Poème à sourire

Vous seriez mousquetaire,
Piquée de la pointe de votre épée,
Je pousserais un petit cri,
Pour mieux vous laisser être mon corsaire.

Sans préliminaire,
Je vous laisserais nu-propriétaire de mon repaire.
(elle est facile, je vous l’accorde !)
J’aime tellement vous plaire.

Dans vos bras voluptuaires (si, ça existe !),
Pour deux sous pas sectaire,
Au-delà de ce qui est réglementaire,
Vous seriez largement prioritaire.

Pour vous je me ferais signe lunaire,
De mon amour vous seriez le dépositaire,
Et moi de vous récipiendaire,

Non, non ! je ne me contenterai pas du bon vieux truc du missionnaire !
Que diable, soyez téméraire, que dis-je, Solaire !
Osez votre savoir-faire,
Osez le spectaculaire,

L’imaginaire, mon mousquetaire, l’imaginaire !

Mais vous … toujours lapidaire.
Oui, vous me l’avez déjà dit.

Vous n’en avez rien à faire.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes