Signes d’une fascisation rampante

Les sorties contre la démocratie se multiplient. De nos jours, ces attaques ne se limitent plus au cercle relativement restreint, mais très influent, des « zélateurs du capitalisme » ; elles s’étendent également à celui « des analystes moins marqués » et même, pour des raisons, certes, diamétralement opposées, à des écologistes de renom qui diagnostiquent, eux aussi, « la faillite de la démocratie ». Cette méfiance contagieuse à l’endroit de ce mode de gouvernement qui entraîne de ce fait une certaine banalisation de la notion de dictature ouvre, avec le chapitre : La tentation autoritaire, le récent ouvrage d’Hervé Kempf, journaliste au Monde [1].

Le ralliement inattendu de forces politiques antagonistes au rejet de la démocratie constitue un des plus grands dangers de notre temps. Cette adhésion croissante crée en effet les conditions nécessaires et suffisantes pour que nos sociétés basculent un jour dans les voies extrêmes. De fait, comme l’affirme Thomas le Cynique, personnage central d’un roman d’Ignazio Silone — et figure si fascinante qu’on aimerait la voir un jour incarnée au théâtre —, pour que « l’effondrement politique puisse effectivement se produire, il est indispensable que l’on soit en présence d’une situation où l’insécurité générale prenne la forme du désespoir et où l’avènement de la dictature finisse par être également appelé par beaucoup de ses adversaires » [2].

Or, comme toute le monde peut le constater, les signes de fascisation s’immiscent de plus en plus dans nos sociétés [3]. Leur multiplication ne signifie heureusement pas que nous sommes déjà tombés sous le joug d’un régime dictatorial. Mais n’en prenons-nous pas allègrement le chemin lorsqu’une dirigeante — comme l’ex-garde des Sceaux française Michèle Aliot-Marie — décide un jour que « tout appel au boycott des produits d’un pays » n’est plus « un acte de protestation citoyen basé sur la liberté d’expression et d’opinion en vue d’améliorer la démocratie, mais […] une “provocation publique à la discrimination envers une nation”, punie d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende » [4] ? De même, quand « en Suisse, l’Union démocratique du centre […¬] a convaincu 53% des votants d’expulser tout immigrant reconnu coupable d’un “crime” — y compris d’“abus d’aide sociale”… » [5] ? Enfin, lorsque, « le 14 juin 2009, le député [néerlandais] d’extrême droite Geert Wilders déclare [sur le plateau d’une chaîne de télévision danoise] qu’il faut “extrader d’Europe (…) des millions, voire des dizaines de millions de musulmans” — des “criminels” dont le programme prévoit ou envisage l’instauration de la charia en Europe. » [6] ?

Faut-il craindre le retour du fascisme pour autant ? Pas sous sa forme historique, bien entendu, mais ce danger « pour se présenter différemment, n’en est pas moins inquiétant : non pas une prise soudaine du pouvoir par les héritiers du fascisme, mais leur conquête progressive de l’hégémonie intellectuelle dans les sociétés civiles [7]. » Et si un chef populiste et charismatique se présentait, combien de temps lui faudrait-il pour prendre le pouvoir ?

Patrick Gillard, historien.


Notes

[1] Hervé KEMPF, L’Oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Le Seuil, Paris, 2011. Toutes les citations qui précèdent sortent de ce livre.

[2] Ignazio SILONE, L’École des dictateurs, Gallimard, Paris, 1964.

[3] Les Hongrois sans doute plus que les autres Européens.

[4] « Si les États ne font pas respecter le droit, aux citoyens de le faire ! », dans Les amis du Monde diplomatique, Belgique, t. 11, n° 45.

[5] « Les extrêmes droites à l’offensive », dans Le Monde diplomatique, t. 58, n°682, janvier 2011.

[6] Ibidem.

[7] Ibidem.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Signes d’une fascisation rampante 9 janvier 2012 19:35, par bluerider

    la liste serait longue, des atteintes à la démocratiue depuis 2001. En France, citons pêle mêle :

    > la modification de la loi d’accès aux archives classées secret défense, qui crée une catégorie IMPRESCRIPTIBLE pour les ADM (OK mais cela était déjà le cas avant....), mais aussi pour des documents dont la publication "porterait atteinte à la sécurité de personnes ou de leurs descendants"... c’est vague à souhait, non ?

    > la sacralisation de Guy Moquet dans les écoles ou comment instrumentaliser l’histoire

    > l’amalgame du soldat inconnu avec nos engagés en Afghanistan, dans une tentative de créer un "memorial day" pour tous les morts au combat.. et la lettre de préfets aux recteurs et aux chefs d’établissement leur demandant d’accueillir des soldats pour expliquer leur engagement, et d’envoyer pour Noel des dessins à nos soldats en OPEX....

    > le sort de nos blessés en Afghanistan, absolument gardés au secret puis renvoyés dans leur famille sans être autorisés à répondre aux journalistes (avez-vous lu des articles approfondis là dessus ???) car la vérité est qu’ils ne savent pas ce qu’ils sont allé faire là-bàs, tout simplement !

    > les mensonges sur la Libye, aussi abjectes que mortels pour le peuple libyen qui n’a jamais soutenu les factieux et putchistes armés (par nous) de Benghazi et qui aujourd’hui s’affichent avec des personnalités peu recommandables. (NB. Des manœuvres militaires navales conjointes F / UK au sud de l’Angleterre en OCT 2010 ont simulé les opérations au large de la Libye, donc qu’on ne nous raconte pas de fadaises, please....)

    > les mensonges de la Syrie, infectée par un mal congénital à l’Occident, celui de l’ingérence étrangère par les services spéciaux, la vente secrète d’armes, et maintenant le cyberactivisme "artificiel", provoqué par des bureaux d’agents de déstabilisation basés à Londres, Paris, ou aux USA...

    > le noyautage des ONG qui racontent n’importe quoi depuis Londres (LDDH) pour la Libye (cf. interview Benguiguir à Geneve sur laguerrehumanitaire.fr) et maintenant la Syrie

    > les nombreuses affaires avec les médias : Enderlin et l’affaire de l’enfant tué par les soldats israéliens, le sous préfet Guigue placardisé pour ses écrits sur oumma.com, Denis Robert victime de près de 40 procès tous gagnés, pour la publication de ses 2 livres sur l’officine de blanchiment Clearstream (qui est toujours debout, elle), Coq et Deniau remerciés de France 24 en sept 2008 pour soi-disant une table ronde sur les thèses alternatives sur le 11/9, Labevière remercié de RFI pour ses positions sur la Palestine etc....

    > la "chasse aux conspis" comme on dit, dès que des chercheurs américains de plus en plus perspicaces mettent en cause les dessous glauques du terrorisme international... 11/9 en tête bien sûr....

    > etc... complétez la liste..... elle est intarissable, malheureusement !

    bien à tous, BR

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes