Présidentielles : le troisième homme.

Allons-y de notre pronostic pour l’élection présidentielle, car les sondages sont loin d’avoir toujours raison. En dépit de ceux-ci qui donnent un duel Sarkozy-Hollande au second tour, un troisième homme (ou femme) pourrait être en seconde position au premier, et serait donc présent au second. Impossible ? Peut-être pas.

Plus de 40% des Français sont contre un duel Sarkozy-Hollande au second tour. Depuis 1965, toutes les présidentielles ont réservé des surprises.

En 1981 c’est le second du premier tour, Mitterrand, qui gagne le second tour devant Giscard.

En 1988 il y eut un écart abyssal de 4 millions de voix entre Chirac, malgré un bon report de voix à son profit, et Mitterrand.

En 1995 Jospin gagne le premier tour mais est battu au second par les voix cumulées des deux candidats de droite, ultra-majoritaire.

En 2002 Jean-Marie Le Pen accède au deuxième tour de la présidentielle, ayant battu Jospin au premier de moins de 200,000 voix compte-tenu du million et demi de voix pour Chevènement et des 660,000 voix pour Taubira.

En 2007 Ségolène Royal perd l’élection alors qu’en nombre de voix elle dépasse celles de Mitterrand en 1988. Et Bayrou réalise un score bien plus important que prévu.

Surprise pourrait être le maître mot de la présidentielle de 2012. Alors qu’on semble être enlisés entre un duel exclusif entre Sarkozy l’increvable de l’Élysée et Hollande le mou de la gauche selon Martine Aubry. Si c’est elle qui le dit ! Tout le monde promet la surprise. De Sarkozy à Marine Le Pen en passant par Bayrou et Mélanchon, ils le clament en meeting à leurs électeurs ou dans les médias. La presse étrangère trouve la campagne morose et le duel Sarkozy-Hollande ennuyeux. Ils n’ont pas tort.

Il faudra aussi compter avec le volume des abstentions, près de 32%, source d’erreurs pour les sondeurs et de nature à changer la donne en basculant tous les pronostics. Hollande a peur de l’abstention et dit que pour la réduire "il faut faire monter le niveau de l’enthousiasme, de l’engagement, de l’espoir". Mais il n’est pas le meilleur à ce jeu-là. Le meilleur pour y arriver dans les semaines qui viennent c’est Mélanchon, et ces 32% constituent une incroyable réserve de voix pour lui. Un gisement qui autorise tous les espoirs pour sa réussite dans cette élection. Même si la comparaison peut déplaire, il y a un effet Coluche dans la vitesse et l’ampleur des intentions de vote pour Mélanchon. Coluche avait réveillé les éternels abstentionnistes (un tiers de l’électorat) et parmi eux surtout les désenchantés, les désillusionnés, et c’était chez eux qu’il avait récolté ses 15%. Quelques pour cents en plus de cette provenance et quelques pour cents qui migreraient du PS vers le Front de Gauche et voilà Mélenchon, révélation de cette campagne, décrocher le cocotier et jouer un rôle national.

Les surprises possibles : Sarkozy arrive en tête au premier tour et gagne, grâce à cet élément de dynamique au second. Ou bien Marine Le Pen est au second tour devant Hollande, ou encore Mélanchon est au second tour devant Sarkozy et gagne la présidentielle. Ça, ce serait LA surprise. Les deux tours de l’élection présidentielle pourraient chacun apporter leur lot de surprises. Il y a déjà eu une belle surprise il y a quelques mois, quand DSK a été éliminé pour les motifs qu’on sait. C’était quand même lui qui avait toutes les chances de présider au destin de la France.

Les amateurs d’émotions fortes ou de suspense risquent de vivre des élections présidentielles palpitantes. Et la France dans tout ça ? Eh bien justement ça dépendra du résultat de ces élections et on verra si notre prochain Président sort d’une pochette surprise ou non. L’autre surprise sera de voir à quelle sauce les Français seront mangés une fois le Président élu. Avec Sarko ce sera comme avant, avec Hollande il y aura sûrement plus de justice sociale mais une politique conventionnelle et un Président peu emballant. Avec Mélanchon on revivra la Révolution française avec le grand chambardement mais une vrai dislocation de la structure des privilèges et des progrès sociaux puissance quatre et si c’est Marine Le Pen on va voir comment son programme surprenant va rater et nuire à la France alors qu’elle prétend que c’est la seule solution.

Avec les deux premiers l’oligarchie financière gagne et continue à rendre la France exsangue, avec les deux autres on rend à la France sa souveraineté financière. À tout prendre c’est Mélanchon qui fera le plus grand bien à la France, les autres étant ou dangereux ou inutiles. Contrairement à ce que dit Arnaud Montebourg quand il prétend que Mélanchon ferait perdre la Gauche de la même façon que Marchais l’aurait fait en 1981 et que Hollande sera l’ennemi de la finance, Mélanchon, lui, ne ferait pas perdre la France au second tour et il sera l’ennemi acharné de la finance. La déception du peuple viendrait d’une victoire de Sarkozy ou de Hollande, la pire nouvelle étant que Sarko n’ait pas besoin de libérer son siège à l’Élysée.

Personnage assez insignifiant dans le paysage politique français, Arnaud Montebourg est mandaté par François Hollande pour débiner Jean-Luc Mélanchon auprès des électeurs. Ça fait plus convenable de ne pas se charger personnellement de pareille besogne et de la confier à un larbin. Lequel larbin débinait lui-même Hollande il n’y a pas si longtemps en le cataloguant de "seul problème de Ségolène Royal". Si Mélanchon est un adversaire de taille pour Hollande, celui-ci n’a pas mis de gros moyens pour le combattre. Montebourg est un peu léger pour la tâche et cela démontre que Hollande est un piètre stratège. Ça promet en cas de victoire ! Un Mélanchon fort, et cela obligerait Hollande, s’il gagne, à gouverner avec le Front de Gauche, à faire comme Mitterrand en 1981, s’allier avec le PC pour des réformes sociales fortes. Mais Hollande préfèrerait de loin un Mélanchon affaibli pour faire comme Mitterrand en 1988, mener une politique sociale-démocrate et s’ouvrir aux centristes, qui reporteraient sur lui d’autant plus de voix que Mélanchon s’imposerait moins dans une alliance de fait.

Il semble d’ores et déjà que les centristes et François Hollande se soient choisis, et que celui-ci semble accorder bien plus d’importance au Centre qu’au Front de Gauche. On lit ça et là dans la presse des déclarations d’amour à Hollande de la part de centristes engagés. Cette alliance va bien avec le personnage, tempéré, modéré, détestant les vagues. Un profil qui correspond à beaucoup de Français. En définitive les Français auront un triple choix : Ne rien changer avec Sarkozy, à peine changer avec Hollande, ou tout changer avec Mélanchon.

En attendant avec impatience le premier tour on peut décerner le pompon de la bêtise à Laurence Parisot. Pour elle Mélanchon est l’héritier de la Terreur de 1793. Elle le trouve "vulgaire" et trouverait "ringard" que le Parti Communiste fasse partie du gouvernement (sic). Quand on lit sa peur d’un changement populaire on comprend le gouffre qui sépare la majorité des Français d’une classe de privilégiés décalés. Les commentaires dédaigneux de Parisot, qui puent le mépris du prolétaire, sont symptomatiques d’une droite étriquée qui ne conçoit le peuple que comme main d’oeuvre corvéable à merci et qui lui dénie sa qualité de citoyen à part entière. Il faut mettre un grand coup de pied à tout ça et on peut compter sur le Front de Gauche pour le faire, pour le plus grand bien de la France. La France pour tous, s’entend, pas celle d’une minorité.

Algarath


 
 
 
Forum lié à cet article

10 commentaires
  • oui en fin ce serait mieux en orthographiant comme il faut Mélenchon

  • Présidentielles : le troisième homme. 6 avril 2012 23:24, par sonia

    Est-ce vraiment "important" orthographier, il n’y a pas de faute dans un nom propre et enfin dans ce monde où nous sommes dirigés par certains à qui cela manque aussi ?!
    Cela est quelque peu vide de sens, l’article en lui même est intéressant et non dénudé de sens !
    En fin !!!!!!

  • Présidentielles : le troisième homme. 9 avril 2012 19:28, par Txakal

    "(...) La France pour tous, s’entend, pas celle d’une minorité."
    Désolé, pas d’accord. La France ne doit pas être pour les exploiteurs d’aujourd’hui et d’hier.... Ceux qui ont du fric planqué à l’étranger : suppression de la citoyenneté , suppression du droit de vote.
    La France doit appartenir à ceux qui ont travaillé, travaillent ou vont travailler pour elle. Tous les autres parasites, financiers, spéculateurs, pantouflards, politicards inutiles... doivent être éradiqués ! Sinon, la gangrène nous gagnera encore très vite...

    • Présidentielles : le troisième homme. 9 avril 2012 21:11, par Algarath

      On ne peut priver de droits personne. Entre la justice pour tous et la terreur il y a une marge. Avec un raisonnement comme le vôtre vous réduisez à néant les chances de changer en France, car les Français sont modérés.

  • Présidentielles : le troisième homme. 9 avril 2012 20:51, par Henri Etienne Dayssol (h.e.d=

    Des bonnes surprises y’a longtemps qu’on n’en a pas eu !... ça soulagerait en soi que Mélenchon soit élu.

  • Présidentielles : le troisième homme. 11 avril 2012 22:00, par J

    Arnaud Montebourg, « personnage assez insignifiant dans le paysage politique français », selon vous, était le troisième homme de la primaire socialiste avec 17 % des voix au premier tour. Et c’est sans doute celui qui avait le discours le plus à gauche, au point même que je l’aurais bien vu rejoindre le FDG.
    Pour le coup, je ne trouve pas votre papier très objectif.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes