L´Agence France-Presse prise en flagrant délit de manipulation sur le Venezuela

Cela rappelle le procédé qu´avait utilisé le quotidien français “Libération” en 2005 pour une de ses mensonges les plus célèbres contre Chávez : couper une partie d´un discours puis recoller les morceaux restants pour lui faire dire tout autre chose. Dans ce cas, par la magie des ciseaux de l´équipe de Renaud Dély, Chavez devenait "antisémite". Un mensonge que la communauté juive du Venezuela avait démenti dans les jours suivants, soulignant au contraire les bonnes relations avec Chavez.

L´analyse précise de la manipulation de « Libération » par le site ACRIMED fit école mais ne semble pas avoir freiné la dérive propagandiste et le besoin pressant de manipuler l´opinion publique par quelque procédé que ce soit, fût-il le plus goebbelien.

Cette fois c´est au tour de l´Agence France-Presse - qui arrose régulièrement de « nouvelles » sur le Venezuela des journalistes « internationaux » empêchés de connaître le réel d´origine.

Le président iranien a récemment effectué une tournée latino-américaine durant laquelle il a notamment rencontré Hugo Chavez, Daniel Ortega, Raul Castro et Rafael Correa - ce dernier a, comme Lula dans le passé, revendiqué avec force son droit de nouer des relations normales avec l´Iran sans subir de pressions occidentales.

L´AFP a distribué des images du moment où le président Chavez accueille le mandataire iranien Mahmoud Ajmadinejad... pour annoncer que le Venezuela et l´Iran disposent d´une bombe atomique pour la lancer sur les États-Unis.

Or les propos réels du Vénézuélien sur ces images sont : “les porte-parole de l´impérialisme, les médias de l´impérialisme disent et répètent comme des perroquets dans les rues de ces pays que l´Iran se trouve au Venezuela, que Ajmadinejad est à Caracas parce qu´en cet instant précis nous allons, lui et moi, pratiquement depuis les souterrains du palais présidentiel de Miraflores ajuster le tir, sortir les grands canons et des missiles pour attaquer Washington. C´est presque ce qu´ils disent”. Dans son discours intégral le chef de l´Etat vénézuélien affirme également que ni l´Iran ni le Venezuela ne sont des pays agresseurs, qu´au contraire leurs peuples ont été agressés par les impérialistes et qu´alors que « nous avons été agressés ils veulent nous présenter comme les agresseurs".

Sachant que la guerre médiatique s´intensifie avec les possibles préparatifs d´une enième guerre états-unienne, la manipulation de l´AFP est d´autant plus remarquable. Comme elle a été rapidement démontée par des internautes français, l´AFP a modifié ensuite le titre de sa « dépêche » pour dire que ces propos exprimaient une « ironie » du président vénézuélien.

Sur les raisons profondes de l´hostilité de la plupart des agences et des grands médias occidentaux, on lira l´analyse du quotidien mexicain "La Jornada" publiée par "Courrier International" :Pourquoi la tournée d’Ahmadinejad en Amérique Latine énerve tant Washington


 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Ce qui m’étonne c’est que cette manipulation est vraiment grossière car les manipulations de la presse, elles, sont innombrables mais habituellement plus subtiles.

    Voyez les rubriques "Média-mensonge" , "Manipulation" et "Mensonges de guerre" de Libreinfo.

    C’est assez révélateur.

    • Sauf que le maître de la propagande de guerre Goebbels le disait bien : "Plus c´est gros, plus ça marche" car les gens se disent : "on n´oserait quand même pas nous mentir á tel point, il doit bien y avoir quelque chose de vrai..."
      Une simple éprouvette brandie par un secrétaire d´Etat étatsunien au Conseil de Sécurité, censée prouver la présence d´armes de destruction massive en Irak, a servi à convaincre l´opinion publique occidentale de l´impérieuse urgence d´envahir un pays. En ce qui concerne la Libye, "les bombardements de la population de Tripoli par Kadhafi" ont fait pencher la balance en faveur du massacre de milliers de civils par l´OTAN. Dans les deux cas les Etats-Unis eux-mêmes ont reconnu après coup, par la voix d´experts du Pentagone, qu´il n´y avait pas eu d´armes de destruction massive en Irak, ni de bombardements de Tripoli par Kadhafi.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes