{id_article}
 

Les propos de Guéant : une bonne vieille "tradition" raciste

par : LKP

Certains, singulièrement des élus « dits » socialistes de
Guadeloupe et autres « défenseurs » des libertés se
sont offusqués des propos de Claude Guéant (UMP) sur
la hiérarchie des civilisations. C’est bien, il était tout de
même temps, mais quand même, mieux vaut tard que
jamais. Car, admettons tout de même que les propos de
Guéant s’inscrivent dans une longue « tradition »
raciste de mépris et d’insultes distillés au plus haut
sommet de l’Etat colonial Français depuis toujours,
quelque soit le régime politique, quelque soit le parti
politique au pouvoir. Et cette « tradition » raciste dure
et perdure avec la bienveillance de bon nombre de
ceux là mêmes, qui aujourd’hui, se disent brusquement
choqués. Nous présentons ci-après quelques morceaux
choisis parmi tant d’autres, d’expressions et de
discours qui n’ont d’ailleurs suscité peu ou pas d’émoi,
confirmant ainsi cette bonne vieille « tradition » raciste
habituellement acceptée et digérée par les valets
tropicaux du système colonial.

Jules Ferry, le père de l’école publique, laïque et
obligatoire déclarait devant les députés le 28 juillet
1885 : « les races supérieures ont un droit sur les
races inférieures ».

Le Général de Gaulle, père de la nation Française,
disait le 05 mars 1959 : « C’est très bien qu’il y ait des
Français jaunes, des Français noirs, des Français
bruns. Ils montrent que la France est ouverte à
toutes les races et qu’elle a une vocation universelle.
Mais à condition qu’ils restent une petite minorité.
Sinon la France ne serait plus la France. Nous
sommes quand même avant tout un peuple
européen de race blanche, de culture grecque et
latine, et de religion chrétienne. »

Jacques Chirac le 19 juin 1991, parlant des immigrés :
« ….Et si vous ajoutiez à cela le bruit et l’odeur ».

Nicolas Sarkozy, quant à lui, déclarait à Dakar le 26
juillet 2007 que : « l’homme africain n’est pas assez
rentré dans l’histoire ? »

Rappelons-nous d’autres propos du candidat Sarkozy :
Caen, Montpellier, … mars - mai 2007 : « Alors, c’est
vrai, il y a dans notre histoire des erreurs, des
fautes, des crimes, comme dans toutes les histoires
de tous les pays. Mais nous n’avons pas à rougir de
l’histoire de France. La France n’a pas commis de
génocide, elle n’a pas inventé la solution finale. Elle
est le pays qui a le plus fait pour la liberté du monde.
Elle est le pays qui a le plus fait rayonner les valeurs
de liberté, de tolérance, d’humanisme. Nous pouvons
être fiers de notre pays, de ce qu’il a apporté à la
civilisation universelle, à l’idée d’humanité. Nous
pouvons être fiers d’être les enfants d’un pays de
liberté et de démocratie. Nous pouvons être fiers
d’être les enfants de la patrie des Droits de
l’Homme. »

Toulon 7 février 2007 : « A tous ceux d’entre vous qui
sont revenus des colonies en ayant tout abandonné,
n’emportant avec eux que leurs souvenirs de
jeunesse et cette nostalgie qui ne les quittera plus
jamais, je veux dire que si la France a une dette
morale, c’est d’abord envers eux. Aux enfants des
harkis qui ont servi la France, qui ont dû fuir leur
pays et que la France a si mal accueillis, je veux dire
que si la France doit des excuses et des réparations,
c’est à eux qu’elle les doit. A tous les anciens
combattants de nos anciennes colonies, je veux dire
la reconnaissance de la France et je veux rendre
hommage à Jacques Chirac de leur avoir rendu
justice."

Paris 6 mai 2OO7 : « Je veux remettre à l’honneur la
nation et l’identité nationale. Je veux rendre aux
Français la fierté d’être Français. Je veux en finir
avec la repentance qui est une forme de haine de soi,
et la concurrence des mémoires qui nourrit la haine
des autres. »

Le 02 février 2011, le Gouvernement Français lançait
l’année des outre mer dont l’objectif principal était « de
changer la vision des Français »
sur nous, les …
ultramarins, les ultrapériphériques. Les Français
auraient donc une vision de NOUS. Rappelons-nous les
voeux de Nicolas Sarkozy en 2011 : « Je voudrais
vraiment qu’à la fin de cette action et de mon
quinquennat, les Français portent un autre regard
sur l’Outre-mer, qu’ils vous voient comme des gens
fiers, compétents, parfaitement inscrits dans le
monde d’aujourd’hui, ayant parfaitement digéré
leur histoire, n’ayant ni amertume, ni revanche,
simplement de l’espérance pour eux et pour leurs
enfants ».

NOUS serions donc sans fierté, sans dignité, sans
conscience, incompétents, fainéants, arriérés, primitifs,
…. et surtout pour qu’on lui f…e la paix avec l’esclavage,
il nous invitait gentiment à digérer notre histoire. Et
nous savons tous ce qui suit la digestion. Aurait-il osé
tenir de tels propos à Maillé où en août 1944, l’armée
Allemande massacra une centaine de villageois ?

Aurait-il eu le courage et l’insouciance de dire cela à
Oradour sur Glane où un village entier a été brûlé et
les villageois exécutés par les Allemands en juin 1944 ?
Une telle vision nous renvoie donc, inexorablement,
aux expositions coloniales dont le but était d’étaler,
d’exhiber la grandeur et l’immensité de l’empire
colonial français mais surtout de montrer au monde et
tout particulièrement aux Français « cette mission
civilisatrice » qu’un pouvoir quasi divin aurait donné
à la France afin d’éduquer les sauvages, cultiver les
indigènes, en faire des hommes suivant les principes et
valeurs catholiques, apostoliques et romaines dixit le
code noir. La IIIème République ne fut pas en reste sur
ce plan là.

L’histoire de la France coloniale n’est pas enseignée.
Une grande majorité de Français ne savent rien de la
barbarie du code noir qui définissait le statut de
l’esclave. Ils ne savent pas que Napoléon était un
négrier qui a rétabli l’esclavage en Guadeloupe en
1802 ou que Pierre Messmer au nom de l’état français
organisa l’élimination de plus de 300 000 nègres au
Cameroun. Ils n’ont jamais entendu parler du code de
l’indigénat qui déterminait plusieurs catégories de
Français (français français et français moins français).
Ils ne sont qu’une poignée à savoir ce qui s’est passé à
Sétif (Algérie, 45 000 morts) ou à Madagascar
(89 000 morts). Et encore moins nombreux sont ceux
qui sauraient vous dire ce qui s’est produit les 26, 27
et 28 mai 1967 en Guadeloupe (assassinat de plus de
100 Guadeloupéens) ou sur l’île d’Ouvéa sous la
présidence de Mitterand en 1988. Rien non plus de
l’empoisonnement « légal » du Peuple Guadeloupéen à
la chlordécone. Ils ne savent rien non plus sur le rôle
moteur joué par la France dans la destruction de la
nation Haïtienne et de nombre d’Etats Africains. C’est
ça aussi l’histoire de « la France universelle patrie des
droits de l’homme »
et source d’une « grande
civilisation démocratique ».

La colonisation, la traite négrière, l’esclavage et tous
leurs corollaires (pillage, vol, viol, massacre, épuration
ethnique, génocide, aliénation culturelle, domination
économique, répression et éradication de toute
contestation, racisme, soumission de la classe politique
locale, …) ont assuré et assurent encore aujourd’hui à
la France ses richesses, sa puissance et son autorité.
2011, année des outre mer confirme bien la vision
colonialiste de la France vis-à-vis des territoires et des
peuples sous sa domination. Nous sommes dans le
droit fil de la loi du 23 février 2005 reconnaissant les
bienfaits de la colonisation, de la domination et de
l’asservissement des peuples.

Voilà, toute crue, la réalité devant laquelle certains
s’émeuvent seulement à l’approche des élections !
Ce n’est pas suffisant.
Surtout quand ce sont des alliés inconditionnels de
Guéant et Hortefeux. Surtout quand ce sont des
fidèles valets au service de l’Etat colonial.
Rappelons-nous ceux qui ont été les premiers à
réclamer l’usage de la force contre le mouvement
social de 2009.
Les mêmes qui se sont entendus avec, Hortefeux,
Guéant et Sarkozy pour renier leurs signatures,
refuser l’application du protocole du 04 mars 2009
et arrêter toutes relations avec le LKP.

Ceux là mêmes qui crachent sur tous ceux qui
luttent pour la dignité, le respect et la souveraineté
du Peuple Guadeloupéen. Ceux là mêmes qui
soutiennent les prélèvements ADN sur les
syndicalistes, la répression anti syndicale et lé
pwofitan kon Louisy.

Ceux-là mêmes qui ont traité LKP de fasciste le 06
mai 2009. Les mêmes qui ont traité les
représentants du LKP de raciste pour avoir
simplement exigé la priorité d’accès aux postes à
responsabilité pour les cadres Guadeloupéens et
dénoncer l’attitude des patrons békés Ceux-là
mêmes que nous n’avons jamais entendus sur les
propos racistes des Despointes, Guerlain ou
récemment chez nous de Sylvie Hayot.

Ceux là mêmes qui ont fait de la Guadeloupe
(congrès des élus du 15 avril 2005), un laboratoire
de remise en cause des droits des étrangers
débouchant sur des lois d’exception sur les
contrôles expéditifs des étrangers (Haïtiens) et les
expulsions sans recours suspensifs d’exécution, ce
qui n’existe pas en France.

Encore les mêmes qui méprisaient les
Guadeloupéens le 07 novembre 2011 en publiant
et en approuvant des propos racistes stigmatisant
le Peuple de Guadeloupe : « la majorité des crimes
et des délits est commise par des guadeloupéens
d’ascendance africaine, ce qui pose la question de la
définition identitaire et communautaire de ce
territoire ».

ALORS, FACE AU MEPRIS, AUX INSULTES. FACE A CETTE BONNE VIEILLE « TRADITION » RACISTE, ON N’EST PAS
ANTI - RACISTE ET DEFENSEUR DES LIBERTES FONDAMENTALES PAR OPPORTUNISME, YENKI DAVWA NI
ELEKSYON E POU SOVE POS A MINIS A LUREL OU POUR REVENDIQUER LA GUADELOUPE FRANÇAISE !
ALORS, DORENAVANT, OSEZ :
- L’Application pleine et entière de toutes les dispositions de l’accord du 04 Mars 2009, conclu avec le LKP ;
- Revendiquer respect, dignité et un véritable développement économique, social et culturel en faveur des
Travailleurs et du Peuple de Guadeloupe aujourd’hui, demain et après demain, ….en toutes circonstances,
quelque soit le régime politique, quelque soit le parti politique au pouvoir ;
- Une Guadeloupe souveraine juste et équitable, débarrassée de la pwofitasyon kolonyalis é kapitalis !

LKP - Lapwent – 12 Févriyé 2012


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes