Le vrai malentendu algérien : Comment réconcilier les Algériens avec leur histoire

« Il a été décidé qu’on reparlerait, dès les petites classes, d’éducation civique, d’honnêteté, de courage, de refus du racisme et d’amour de la République. Il est dommage que l’école ne soit fréquentée que par les enfants. »
André Frossard

Mon attention a été attirée à la lecture d’El Watan par deux articles qui, en apparence, sont disjoints mais qui, en fait, se rejoignent. Il s’agit de la déclaration faite à l’Assemblée nationale française à l’occasion de Yennayer, le 12 janvier. Déclaration dans laquelle le président du MAK aurait dit que la guerre d’indépendance a été un malentendu. Qu’en est-il exactement ? Dans la même livraison, un article sur la condition de l’Ecole algérienne amène à questionnement.

La guerre de libération : un malentendu ?

Nadjia Bouaricha écrit en substance : « Il est des moments dans la vie d’un homme qui marquent son heure de gloire ou de déclin. Ferhat Mhenni a eu droit à ce deuxième sort réservé à ceux de qui l’Histoire se détourne et continue son chemin. L’initiateur et promoteur du projet d’« autonomie-indépendance » de la Kabylie, Ferhat Mhenni, a franchi, dans sa quête de crédibilisation de ce projet, le seuil de l’indélicatesse et de l’affront. Le chef du MAK a tenu des propos insultants vis-à-vis de la Kabylie et de la guerre de libération nationale et ce, dans l’enceinte même de l’Assemblée nationale française, à l’invitation de son ami député et ex-ministre UMP, Eric Raoult. (...) Enlever la Kabylie du sein de l’Algérie pour l’arrimer à la France n’est sûrement pas rendre justice à ce bastion de la résistance qui ne cessera jamais de revendiquer son algérianité, malgré les tentatives de division instrumentalisées par le pouvoir ou par des nostalgiques de « l’Algérie française » d’ici ou d’ailleurs.(1)

Nous avons voulu voir ce qu’il en était de ce « malentendu », nous avons cherché en vain une trace de la commémoration de l’événement sur le site de l’Assemblée française et même sur le site du député à la base de cette invitation du président du Mak. Rien ! Nous nous sommes alors rabattu sur les sites. Ce que nous avons lu nous a rendu triste. Notamment ces phrases prononcées, je le reconnais, hors de leur contexte mais qui sont troublantes pour dit-on un fils de Chahid qui a donné sa vie pour cette Algérie trois fois millénaire. Nous lisons : « La Kabylie n’ayant pas récupéré sa souveraineté à l’indépendance de l’Algérie, en 1962, par formalismes bureaucratique et protocolaire, son dossier a été transféré à l’Etat algérien qui en use et abuse pour éviter de refermer les plaies du passé qui compromettent la construction d’un avenir de solidarité entre nos deux peuples. (...) L’émergence d’une Kabylie de laïcité et de liberté ne peut que renforcer la communauté internationale éprise de paix et de stabilité. Pour cela, il serait bon que cette même communauté internationale, à commencer par la France, reconnaisse à la Kabylie le droit à son autodétermination. Le Gouvernement provisoire kabyle a besoin du soutien de tous pour la réalisation de ce noble objectif. (...) Vous voyez à travers cet exposé que ce qui oppose aujourd’hui le pouvoir algérien à la Kabylie est bien plus lourd que le malentendu qui a pu exister de 1857 à 1962 entre la Kabylie et la France. » (2)

Pour l’orateur qui met sur le même plan le pouvoir algérien et le système colonial, le contentieux est juste un malentendu qui doit être dissipé par la Kabylie qui sera indépendante par le soutien de l’ancienne puissance coloniale ! On peut comprendre sans l’excuser les réactions de désespoir qui amènent certains algériens ou en tout cas qui se sentent encore Algériens à ces extrémités du fait que l’Algérie s’est installée dans les temps morts par le refus de l’alternance, du débat d’idées, de l’émergence d’autres légitimités que celles qui « s’attrapent le fonds de commerce » de la glorieuse révolution de Novembre.

Il n’empêche ! La colonisation en Algérie ne fut pas une « oeuvre positive » pour les indigènes que nous étions. Il n’y a pas de malentendu. Certes, il y eut des hommes et des femmes qui ont bravé les interdits dépassé les fils invisibles qui séparaient les deux communautés et qui sont à nous au nom de la dignité humaine pour nous aider, nous secourir, nous enseigner.

Il vient qu’à la veille de ce cinquantième anniversaire, les Algériens sont plus atomisés que jamais. Pour arriver à cette extrémité prônée par certains de la partition, il faut bien - au lieu d’aller vers la facilité de diaboliser tous ceux qui pensent différemment- se poser les vraies questions. Qu’on se le dise ! L’Occident n’aura aucun état d’âme pour arriver à ses fins ! S’il faut aller vers la partition, il l’encouragera. Méditons l’exemple de la partition du Soudan, qui a donné lieu à un Sud-Soudan déchiré et la première visite du nouveau président a été faite à Israël. Triste et dangereux privilège, l’Algérie est de ce fait le premier pays d’Afrique par la surface et les ressources potentielles que dans notre ignorance et naturellement nous ne savons pas mettre en oeuvre.

Si cette partition amenait à des CNT type Libye ou Syrie, que restera-t- il de cette Algérie qui, quoi qu’en pense le président du MAK, a été défendue « min ta lata » pour paraphraser Nahnah qui à sa façon parlait d’un être ensemble de Tizi à Tamanrasset et de Tlemcen à Tebessa. Nulle part, il ne fut question de partition ni de malentendu avec la France. La colonisation fut atroce et sans faire dans la concurrence victimaire on dit que l’occupation française par le fer et par le feu pendant 132 ans fut un véritable génocide au ralenti. L’Algérie aurait perdu 6 millions de personnes hommes femmes enfants et surtout, surtout le séisme d’un certain 5 juillet 1830 continue et pour cause à avoir des répliques dans nos imaginaires de nos jours. Nous n’avons pas réglé le contentieux multidimensionnel avec notre ancien adversaire intime. De là à trouver des vertus à la colonisation, ce n’est ni juste ni responsable.

Pour autant, cinquante ans après nous ne pouvons pas rendre responsable la France de nos errances multidimensionnelles. Nous sommes à la croisée des chemins. L’Algérie ne connaîtra pas le repos tant qu’elle n’aura pas réglé l’épineux problème du vivre, ensemble. Qui sommes-nous ? Il a fallu cinquante ans pour qu’à doses homéopathiques les tenants du pouvoir lâchent du lest et admettent qu’il existe un « fond rocheux berbère trois fois millénaire dans ce pays » et qu’il y a près de quatorze siècles, l’Islam a permis - de mon point de vue- la conquête des coeurs. Comme l’écrit Charles-Robert Julien, l’avènement de l’Islam au Maghreb fut un gigantesque événement, pour la première fois la cloison étanche Orient-Occident fut ouverte ce que n’a pas pu faire le christianisme ».

Cependant, cette reconnaissance du socle berbère ne se traduisit pas dans la réalité du terrain. Résultat des courses : depuis l’Indépendance, et pour avoir étouffé cette dimension importante de la personnalité algérienne, un combat sourd a lieu entre ceux qui ont mis le cap sur les métropoles moyen-orientales dont on connaît les lamentables performances au nom d’une accabya mythique, d’autant que personne au Moyen-Orient ne veut ni n’aime les Algériens (n’avons-nous pas été traités de baltaguias par nos frères égyptiens à cause d’un match ?) et les partisans d’un cap vers l’Occident qui nous prend encore pour des demeurés qui ont vocation à être de nouveau « colonisables » à distance....

Le vrai malentendu

Le résultat le plus tragique de ce « vrai malentendu » est la situation catastrophique du système éducatif algérien qui a lamentablement échoué. Nous formons des analphabètes. Pire, l’intelligence à l’état brut a été annihilée par la scholastique, le copier-coller, -les élèves ne réfléchissent plus- les fausses certitudes, le faux enseignement par de faux enseignants. On dit qu’à peine un tiers des bacheliers mériterait le Bac Ce sont ces « aigles » qui arrivent dans le supérieur où faut-il le savoir, on sort avec un diplôme qui ne correspond, à un contenu cohérent pouvant permettre au titulaire de tracer son chemin dans la vie mais à un contenant à un temps de séjour dans ces grands ensembles incohérents que sont les universités. Comme le diplôme ne sert généralement pas, la réussite sociale faisant appel à tous les critères en termes de combines, népotismes, passe-droits, voies détournées tels que le foot pour certains, la musique pour d’autres, chaque parent dans cet univers où chacun doit se débrouiller pour chercher le meilleur parcours quitte à se saigner pour assurer des cours parallèles voire carrément dans des écoles privées.

Quels sont les défis du futur et où en sont les autres ?

A titre d’exemple, la Chine est devenue la deuxième économie mondiale. Elle vient de réussir son premier rendez-vous spatial ! China Aviation Industry Corp, après avoir lancé l’avion régional ARJ-21 de 80 places, compte fabriquer un avion de 150 places pour rivaliser avec l’A320 et le Boeing 737. Un ordinateur sur deux vendu dans le monde porte le label chinois qui ne concerne plus seulement les tee-shirts. Un des derniers slogans chinois « Chuangxin ! » : « Innovation ! » du Parti communiste avait pour but de transformer le pays « d’une Chine qui fabrique en une Chine qui innove ». Cela devrait finir par ouvrir les yeux des naïfs. La part du « high tech », dans les exportations chinoises, est de 30% et, depuis 2004, la Chine est le premier exportateur mondial de nouvelles technologies, devant les Etats-Unis ! La Chine, non seulement, copie, mais innove avec des dépenses de recherche et développement, en augmentation de 20% par an, qui ont dépassé celles du Japon et se situent au deuxième rang mondial derrière les Etats-Unis. 7,1 millions d’étudiants en science, médecine et ingénierie en 2004, 750 centres multinationaux de recherche et 1731 universités en 2007, 45 milliards de dollars en 2010 et 113 milliards de dollars en 2020 pour la recherche ! » (3) En Algérie, nous sommes loin de savoir copier et encore moins d’innover !

Plus que jamais le slogan de « tidjara chtara » est d’actualité. Il résume assez bien l’économie de bazar actuelle, on ne sait plus rien faire et l’atavisme qui veut que les Arabes ne sont pas des bâtisseurs mais des marchands. Tout est importé jusqu’à quand ? Tragiquement, un nouveau dada est enfourché, celui d’un nouvel eldorado des gaz de schistes qui permettrait de perpétuer ce farniente du « dormez braves gens » il y a encore des devises. D’une certaine façon la politique économique actuelle est dangereuse car elle participe aussi à cette course accélérée vers l’abîme par une répartition de la rente pour les classes dangereuses où c’est la capacité de nuisance qui est le critère cardinal pour partager le butin de la rente. Si vous savez brûler des pneus, vous avez la chance de disposer d’un appartement que vous pouvez revendre puisque les députés en ont décidé ainsi mais vous n’aurez rien si vous êtes médecins, ingénieurs, bref si vous avez choisi la mauvaise foi de l’effort des études pensant à tort que le diplôme est un ascenseur social

Le désir d’être ensemble à inventer

Que voulons-nous pour ce pays ? Est-ce la perpétuation d’un pouvoir qui ne veut pas de l’alternance et qui est prêt à tous les compromis voire les compromissions pour rester en place et remettre aux calendes grecques la mise en place d’une Algérie heureuse où chacun se sentira acteur, chez lui et apporte sa contribution ? Pourquoi ne cultivons-nous pas ce désir d’être ensemble pour former une nation ? Pourquoi les Algériens se tiennent le ventre à chaque échéance électorale. Justement à propos d’élections qui sont annoncées et, selon toute vraisemblance, à tort ou à raison on dit que les jeux sont faits et que l’islam politique fait un retour en force adoubé cette fois par l’extérieur -entendons par là l’Occident -qui ne voit plus de difficulté dans la dynamique du Printemps arabe qu’il a déclenché, de laisser diriger les pays arabes par des « islamistes dits modérés » nouveaux concepts permettant justement une mainmise sur des ressources sans pour autant donner une chance à ces pays d’émerger scientifiquement et d’être acteurs de leurs destins.

Nous voyons que cinquante ans après, tout reste à faire. Entre ceux qui veulent la partition du pays croyant sauver la Kabylie et plus largement ceux qu’on appelle pompeusement les démocrates laïcs qui n’ont rien compris aux pesanteurs sociologiques de l’Algérie et ceux qui prônent un islam politique, à géométrie variable en fonction des intérêts, les Algériens, musulmans depuis quatorze siècles, veulent savoir quel projet de société proposent ces « guides ». Ils veulent savoir au-delà des 300 mots creux de la langue de bois, quel est le programme de ces partis pour ramener la paix dans les régions.

Pensent-ils à une organisation type Landers allemands où chaque région dispose d’une autonomie dans le cadre d’un Etat fédéral qui est garant des fondamentaux, l’identité, les langues, la religion, les fonctions de défense régaliennes ? Pensent-ils à un système éducatif en phase avec la marche du monde ? Pense-t-il à une économie du développement durable avec une stratégie et un Plan Marshall pour les énergies renouvelables ? Comment mettre au travail les Algériens et réhabiliter l’effort, le travail bien fait dans une Algérie ouverte tolérante qui ne fait pas de sa religion ni de ses cultures un fonds de commerce ? Voilà les vraies questions qui intéressent les Algériens et qui pourraient donner aux Algériens l’envie de participer au débat, d’être acteurs de leurs destins et de ne pas laisser la place à ceux que le pouvoir intéresse plus que le devenir de cette Algérie qui nous tient tant à coeur.

Professeur Chems Eddine Chitour
Ecole Polytechnique enp-edu.dz


 
P.S.

1. Nadjia Bouaricha http://www.elwatan. com//actualite/ferhat-mhenni-et-l-insulte-aux-martyrs-19-01-2012-155502_109.php

2.http://www.tamurt.info/la-kabylie-a...

3. Marc Rousset - http://www.dazibaoueb. com/article.php ?art=27397

 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • Bonjour,
    Et puisque nous sommes en début d’Année 2012, je souhaite simplement que vos voeux soient exhaussés pour la réconciliation des Algériens avec leur Histoire, mais pas seulement EUX.
    M’immisser dans Votre Histoire ne serait pas sain, même si j’en ai vécu une infime partie, douloureuse pour moi et les miens du sud de la France, de Janvier 1960 à Mars 1962 en tant qu’appelé du contingent. ( Les Aurès et la Fontière Tunisienne, j’ai connu...)
    Une de mes petites filles s’appelle Myriam DOGHMANE ; Son autre grand-père était "Chaoui"...
    Ici, en France, nous allons commémorer le cinquantenaire du Cessez-le feu signé le 18 mars 1962 à Evian, après ces 8 années de guerre ; Nous sommes toujours autant divisés car les souffrances des uns ne sont pas du tout identiques à celles des autres. Parfois même, cela dépasse l’entendement.
    En espérant cependant que la Raison l’emportera un jour.
    Alors pensez donc : la réconciliation interne, nous en sommes trop loin.

    Respectueusement et en toute amitié.

    Gilbert SOULET
    Cadre Honoraire SNCF (25-11-1939)

    • Merci monsieur .

      Il est évident que les douleurs sont les mêmes de part et d’autre et il n’y a pas de mon point de vue un etalonnage à faire ; Ce que je dis c’est que lAlgérie peine à se redéployer du fait d’un tsunami qui l’a ravage un matin de juillet 1830 et que les répliques sont à la près de 180 ans plus tard. J’observe que l’acculturation voire le métissage crée comme l’explique bien Michel Foucault , la paix.
      Le peuple algérien n’oublie pas qu’il y eut des Français qui ont bravé les interdits ,qui ont traversé les lignes invisibles dont parle Bourdieu qui séparaient les deux communautés pour aller vers l’Autre..

      Encore une fois merci pour votre témoignage

      Pr. C. E.Chitour

  • Heureux ceux qui ne savent pas, leur ignorance les conduit droit aux certitudes sclérosantes.
    Ceux qui savent peuvent prétendre à la promotion et au progrès.
    Quant à ceux qui feignent de ne pas savoir, ils ne peuvent prétendre qu’à l’agitation stérile.
    La France en Kabylie c’est du déjà vu, déjà subi plus de 130 ans durant, et ce n’est pas beau.

    La Kabylie en France...pourquoi pas ?

  • Bonjour M. Chitour, je cherche a rentrer en contact avec vous à propos d’une enquête que je prépare concernant les doctorants algériens. Puis-je avoir votre adresse mail (benyoucef.benkouar@gmail.com)

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes