Ici sur l’estran de Charente-Maritime

Les stérilisateurs … ?

Les stérilisateurs … ?

Ici sur l’estran de Charente-Maritime, environ 70 pêcheurs professionnels de coquillages travaillent en zone sanctuarisé.

Les gardiens du temple veillent…

Les variétés d’oiseaux qui colonisent ce lieu magique rivalisent de beauté colorée à couper le souffle, chants et vols animent cette fresque naturelle.

Nullement perturbés par les pêcheurs, les volatiles s’approchent à quelques mètres et parfois se posent sur leurs épaules.

Un pêcheur à pied qui trime cinq heures par marrée, peut que se réjouir du comportement naturel des oiseaux, qui leur procure une douceur certaine face à la dureté d’un tel travail.

Ce respect mutuel, cette harmonie, semblent hélas vouloir être contrariée. Certains qui se sont fait introniser, sous diverses bannières de protection de ceci ou de cela, ne l’entendent pas de cette oreille.

Car à leur avis et avec l’aide des scientifiques, et ils le prouveront, ce sera écrit noir sur blanc, oblitéré, signé, timbré, tamponné ; « le pêcheur stérilise la zone ! ».

Ceci n’est pas sans rappeler la mésaventure de julien, éleveur de moutons dans la Creuse.

Au printemps 2005 lors d’un bel après-midi de mai, julien fit la connaissance de deux randonneurs qui vinrent à sa rencontre, puis les présentations et les courtoisies d’usages faites, ces derniers s’empressèrent de demander à qui appartenait le pâturage d’à côté. Évidemment Julien déclara - C’est le mien ainsi que les 150 moutons qui y paissent paisiblement.
- Bien voilà monsieur le berger, il faut que l’on vous dise – Où se trouvent vos moutons, pousse une variété de fleurs très rares, mais vraiment très rares. Vous serait ’il possible d’enlever vos animaux pour protéger toutes ces belles fleurs jaunes ?

Julien expliqua rapidement que son troupeau était vital pour lui et sa famille, puis invita les deux individus à aller randonner ailleurs... L’affaire se compliqua lorsque les premiers courriers recommandés arrivèrent, de longues et couteuses procédures eurent raison du pot de terre contre le pot de fer. Aout 2007 Julien vendit ses moutons à l’abattoir et déménagea avec sa famille, son champ saisi par l’état fut classé afin de protéger cette fleur exceptionnelle.

Au printemps 2008 aucune fleur jaune ne poussa…Et aujourd’hui elle n’est toujours pas réapparue…

Tout simplement un équilibre s’était créé entre le troupeau régulé par l’éleveur et la fleur.

Ne pas oublier que l’homme qui lui, vit et travaille au contact de la nature, souvent entretien un équilibre vital pour tout ce petit monde qui cohabite en se complétant. Permettez-moi de vous interpeler, vous les Gardiens du temple, même si votre intelligence vous semble supérieure au commun des mortels. Veuillez rester humble, avant de prendre des décisions, qui peuvent se révéler dramatiquement irréversibles, tant sur la faune et la flore, que sur l’humain…

Michel Fontaine.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Les stérilisateurs … ? 1er avril 2012 21:49, par Pierre Davoust

    Les ayatollahs sont légions parmi les écologistes autoproclamés. Les exemples les plus invraisemblables sont sans doute à rechercher dans les questions de continuums écologiques, tout particulièrement dans le domaine de la reconstitution des parcours naturels des cours d’eau où, s’il est vrai que certains aménagements sont impérativement à revoir, d’autres devraient être plus sérieusement réfléchis qu’ils ne le sont. Ce qui est consternant, c’est que ces gens, non seulement sont bien souvent ignorants des mécanismes qui président à la dynamique de ces écosystèmes, mais ils sont totalement fermés à tout argumentaire, même quand ils sont présents dans la littérature scientifique dont ils n’ont probablement pas lu le premier mot.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes