L’idiot triplement utile de Marine Le Pen.

Marine Le Pen vient de qualifier Jean-Luc Mélenchon d’idiot triplement utile. Ce verdict à l’emporte-pièce n’honore en rien celle qui a refusé de dialoguer avec lui récemment. Que peut-on en penser ?

Idiot ? On peut dire ce qu’on veut de Mélenchon, mais, idiot, sûrement pas. J’ai passé des heures à visionner des vidéos de Marine Le Pen et de Mélenchon et, croyez moi, le candidat du Front de gauche pulvérise l’héritière du Front National sur tous les sujets. Il faut être singulièrement désespérée et idiote pour qualifier Mélenchon d’idiot. On comprend l’amertume de Marine Le Pen de se voir dépasser par Mélenchon dans les intentions de vote mais son programme à elle c’est du réchauffé basé sur la haine. Toujours la même chanson, les émigrés sont la cause de tous les maux de notre société. Depuis que son papa a trouvé cette martingale les Le Pen en ont fait leur fond de commerce et leurs afficionados en ont fait leur bible. Le programme des Le Pen est si mince qu’on se demande comment on peut fonder un parti sur si peu et si faux.

Ce qui frappe le plus chez Mélenchon c’est qu’il n’accepte aucune fatalité et qu’il martèle qu’avec la volonté on peut tout changer, tout oser. Dans ses interviews, ses interlocuteurs tentent de résister à son enthousiasme pourtant contagieux et doutent qu’on puisse apporter des changements. On se rend compte que de tous bords les gens sont résignés : La crise ceci, l’Europe cela, la dette et l’oligarchie financière enfin. Lui, Mélenchon il démontre inlassablement que des changements sont possibles, pour une justice sociale équitable. Plus que les chiffres qu’il avance, c’est son enthousiasme et sa conviction qui lui gagnent l’adhésion des foules.

Oui, Mélenchon aime Castro et Chavez, préfère la Chine à l’Amérique, est contre la décentralisation, pour les nationalisations, pour une fiscalité à la limite confiscatoire, et son programme coûterait énormément d’argent. Il prétend que ses dépenses seraient compensées par ses recettes. Il fait peur à droite comme à gauche. Ses détracteurs pensent que son modèle ressemble trop à celui de l’ex Union Soviétique. Jaurès, la révolution, le grand chambardement, tout ce que les bourgeois et les conservateurs modérés haïssent au plus haut point. Pour toutes ces raisons beaucoup pensent qu’il ne saurait jouer un rôle national par lui-même et que même Hollande serait bien embarrassé avec une alliance de Mélenchon pour gouverner. Mais là où tous les autres candidats sans exception rafistoleraient la maison France qui s’écroule de partout, Mélenchon rebâtirait l’édifice de la cave au grenier et éradiquerait les tares qui entravent le progrès social. Les grands moyens, quoi ! Et ça, c’est quelque chose qui parle à une tranche croissante de l’électorat, qui doute de l’efficacité de mesurettes du genre "trop peu, trop tard". Allez hop ! On fait tout péter, mais au moins on change et on guérit, on part sur des bases solides.

Vu par le petit bout de la lorgnette Jean-Luc Mélenchon est utile à Hollande et à Sarkozy qui pour des raisons diverses profiteraient de sa réussite dans la campagne. Mais c’est voir à très courte vue, c’est réduire les aspirations des Français aux quelques semaines des élections. Les petits calculateurs étriqués de la politique n’ont pas encore compris que Mélenchon n’est pas une simple vague qui fait déborder la piscine mais un tsunami qui va effacer des années d’inégalités. Mais qu’est-ce que Marine Le Pen, avec son programme maigrichon et ses idées d’un autre âge, peut comprendre à un programme qui correspond aux aspirations des Français. En matière d’idiots utiles, les Le Pen en connaissent un rayon. Le papa a été l’idiot utile de la gauche depuis la création du Front National et on se doute que la fille va connaître le même sort. Alors comme on dit chez moi dans le Nord, c’est l’hôpital qui se moque de la charité.

Quand Marine Le Pen a refusé de dialoguer avec Mélenchon, c’était de sa part un aveu. La peur de ne pas faire le poids, face à un interlocuteur sincère et puissant, face à un programme de qualité auquel elle n’a pas osé opposer son assemblage d’idées obsolètes et de recettes sans saveur. Elle avait la pétoche Marine et ça se voyait, elle était pathétique à essayer de nous faire croire qu’elle méprisait son adversaire alors qu’elle refusait la confrontation. Reste que son refus de dialoguer a été une grosse erreur. Ce soir-là, elle a perdu des voix et pas qu’un peu. Depuis qu’elle a ses 500 signatures elle commet une erreur majeure en marketing, elle change son positionnement et on sent que ça flotte. Juste avant l’élection on est au milieu du gué et on doit tenir le cap. Elle, quand elle fait du Marine et plus du Jean-Marie, elle perd des points. Les électeurs du Front National veulent un méchant, un teigneux qui aurait débattu avec Mélenchon par exemple. En dépit des attentes de Marine Le Pen d’un score important à cette présidentielle, elle va déchanter. Un positionnement flou et changeant est la pire stratégie, autant en marketing qu’en politique.

Pour convaincre, les candidats en sont réduits à proposer des mesures sans grande portée : Baisser le coût du permis de conduire, payer les retraites en début de mois et plus le huit, attaquer la grande distribution. Pas très vendeur et assez désuet. Pas le genre de Mélenchon qui lui ne varie pas d’un iota sur son programme très ambitieux. Au lieu que son positionnement s’étiole, le sien se consolide car il n’est pas seulement un tribun reconnu même par ses adversaires, il est aussi un vendeur hors pair.

Ça fait le tri parmi les candidats. Poutou et Joly relégués au rang de la quasi insignifiance des voix, Marine Le Pen qui dégringole de jour en jour, pareil pour l’insaisissable Bayrou. Des incertitudes énormes planent sur cette élection. On peut en citer au moins trois : Où iront les reports de voix de Bayrou et de Le Pen, où iraient celles de Mélenchon s’il ne passe pas au premier tour, et quelle sera la majorité de Hollande s’il est élu, gouvernera t’il avec le Front de Gauche ou avec le Centre. Une chose est certaine, rien n’est joué. Les voix que perd Marine Le Pen iront un peu chez Mélenchon et beaucoup à Sarkozy et elle devra attendre que son papa décède pour faire son Front National à elle. Autant dire que pour elle 2012 c’est râpé.

Ce ne sont pas les hommes qui dictent le changement ou qui décident, ce sont les évènements. La marche du progrès est impétueuse et inopposable et elle trouve sur son chemin les hommes et les femmes qui seront les catalyseurs de son succès. Mélenchon a émergé à l’occasion de cette présidentielle. Une convergence de calamités qui empoisonnent la vie de beaucoup de Français, comme la crise, la perte de pouvoir d’achat, le chômage, la misère et le désespoir, ont créé un formidable appel d’air pour un homme non pas providentiel mais un homme courageux qui rend l’espoir et qui ose un vrai changement.

C’est ça Mélenchon.

Algarath


 
 
 
Forum lié à cet article

5 commentaires
  • L’idiot triplement utile de Marine Le Pen. 10 avril 2012 14:31, par Denis G

    Oui, Mélenchon aime Castro et Chavez, préfère la Chine à l’Amérique,

    Je partage l’ensemble de votre point de vue mais s’agissant des opinions de Mlélenchon à propos Chavez et la Chine (et de Cuba) vous reprenez à la légère les poncifs simplistes et faux qui traînent dans toute la médiacratie.
    Ce que dit Mélenchon :
    http://www.jean-luc-melenchon.fr/2012/04/08/invite-de-bfmtv-2012-sur-bfmtv/
    sur Chavez : à partir de 14:12
    sur la Chine : à partir de 18:50 (recommandé, à partir de 16:00)
    Quant à Cuba Mélenchon ne se réclame ni de Castro ni du castrisme, il dénonce l’embargo toujours en vigueur des USA contre Cuba.

    • L’idiot triplement utile de Marine Le Pen. 10 avril 2012 23:34, par Algarath

      Merci de ces précisions. C’est vrai que même en faisant attention on a du mal à trouver des infos 100% justes. JLM intéresse beaucoup de monde et de journalistes et c’est tant mieux.

  • L’idiot triplement utile de Marine Le Pen. 10 avril 2012 19:58, par Bernard

    Je me souvient de l’angle d’attaque de Mélenchon contre la fille Le Pen lors d’une mémorable émission du média mainstream france 2 : avortement et "antisémitisme"...Deux préoccupations "éminemment populaires"...N’est-ce pas ?...Ah, ce macho-féminisme produisant une "femme" propriétaire de "son corps" jusqu’à l’ambryon humain...

    En effet, il n’existe aucun "antisémitisme" au sein de la classe ouvrière et autres couches sociales populaires...Ce qui existe malheureusement encore au sein de ces couches sociales, de la part de citoyens français "de droit du sang" (de souche comme ils disent !) c’est un certain racisme anti-arabe et une certaine islamophobie à l’endroit de leurs concitoyens "de droit du sol" issus de l’immigration, notamment arabe et turque, de confession musulmane...

    Ce qui existe également, de la part de ces derniers, c’est une sourde colère qui ne demande qu’à exploser, à l’endroit des laudateurs de l’Administration Coloniale et Colonialiste d’inspiration idéologique Sioniste, imposée par la force des armes en Terre de Palestine au prix de la Négation de la population originelle de toutes confessions, religieuses et athée de cette contrée...

    N’en doutons pas, si la fille Le Pen est aujourd’hui réhabilitée par nos "mainstreams", c’est qu’elle a donné quelque gage aux laudateurs...Quant au rôle qui lui est dévolu, il apparaît clairement : souffler sur les braises du racisme anti-arabe et de l’islamophobie pour exacerber et entretenir la division entre citoyens français de droit du sang et de droit du sol qui souffrent pourtant ensemble des mêmes maux, d’une régression sociale sans précédent, imposée par un régime capitaliste mondialisé, fût-il habillé de "démocratie" déléguée à des politiciens grands et petits bourgeois, dite "représentative" dont le Centre, avec ses institutions, notamment financières se trouve en Etasunie...

  • L’idiot triplement utile de Marine Le Pen. 16 avril 2012 00:00, par Gavroche

    Il semble en effet que Mélenchon d’aujourd’hui est plus grand que celui d’hier...Mélenchon est porté par le mouvement en cours, les événements le font grandir et il pourrait certainement devenir un leader très important dans les prochains mois si il assume les immenses responsabilités qui lui sont déjà confiées.
    L’Histoire désigne ainsi des hommes, Jean-Luc Mélenchon ne peut pas renoncer à l’engagement pour lequel il est désigné : il devra aller jusqu’au bout. La révolution qui s’annonce désignera d’autres hommes encore qui devront porter et aider le mouvement à grandir, chacun devra prendre sa part de responsabilité. L’amitié et la fraternité vont connaître le regain nécessaire face à l’âpreté du combat. Soyons lucides, l’affrontement va être dur, nous allons avoir besoin tous ensemble de faire vivre cette fraternelle démocratie afin de nous organiser.