candeur et servitude - sueur, larmes, remboursement et rédemption

Bayrou et les esclaves de la dette

Bayrou n’a de cesse de se vanter d’être le seul candidat qui ose aborder sans complexe, sans peur ni reproche, la question de la dette dite souveraine ; et alors que des Etats du même nom ne se comptent plus que sur les doigts d’une seule main... le plus souvent introuvable, ce même Bayrou et ses partisans manchots avec lesquels ils partagent peu ou prou les mêmes origines sociales et la même profession de foi religieuse (même credo, même combat - on y reviendra) n’ont que ce mot à la bouche : la dette, encore la dette, et toujours la dette comme un bégaiement chronique : détail biographique d’ importance, à partir de l’âge de six ans, Bayrou en a longtemps souffert.

La dette donc, seule ligne d’horizon, horizon indépassable (c’est pas la peine d’aller voir derrière ni au-delà !), point aveugle et angle de mort… la dette, au coucher, au réveil, avant, pendant... et longtemps après… la dette, encore la dette, toujours la dette, et bien évidemment et surtout... son paiement, son remboursement selon l’adage couillon (dommage ! il faudrait pouvoir le dire avec l’accent du sud-ouest !) pour couillons impénitents : qui paie ses dettes s’enrichit…

Alors qu’il s’agit en l’occurrence de n’enrichir qu’une seule source : des créanciers… banquiers de leur état.

Il est vrai que cette obsession de la dette a un avantage : elle permet de faire l’économie d’un programme quel qu’il soit puisque... si la priorité, c’est la dette, son paiement, son remboursement, rien ne sert alors de partir dieu sait où et de tirer des plans sur quelque comète que ce soit, puisque l’important, c’est de savoir rembourser à temps.

S’il fut une époque où certaines promesses de candidats excédaient si prodigieusement la fortune du pays que tout ce qu’ils promettaient se transformait en dette (à ce sujet, merci de vous reporter à « Timon d’Athènes » de William Shakespeare), chez Bayrou et ses scribes, tête baissée, un genou à terre, l’autre sur le prie-dieu d’une culpabilité induite par une religion sournoise et rusée, vous ne trouverez qu’une promesse, vous n’entendrez qu’un refrain ou bien plutôt qu’un psaume… cantique des cantiques et antienne tout à la fois : « Braves gens et chers paroissiens, il faut coûte que coûte rembourser la dette ! » ; slogan et priorité qui excluent toute perspective à moyen et long termes, si ce n’est encore et toujours : rembourser la dette !

Vous aurez remarqué qu’avec Bayrou et sa petite cour, fidèle et aux ordres – pour le temps qu’il leur sera donné d’obéir… d’autres en sont revenus très vite -, dans leurs prêches, jamais il n’est question de remettre en cause les taux d’intérêt de cette dette ! Dans leurs sermons, jamais il n’est question d’interroger l’origine de cette dette ! Dans leurs homélies, jamais il n’est question de nous préciser quel argent n’aurait jamais dû être dépensé, pour qui, pour où, dans qui, dans quoi et pourquoi ! Et enfin, dans leurs avertissements (menaces ?) sur un ton prophétique, jamais il n’est question de mentionner les économies qui devront être faites, les ministères concernés ou plus prosaïquement : quels sont les pauvres bougres qui feront les frais des prochaines coupes budgétaires.

Avec Bayrou et ses acolytes, c’est… jamais, jamais, jamais et jamais !

En revanche, avec la dette, Bayrou et ces mêmes énergumènes, entre candeur et servitude - sueur, larmes, remboursement et rédemption -, c’est toujours, toujours, toujours et toujours !

De là à croire que cet argent sortait des caisses du Vatican et qu’ils n’ont qu’un souhait... qu’il y retourne...

Aussi, revenons encore une fois à Shakespeare, histoire de nous remonter le moral (opus déjà cité) : "Rembourser ? Vous avez dit rembourser ? Pourquoi serais-je l’esclave de ce que vous appelez - mes dettes ?"

***

Si on oublie un moment un parti pris d’obédience catholique et une culpabilité consubstantielle, même innocent (surtout innocent ! d’aucuns rajouteront) -, fils d’agriculteur béarnais dur à la tâche, un temps dans l’obligation de combiner les études et le travail à la ferme de ses parents, au sujet de Bayrou, difficile de ne pas penser à ce qui suit : si là d’où l’on vient ne saurait en aucun cas empêcher quiconque d’aller voir ailleurs et de s’y installer, en revanche, il n’est sûrement pas nécessaire, une fois arrivé à destination, de courber l’échine aux fins de conjurer le danger d’un éventuel retour à la case départ, défait et humilié, sans doute pour la seconde fois, par une classe qui ne vous fera jamais oublier que Bordères et Pau ne seront jamais Neuilly ni Paris…

Car... rien n’enhardit le parvenu, le rescapé, ou l’échappé-belle, le front encore couvert de sueur, comme la soumission aux diktats des puissants ! Et d’aucuns s’empresseront d’ajouter : combien de temps encore, les rescapés d’un déterminisme social le plus souvent impitoyable (Souvenons-nous de Bérégovoy et de son CAP de mécanique-auto faisant la première de couverture de Time magazine avoir de recevoir un satisfecit du Wall Street journal pour son action en tant que premier ministre), devront-ils donner des gages de bonne conduite et de fermeté d’âme à ceux auxquels ils pensent devoir leur repêchage social, oublieux qu’ils sont de leurs droits et de leurs mérites ?

Si les anciennes victimes font d’excellents bourreaux, de même les anciens fauchés, un peu moins fauchés maintenant - pour ne rien dire de ceux qui le sont restés -, semblent faire d’excellents garçons de course, d’excellents recouvreurs et porte-parole de créanciers à bout de patience et d’agences de notation en mal de mauvaises notes à distribuer aux cancres que nous sommes tous...

Quant au pourquoi de ce qu’il faut bien appeler... la tentation de la soumission , il se pourrait bien que le syndrome du larbin y soit pour quelque chose, celui de Stockholm (empathie avec celui qui vous plume) n’y suffisant plus.



 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes