L’inexistence n’est pas le néant.

Toute créature passe par une phase d’inexistence due au non être particulier d’avant sa création. Mais c’est un abus de langage maladroit que de dire que quiconque ou quoi que ce soit, vient du néant ! Le néant, par essence, ne crée rien. C’est l’empire du rien n’engendrant strictement rien.

De Dieu pour les croyants et les déterministes, ou de la masse de matières indescriptible qui allait générer l’univers, pour les matérialistes, l’être global (le cosmos) ou particulier (tel élément donné de la nature du cosmos) est fils de l’Être, pas du Néant. C’est là, la circularité indéfinissable du mystère ontologique. Le néant, comme non être total, absence absolue, conçu pour nommer ce qui ne nous est point révélé des origines, n’existe pas en réalité ! Par contre, l’inexistence frappant des entités ou faits imaginaires, est un néant spécifique, un véritable néant de ces ombres fictives inexistantes. La démocratie évoquée par les ploutocrates, comme la gorgone ou la licorne sont de vrais néants.

Il y a donc des néants mais pas un Néant Absolu ! En littérature la désignation imagée de l’absence à soi d’un homme ou d’une société, le détournement total de sa nature ou vocation, confère un sens figuré à ce lemme qui n’a pas de sens propre, puisqu’il s’agit toujours du néant de quelque entité hallucinée dans le mirage des fictions humaines. Néant et absence sont interchageables, et l’absence est toujours relative, c’est à dire absence d’un être réel ou fictif qu’il faille expressément indiquer vu que le rien n’est point la vérité du monde (de l’univers) éminemment rempli où nous vivons et cotoyons toutes sortes d’êtres et de présences.

La Présence est donc un fait vivant et vécu incontournable et sous toutes les formes imaginables et inimaginables qui sont autant de présences sous-tendues par la Présence Originaire et Globale appelée l’Être, et le Fait d’être, ce phénomène du "il y a" constitué par toutes les présences singulières que l’Être détermine, qui confine le "Il n’y a pas" (le rien) à l’émoi de nos constats. Alors que l’absence n’est que privation particulière d’êtres spécifiques, qui ne se révèle à nous que par sa rareté, son irrégularité dans l’ordre général de la Présence, la norme de l’Être, car il n’y a pas d’Absence Absolue, pas de Néant Global ou Originaire. Le néant est donc essentiellement relatif.

L’Être Absolu, quant à Lui, est, en tant qu’il entraîne avec Lui tout le Fait d’être et l’infinité innombrable des êtres créés que l’on constate et dont nous relevons.

CAMILLE LOTY MALEBRANCHE


 
 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • L’inexistence n’est pas le néant. 30 décembre 2011 16:46, par geabel

    Pas toujours facile de te suivre dans tes réflexions,
    mais ça nous parle toujours quelque part
    et donne envie de naviguer vers de tels horizons
    ne serait-ce que pour fuir la dure réalité que l’on côtoie au quotidien.
    A suivre

  • L’inexistence n’est pas le néant. 31 décembre 2011 13:48, par Louise

    Je voyais le néant comme relevant de la philosophie, de la spiritualité et l’inexistence de la psychologie. J’ai donc du mal à vous suivre. Oui, il y a des moments d’inexistence pour l’homme mais c’est plus sa perception du monde ou sa vie à un moment donné qui font qu’il ressent cela.
    J’ai du mal à faire jouer entre eux ces deux concepts.
    Je n’arrive pas à vous suivre complètement car le début accroche.
    Je lis "il y a des néants mais pas un Néant Absolu". Par conviction perso je suis d’accord mais je ne retrouve plus l’inexistence là.
    Du coup la suite est confuse pour moi.
    Et comme nous sommes le 31, je vous souhaite une belle nouvelle année 2012, sans néant !
    Cordialement

    • L’inexistence n’est pas le néant. 31 décembre 2011 21:05, par Camille Loty MALEBRANCHE

      Salut chère Louise,

      Merci du propos. Pour vous répondre, je vous dirai que l’inexistence étant le lot particulier de tel étant particulier, je l’ai tout simplement assimilée au néant relatif évoqué dans le texte, néant relatif qui n’est pas le Néant. Ce, même quand on considère l’Univers, par exemple, que l’on parte du Big-Bang, de la Théorie des Cordes ou du déterminisme Divin (de Dieu Créateur ou Principe démiurgique), l’inexistence qui a précédé l’univers, n’est pas le néant mais néant particulier de l’univers tel qu’il est devenu à partir de l’agrégat spécifique de la matière et l’action de la poussée d’énergie incommensurable qui l’ont formé.

      Donc, même le soi disant Néant (cette inexistence de tout, ce "temps" précosmique) pris comme Inexistence à priori Absolue n’est qu’un néant particulier et non le Néant car ni la Matière inconnue, ni les Forces inimaginables, ni l’Énergie insaisissable qui y ont concouru à engendrer le Cosmos, ne sont néant ou rien ou absence, mais Présence Créatrice quoique inconcevable à notre entendement.

      Bon 31 décembre et bonne année 2012, sans néant, comme tu dis.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes