Pourquoi Nicolas Sarkozy a-t-il "déclaré la guerre" aux Français ?

Nicolas Sarkozy a repris l’initiative, en prononçant un discours d’une violence sociale inouïe. Tout en se préparant à la candidature ("J’ai RV avec les Français", donc candidature implicite), l’Occupant de l’Élysée... semble déclarer la guerre aux Français, ce qui apparaît contradictoire. Pourquoi ce "jeu" double ? Pour moi, une seule réponse, presque machiavélique.

Voyons d’abord les propositions, d’une rare violence sociale : Car en misant plus que jamais sur la logique de la compétitivité (qui ne produit en réalité que désindustrialisation et perte d’emplois comme du pouvoir d’achat pour tous au lieu de lutter contre le chômage), Nicolas Sarkozy opère un immense transfert des ressources du patronat aux salariat, très exactement : Un transfert massif des cotisations sociales qui pèseront désormais, à travers la TVA "sociale", sur les seuls salariés (et sur les retraités comme sur les chômeurs et les ménages), au lieu d’être réparties équitablement entre patronat et travailleurs, ce qui augmentera encore le pouvoir du Capital, et des capitalistes, sur le dos des travailleurs (et des retraités). Et la dérégulation du Marché du Travail laissera libre cours à la loi de la Jungle. Plus que jamais !

Plus que jamais, en effet, Nicolas Sarkozy impose ses propres thématiques, ultra-libérales, qui pourtant, et c’est un comble, choquent même un Madelin : "Il s’agit d’un hold-up patronal sur le pouvoir d’achat des salariés", assure-t-il. Si Madelin, le champion du libéralisme, le dit, cela doit être vraiment très grave, en effet.

Le prétexte, on le connaît : Si on diminue le coût du travail, on évite la destruction des emplois et les délocalisations, on permet la croissance. En théorie seulement, parce qu’en pratique, les choses ne sont pas si simples.

Que propose Nicolas Sarkozy ?

Passons sur la création d’une banque d’entreprises (encore un cadeau au MEDEF, il ne s’agit pas d’une banque nationale mais d’une banque pour... les entreprises), sur la flexibilité du temps de travail chère aux ultra-libéraux (finie la durée légale du Travail, l’Etat se désengage), ou sur une augmentation de 30 % de la surface constructible soi-disant pour abaisser le coût du logement ("le propriétaire architecte" pourra faire n’importe quoi, construire plus sur un même terrain ou ajouter des étages), passons sur tout cela, et même sur la fin inexorable (ou tout au moins la très grande limitation) des emplois publics, sur la suppression des droits de succession (encore une mesure pour favoriser les plus nantis), sur la politique familiale (il ne s’agira pas de redistribution sociale mais de favoriser la natalité chère à l’électorat le plus traditionnel) ou sur la taxation symbolique (0,1 % !) des transactions financières §... Passons sur tout cela, pour arriver au coeur du dispositif Sarkozy : La TVA dite sociale, en réalité anti-sociale, ou si l’on préfère, "patronale".

La TVA sociale... anti sociale

On connaît le refrain, "il faut s’adapter au monde nouveau", en oubliant de dire que ce monde-là est décidé unilatéralement, anti-démocratiquement (et mis en oeuvre servilement par les pseudo Elus de la Nation) par le Grand patronat, celui du MEDEF, et au seul service du Grand Capital. Dérégulons, dérégulons, une fois l’Etat protecteur démantelé il ne restera rien pour les travailleurs, ni Droit ou protection du Travail ni durée légale du travail ni même un jour, le salaire minimum... Désormais, si l’employé n’accepte pas la réduction de son salaire ou l’augmentation des heures de travail, on considèrera qu’il commet une faute grave et il sera licencié. C’est cela, la "modernisation", l’"adaptation au monde nouveau" : Une régression générale des droits !

Donc, morceau de choix, la TVA Sarkozy, dite abusivement "sociale" - ou "anti-délocalisations". Elle passera par la réduction du coût du travail, qui profitera aux entreprises puisqu’elles ne financeront plus comme avant (c’est-à-dire en partie, conjointement avec les travailleurs) notre protection sociale, notre modèle social si original et auquel nous tenons tous tant. Pour l’Occupant de l’Elysée, le raisonnement est simple : "Si nous perdons des emplois, c’est parce que le coût du travail est trop élevé, en tous cas plus élevé qu’ailleurs". Ce qui compte, avec l’ "accord compétitivité-emploi", c’est la sacro-sainte compétitivité, qui passe toujours par la réduction des salaires ou la réduction des emplois. En réalité, tout cela entre dans un vaste plan d’ensemble, d’ailleurs favorisé par la crise provoquée de toutes pièces pour favoriser le transfert massif du public au privé, et du salarié au patron - plus précisément, du salarié au grand patron, celui du MEDEF. Mais pour faire passer la pilule du désengagement de l’Etat (il n’interviendra plus, la durée du travail et les salaires se négocieront entreprise par entreprise), du démantèlement du Droit du Travail et de sa protection, de l’abaissement des salaires et donc du pouvoir d’achat, du nivellement général par le bas, on invoque abusivement... la sauvegarde des emplois et de la croissance !

En réalité, en réduisant le coût du travail pour les entreprises, en favorisant la régression générale pour les travailleurs et en instituant en France une politique de "rigueur" (car c’est bien de cela qu’il s’agit, puisqu’avec la TVA sociale le prix des produits augmentera de 1,6 % pour tous, salariés comme chômeurs ou retraités), en instaurant, donc, la TVA dite abusivement "sociale", on ne créera ni entreprises ni emplois, on ne favorisera pas la croissance, au contraire - puisque le pouvoir d’achat diminuera pour tous. Il est pratiquement sûr, comme pour les restaurateurs, que les entreprises ne répercuteront pas sur le prix de leurs produits, la cotisation payée en moins pour les travailleurs. La TVA dite "sociale" augmentera les profits, elle ne créera ni emplois ni croissance. C’est le MEDEF, et lui seul, qui inspire cette politique anti-sociale, pénalisant les plus modestes et les classes moyennes, et c’est lui qui, aujourd’hui, triomphe. Face à cela, les inégalités et la pauvreté vont exploser, comme au Portugal, en Grèce, en Espagne, et les prix vont augmenter... La nouvelle politique de Sarkozy aggravera encore un peu plus la situation. A travers l’Occupant de l’Elysée, les plus favorisés déclarent la guerre aux Français. Comme partout ailleurs en Europe, les peuples seront plus que jamais spoliés, piétinés, sacrifiés !

La guerre est déclarée aux Français - aux peuples !

Le Gouvernement prétend ne pas augmenter les impôts : Quelle hypocrisie ! La TVA "sociale" est un impôt, indirect, et le plus injuste de tous, car au lieu de peser sur les plus nantis, il pèse sur tous, salariés comme familles, retraités ou chômeurs ! Nous ne devons pas nous laisser abuser par le chantage aux délocalisations : Si les entreprises ne paient plus avec nous notre protection sociale, si nous sommes seuls à la payer en particulier par l’impôt indirect de la TVA "sociale", il n’y aura pas moins de délocalisations - mais plus d’inégalités, plus de pauvreté ! Et la taxe symbolique sur les transactions financières est une imposture : Le financement de la protection sociale sera assuré, en gros, à 85% par les ménages, et seulement à 15 % par les revenus financiers.

L’ultra-libéralisme, la mondialisation, c’est ça : La dérégulation du Marché du Travail, la déréglementation, le démantèlement de l’Etat protecteur, le nivellement par le bas, l’alignement sur le moins disant, le désengagement des entreprises comme de l’Etat, la destruction du droit du Travail... Il s’agit d’un plan concerté, auquel sont soumis tous les peuples d’Europe. Le modèle social européen qui était envié dans le monde, est en train de mourir sous nos yeux ! Il ne reste plus que des nations sacrifiées, des Etats moribonds, des PME en difficulté, des peuples en voie de paupérisation complète, pour le seul profit des plus grandes entreprises, des multinationales, des actionnaires, des spéculateurs, de la haute finance ! Notre monde est devenu fou, et avec des dirigeants au service du MEDEF comme Nicolas Sarkozy, la loi de la jungle s’étend, ravageuse !

Le modèle allemand imposé aux Français. Sarkozy l’Étranger

Comment vont réagir les Français aux nouvelles dispositions de Nicolas Sarkozy ? Certainement très mal, car avec l’Occupant de l’Elysée, qui n’aime pas la France et qui la dessert, c’est un modèle étranger qu’on tente d’imposer, modèle qui profite certes aux grosses entreprises, à la "compétitivité" (les plus gros absorbant les plus faibles), mais qui par ses inégalités, de plus en plus d’ailleurs comme aux Etats-Unis, précarise l’ensemble des travailleurs et donc des ménages.

Il est très grave en effet de voir que Nicolas Sarkozy ne parle jamais des Français, mais des Américains, des Allemands... S’il voulait tuer le modèle français, l’Histoire de notre pays, sa culture, il ne s’y prendrait pas autrement ! En agissant ainsi, le Président heurte de plein fouet le patriotisme français. En plus d’accroître les inégalités, la précarité déjà très préoccupante ! A terme, le mécontentement va grandir et gagner les couches moyennes...

Pourquoi la stratégie de la rigueur avant les Élections ?

En réalité, si Nicolas Sarkozy ose défier les Français à trois mois des élections, c’est qu’il a, pour moi, un plan - que je qualifierais de machiavélique. Car il sait que ses mesures ne peuvent que heurter les Français !

Dès aujourd’hui, gouvernement, patrons et syndicats vont se rencontrer. Les Syndicats, évidemment, sont très remontés. Des manifestations sont déjà annoncées .

Et si tout cela, en effet, était une stratégie délibérée du gouvernement, avant les Elections ? Nicolas Sarkozy est très impopulaire : Sa personnalité comme sa politique sont très décriées. Alors, pourquoi proposer aux Français, maintenant, et alors même que François Hollande a le vent en poupe, une aggravation de leur sort ? Comme si on voulait les provoquer ! Pour la Presse aveugle ou complice, la cause est entendue ; Ainsi, la Croix annonce une explication saugrenue : "Nicolas Sarkozy veut rester dans les mémoires" ! Et un autre Editorialiste : "Ce que Sarkozy veut faire, c’est aller plus vite que François Hollande" ! Vraiment ?

Car pour moi, en effet, c’est plutôt de cela qu’il s’agit : Nicolas Sarkozy mise sur un mécontentement populaire grandissant, et donc sur des manifestations. Souvenez-vous : Mai 68, la colère des manifestants, les émeutes, et pour finir, le défilé des Champs-Elysées. Et la France profonde qui réagit en votant pour le pouvoir en place... Machiavéliquement, à mon avis, Nicolas Sarkozy joue sur le mécontentement à venir, puis sur la peur de la France profonde, pour se poser en Protecteur énergique de la paix "sociale" et être... réélu. Envers et contre tout ! Car les lendemains déchanteront terriblement pour ceux qui, à chaud, auront réagi en confiant à nouveau leur avenir au Fossoyeur de la France et en particulier de son modèle social.

A nous de déjouer la manoeuvre et d’informer nos concitoyens pour qu’ils ne tombent pas dans le piège tendu...

Eva R-sistons


 
 
 
Forum lié à cet article