éternelle, parabole de plusieurs religions. Mais, la vie biologique ne saurait être éternelle car nous savons bien qu’elle ne peut s’exercer que dans un biotope bien délimité, dans des conditions très précises et, bien que les compétences humaines soient considérables, nous n’avons pu repérer ce « miracle » que sur notre planète Terre qui n’est pourtant qu’un grain de poussière dans cet Univers immense qui nous entoure depuis très longtemps et sans doute pour l’éternité…

Nous n’avons aucune certitude sur la disparition de certaines espèces comme les dinosaures, seulement des probabilités, mais plus avant nous constatons la disparition de nombreuses autres espèces dont nous portons souvent l’entière responsabilité, et cette tendance à la disparition de certaines espèces semble s’accélérer constamment…

Certains savants et intellectuels s’en inquiètent car dans le concert de cette vie biologique, la majorité des espèces se nourrissent des autres et la survie de certaines garantit celles qui en dépendent directement.

Aujourd’hui que l’Être Humain a acquis un très haut niveau de compétences quasiment « divines », qui pourraient lui permettre de réaliser « le Paradis Terrestre » tant ses technologies sont efficaces par ses performances de productions industrielles et agricoles, ses moyens d’analyses précis, paradoxalement, celui-ci semble empêtré dans l’organisation sociale de ses communautés dont la majeure partie est sous domination du système capitaliste, avec ses crises successives qui conduisent l’Humanité à son autodestruction, mais, au-delà à la disparition de la vie biologique sur notre Terre.

Comment éviter le pire ? Si je peux me permettre, j’invite les puissants de ce Monde à se tourner vers Cuba, petit pays des Caraïbes, pauvre en ressources naturelles et soumis à un cruel et injuste blocus, et, à se poser la question de savoir comment ce Peuple peut-il être reconnu par WWF (le Panda) comme numéro un mondial du « Développement Durable » et par l’ONU, une des dix nations au monde sur la dernière décennie à l’ « indice de développement humain » (IDH) selon son secrétaire général adjoint Khalid Malik ?

Bien sur, un leader qui a pris sa place parmi les illustres qui ont écrit l’histoire de notre espèce humaine au 20ème siècle cela peut aider… Mais, c’est au Peuple Cubain dans sa globalité que revient le mérite, celui-ci participant au quotidien à la réflexion collective sur les problèmes qui lui sont posés et à leur résolution par les seuls moyens dont il dispose, et, malgré toutes les entraves qui lui sont imposées par le blocus US depuis un demi-siècle… Toutefois, il ne faut pas oublier la solidarité internationale, parfois même déterminante, mais toujours une solidarité bien comprise, réciproque et sans arrière pensée impérialiste, toujours dans le respect strict de l’éthique. Voilà le constat simple et objectif d’un pouvoir populaire démocratiquement exercé au service exclusif de l’être humain.

Alors, ces reconnaissances prestigieuses ont une toute autre signification que le scandaleux prix Nobel de la Paix attribué à l’actuel Président des USA dont les 46 millions de citoyens vivant en dessous du seuil de pauvreté regardent hébétés, et même aujourd’hui « indignés » pour être à la mode, leurs managers patauger dans une économie factice, imprimant toujours plus de « vrais faux dollars » pour entretenir un consumérisme débridé et polluant que le réalisateur Michael MOORE ne cesse de dénoncer avec un réel talent de communication et un activisme effréné. Celui-ci se sent enfin relayé par les manifestations récurrentes du mouvement des Occupy Wall Street qui dénoncent eux aussi ce système suicidaire, traduisant une saine prise de conscience des citoyens américains.

Mais Obama continue son œuvre infernale avec l’aide de ses complices de l’OTAN, massacrant et pillant de leurs ressources naturelles les peuples du Tiers Monde, en Irak, Afghanistan et Libye, lorgnant sur l’Iran et la Syrie au risque de provoquer un cataclysme au Moyen-Orient, sans pouvoir pour autant résister à la pression Chinoise dont l’omnipotence s’accentue de jour en jour, faisant du « rêve américain » un véritable cauchemar. N’est il pas temps de cesser cette course effrénée et hasardeuse qui n’a d’autre objectif que de perpétrer un système qui n’offre plus aucune perspective durable et qui surtout menace gravement l’équilibre biologique dans lequel nous survivons.

Alors oui pour sur, la Révolution Cubaine est pleine d’enseignements pour Obama et ses laquais. Qu’ils s’en inspirent sans plus tarder au lieu de prétendre lui enjoindre de se soumettre à leurs dictats !


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes