Anything goes ! *

Sarkozy : tout et son contraire

Anything goes ! (1)

Le candidat Sarkozy a dévoilé les premiers axes d’une campagne que toutes les agences de communication prédisent rapide, courte et surtout totale : les chômeurs, le mariage homosexuel et l’immigration - comprenez : les parasites, les pédés-pédophiles et les bougnouls ! (2)

On parle d’un dispositif quasi guerrier et d’une guerre éclair...

Aussi...

Après Berlusconi et son Forza Italia, mouvement à l’origine d’un concept dévastateur : "dire tout et son contraire" en politique...

De Jaurès à Levi Strauss en passant par Pétain à la lettre de Guy Moquet, collaboration et résistance tout à la fois, de la "Sécurité pour tous !" à l’amputation du budget Défense et de l’Intérieur, du "travailler-plus" au chômage de masse, de la vertu républicaine aux écoutes téléphoniques et autre piratage d’ordinateurs...

De Simone Weil à Claude Guéant, de "La réforme de l’Etat" à l’explosion de la dette de la France, du grand écart à l’entrechat, en ballerine de la politique, tutu au ras des pâquerettes d’un printemps démocratique introuvable, hiver et tombeau, sans oublier l’Allemagne d’Angela Merkel et les éleveurs de poulet venus en soutiens...

Nous sommes maintenant libres mais prévenus : pour ce mal-Président à la "casse-toi pauv’ con !", candidat à sa propre succession... Anything goes !


1 - Comédie musicale américaine créée à Broadway en 1934 - paroles et musique de Cole Porter - autour d’une histoire d’imposteur et d’ennemi public n°1.

2 - Les chômeurs inscrits au pôle-emploi et plus particulièrement ceux qui perçoivent des prestations. Les pédés : derrière ce refus du mariage se cache l’assimilation homosexuel=pédophile. Quand au vocable "bougnouls"... autre époque, autre cible... dans les années 30, on parlait des métèques.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes