Et c’est déjà le bleu du ciel

Je suis partie aujourd’hui. J’ai rejoint le soleil qui brille et la lune ricanante.
Sachez que je vous protège de leurs clartés lumineuses :)
Je vous aime...
Fuck la mort

Franca Maï

Et c’est déjà le bleu du ciel

Il faut lutter toujours,
Et puis mourir un jour.
 
Et l’on se sent perdu quand le grand jour arrive.
La croisée des chemins ;
Le retour en arrière...
Tout s’est enfuit de nous. Tout est parti si vite.
Le livre inachevé là où l’idée se fige.
Le roman qu’on pensait pouvoir relire un jour.
 
Le ressac de la nuit qui se remplit du vide
Et l’ogre se repait sur tes frêles épaules.
 
Passants, vous ne savez rien de ce qui s’est passé.
Attendez ! Attendez encore un peu ! Demain nous vous dirons
Ce qu’il reste du cri et de la trace douce ;
Ce qu’il reste des mots ou des images fières ;
Ce qu’il reste du soir ou nous avons rêvé ;
Ce qu’il reste de nous qui étions là sans l’être.
 
La vie tient désormais sur quelques mégabits.
Tout est gravé pour nous immortels que nous sommes ;
Et toi, plus encore que nous, immortelle à jamais.
Dans le mot et l’image et le son et la voix.
 
La mort n’existe plus face à nos écrans bleus.
 
Nous avons ce pouvoir fou de te faire revivre
A chaque clic de souris que nous déciderons.
 
La mort n’existe pas face à nos écrans bleus.
La mort n’existe pas
Pour nous qui t’avons faite
Désormais immortelle.
 
Franca,
Il est des soirs plus froids que les hivers
Où les nouvelles sont mauvaises ;
Où le temps s’éternise
Dans ce silence qui gronde en nous.
 
La mort n’existe pas face à nos écrans bleus.
Fuck la mort.
 
René Balme
Le 8 février 2012
23h31

 
 
 
Forum lié à cet article

2 commentaires
  • Et c’est déjà le bleu du ciel 10 février 2012 02:58, par larbi chelabi

    Et pourtant l’implacable mort ne rate jamais ses rendez-vous. La preuve, elle est bien partie l’amie virtuelle Franca !
    Le poème de René Balme, poignant de rage, de tendresse et de désespérante impuissance, témoigne du désarroi immense que nous éprouvons tous devant la plus grande de toutes les échéances.
    On pourrait croire que Franca ait finalement choisi sa mort et le moment de sa mort. Mais de vous à moi, ce qui, à première vue, constitue un éloquent pied-de-nez à la faucheuse n’est en réalité que l’ultime illusion de ne pas lui laisser le dernier mot.
    Et pourtant c’est toujours elle qui gagne quoiqu’on fasse et quoiqu’on dise.
    La mort n’a pas l’habitude de dire, ni de contredire. Elle accomplit son oeuvre dans un silence assourdissant, plus anodin qu’un clic de souris, plus furtif qu’une idée. Celle qu’on se fait de la vie quii reste à jamais la plus grande des illusions.
    Tendres pensées pour Franca !

  • Et c’est déjà le bleu du ciel 10 février 2012 18:01, par Libre Plume

    Il est des soirs où on comprend que certaines âmes précieuses et rares tracent l’arc-en-ciel,
    Celui qui nous rappelle que rien n’est jamais terminé,
    Celui qui nous apporte encore et toujours l’espérance.

    Fortes d’une incommensurable obstination elles répètent aux autres "Je vous aime",
    Leur souvenir illumine les astres,
    Lien indicible entre lumière et nuit,
    Des âmes qui transpercent l’obscurité pour rejoindre la lumière de l’amour et mieux nous en inonder.

    Elles sourient au soleil, font un clin d’oeil à la lune,
    pour terminer allongées sur un nuage posé là dans l’azur.
    Tout reste en mouvement ainsi, vous comprenez.

    La mort n’existe pas pour ceux qui écrivent les mots forts, révoltés, doux, justes, décalés, décapants mais toujours si proches de l’âme humaine.

    Calmer sa peine, ne pas la laisser gronder,
    Lever les yeux, se laisser éblouir,
    Et sentir sur son visage le vent de l’esprit,
    Oui, c’est ça, c’est lui, c’est l’amour.
    Voici l’éternité à notre porte.

    Que ces âmes sont magnifiques de nous envoyer tout cela.
    Rien n’est jamais terminé.

    Fuck la mort Franca.
    Thanks for all you’ve written.
    God bless you, your family and your daughter.

    @ René Balme. Beau texte.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes