La droite lave plus blanc son rapprochement avec le Front-Haine !

Paul Ariès Directeur du Sarkophage

Alain Juppé et NKM n’ont pas hésité à assimiler le Front de Gauche et Jean-Luc Mélenchon avec l’antisémitisme, pour avoir reproduit l’appel à la résistance à l’austérité lancé par le compositeur grec Mikis Théodorakis. S’agit-il désormais d’accuser d’antisémitisme tous ceux qui s’opposent à la politique du gouvernement israélien ? Alors oui, j’avoue avoir signé au nom du Sarkophage l’appel lancé notamment par Desmond Tutu, Archevêque d’Afrique du Sud, prix Nobel de la paix en faveur de la Palestine. Ces accusations ignobles contre le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon sont en outre fondées sur une campagne de propagande noire en provenance d’un journal grec de droite qui a totalement déformé les propos de Mikis Theodorakis. Les autres journalistes présents n’ayant absolument pas retenu cette version. Chacun peut lire d’ailleurs, sauf visiblement NKM et Juppé, la déclaration de Mikos Théodorakis du 12 novembre 2003 à ce sujet : « Mon opinion sur le peuple israélien est connue depuis toujours - comme c’est d’ailleurs le cas pour toutes les autres questions et sujets. Franchement, je suis stupéfait de constater le bruit qui est fait autour de cela maintenant, comme si l’on entendait m’exprimer pour la première fois. Peut-être que certains ont considéré le moment propice pour lancer une attaque contre moi. J’ai toujours été aux côtés des faibles, des gens qui luttent pour les droits des peuples. Et parmi ceux-ci figure le peuple israélien. J’ai chanté ses souffrances de la meilleure façon que j’aie pu le faire. J’ai toujours été pour la coexistence pacifique des peuples. Et je l’ai prouvé en pratique, entre autres, quand j’ai assumé le rôle d’intermédiaire entre Alon et Arafat lors des événements de 1972. Mais c’est pour cette raison précise que je suis absolument contre la politique de Sharon, et j’ai souligné ceci à plusieurs reprises, comme j’ai aussi condamné à plusieurs reprises le rôle des hommes politiques, des penseurs, et des illustres théoriciens juifs américains dans l’élaboration de la “politique” agressive actuelle de Bush. C’est donc de façon totalement délibérée que certains provoquent la confusion entre le peuple israélien, auquel j’ai si souvent prouvé dans la pratique que je l’honore et que je lui rends hommage, et ces phénomènes négatifs – au fond CE SONT EUX qui noircissent l’image d’Israël, en jouant un rôle réellement “antisémite”, CE SONT EUX qui se trouvent du côté du Mal, aux racines du Mal, comme je l’ai déclaré dernièrement. Personnellement je suis heureux, parce que je sais qu’il y a beaucoup d’Israéliens à travers le monde et à l’intérieur d’Israël qui sont d’accord avec moi et qui luttent pour les droits réellement légitimes de leur peuple, en assurant la coexistence avec les droits des autres peuples ; qui se battent pour la Paix dans leurs régions et à travers le monde. Je suis heureux que depuis des décennies nous soyons ensemble dans ces combats communs. Et je sais qu’ils me connaissent bien à travers ces luttes et qu’ils n’ont pas attendu la boue jetée par certains pour faire ma connaissance. Mais peut-être est-ce là l’objectif de ceux qui soudain ont "découvert” mes idées et me calomnient comme prétendu “antisémite”. (Athènes, 12.11.2003).

L’explication à cette cabale contre le Front de gauche et Jean-Luc Mélenchon est simple : la droite dite républicaine entend faire oublier qu’elle est en train de transgresser un des interdits majeurs de l’histoire politique française depuis le lendemain de la seconde guerre mondiale, elle doit faire oublier qu’elle viole sa propre histoire depuis le gaullisme ; car en renvoyant dos à dos la gauche et le Front National et en prônant sa nouvelle stratégie du « ni-ni », l’UMP marque définitivement la victoire idéologique des « Le Pen »… Si pour l’UMP, la gauche dans ses multiples composantes et le FN sont des adversaires de même nature, cela signifie que nous sommes en train de vivre les prémisses d’une recomposition totale de la droite à base d’une extrême-droitisation galopante. Le Sarkophagehttp://www.lesarkophage.com/f/index.php, journal des gauches antiproductivistes a donc eu raison de décider de poursuivre sa parution malgré la victoire de Hollande, car si nous avons contribué à sortir Sarkozy, ce dont Sarkozy était le nom… est loin d’être mort. Que la droite envoie ses deux chevaliers blancs sur ce front est encore plus inquiétant...Cela signifie que les derniers anticorps à cette recomposition sont en train de céder.


 
P.S.

A lire de toute urgence dans le Sarkophage actuellement en kiosque une analyse sur la stratégie du Front national à partir du modèle des pays du nord de l’Europe (2 euros 50 en kiosque) que confirme cette actualité

 
 
Forum lié à cet article

3 commentaires
  • Merci Paul Aries pour ce billet. Ça fait du bien. Ce qui étonne dans tout ça ce n’est pas la position de la droite, nous sommes malheureusement habitué à ce genre de procédé malhonnête. Ce qui me stupéfie le plus c’est la position du Parti de Gauche et plus précisément celle d’Alexis Corbière au sujet de Mikis Théodorakis et rapportée par le Monde : "Nous ne savions rien des propos qu’il a tenus au soir de sa vie concernant les Juifs. Connaissant la perfidie de ceux qui voudraient assimiler notre publication d’un appel sans rapport avec le problème posé à une approbation de l’ensemble des positions de son auteur et lassés par les calomnies dont nous sommes harcelés, par mesure de prudence et conformément à nos principes, nous avons décidé de retirer la référence de ce blog"
    Ce n’est pas de la prudence mais de la couardise. Avec des hommes de gauche de cette trempe là, la droite a de beaux jours devant elle.
    Quel plaisir de retrouver oulala, bien vivant et plus fort que jamais, nous allons vraiment avoir besoin de cet espace de liberté de conscience pour faire face à l’obscurantisme qui sévit jusque dans les rangs de la gauche

  • Il est certain que la droite y va de sa démagogie et enfonce le clou de cette tendance liberticide qui fait qu’il n’est plus permis d’être simplement lucide concernant tout ce qui de près ou de loin se rapporte aux juifs en général et à Israël en particulier.
    La première des lucidités serait d’ailleurs ce constat que parler en général est toujours réductionniste. Que dans la diversité grandissante de notre monde les cas de figure se multiplient jusqu’à tendre vers la singularité... et c’est très bien ainsi, on ne fonde pas un monde meilleur sur le conformisme d’individus normalisés mais bien dans la possibilité de l’épanouissement des différences, personnalités épanouies exprimant au mieux leur potentiel créatif. et inventant collectivement des complémentarités inédites. Pour répondre aux questions nouvelles d’un monde nouveau et inconnu, c’est bien le moins...
    Mais tout de même peut-on affirmer que la gauche soit tout à fait innocente de ce dont on l’accuse ? Je n’en jurerais pas... et j’ai été à plus d’une reprise témoin de cette réaction primaire qui balance dans le même grand fourre-tout LES juifs et les banquiers, Israël et les Israéliens... malgré l’opposition grandissante dans ce pays à l’extermination systématique du peuple palestinien. En témoigne d’ailleurs, entre beaucoup d’autre exemple, le soutien apporté par des associations juives à Monsieur Balme,.
    Cette tendance discriminatoire ne concerne pas que les juifs - on retrouve sous des forme déguisées le racisme dans des intégrismes islamophobes - et contribue à faire le nid du fascisme. Il suffit d’observer un peu ce qui se passe dans les pays musulmans pour comprendre que l’Isam n’existe pas plus que n’existait la chrétienté quand des Français catholiques massacraient des Français protestants au nom de Dieu, pas plus qu’elle n’existe quand les héritiers de la théologie de la libération affronte l’Opus Dei et le paye parfois de leur vie.
    Il est de plus en plus urgent de s’unir face au fascisme montant, et pour cela il faut comprendre deux choses : la nature profondément fasciste du néo-libéralisme des héritier de Monsieur Ford et la nature du microfascisme comme mode de rapport à l’altérité et à la différence qui n’a pas d’étiquette politique, se loge peu ou prou en chacun de nous, et sert de terreau au fascisme tout autant que le racisme assumé de la droite.
    Je crois que le moment n’est plus de se renvoyer la belle puante de la xénophobie, mais bien de s’interroger seul et collectivement sur toutes ces formes de discriminations que nous pratiquons quotidiennement et qui laisse une gauche éclatée incapable de faire un front uni face à l’horreur qui avance à présent à visage toujours plus découvert.
    Une gauche qui s’aliène les chrétiens de gauche, les musulmans de gauche, les animistes de gauche et tant d’autres encore... est une gauche qui s’aliène des forces vives de la résistance, qui risque bien de se constituer en dehors d’elle et sans elle parce que trop occupée dans la disputaille de sujets insignifiants qui font diversion et divisent. Preuve est faite que la victoire n’est pas dans les urnes, au mieux un jour les urnes seront l’expression d’une victoire acquise en dehors d’elles... Beaucoup de ceux qui sont en résistance concrète ne votent pas ou plus, ne revendiquent pas... ils agissent, beaucoup de ceux qui votent le font sans illusion, pour mettre un frein au pire et gagner un peu d’espace de liberté pour agir.
    Quiconque se retrouve à dire "les juifs" "les ceci" ou "les cela" comme je l’entend trop souvent à gauche devrait se remettre en question...
    Nous avons beaucoup à apprendre de luttes comme celle qui se mène aujourd’hui au Honduras, où - dans un contexte de fascisme avéré, avec un régime fantoche militarisé qui assassine emprisonne, harcèle, terrorise - le peuple s’unit et combat, résiste au quotidien et fait exister l’espoir entre les larmes et le sang

  • Je vous conseille un livre de Fritjof Capra : "Les Connexions invisibles - Une approche systémique du développement durable".
    Livre révolutionnaire qui devrait être une source d’inspiration. Un des grands messages à retenir : les plus grands succès de la nature sont le fruit de coopération et d’intérêts mutuels partagés. Toutes les confrontations et compétitions sont vouées à l’échec à terme.

    Le bruit et la fureur ne feront jamais recette. Le FN l’a compris, s’est asseptisé et en récolte les fruits puisqu’il devient fréquentable (ce qui n’était pas la cas lors de la présidence du FN par le père).

    Le succés du FN peut-être analysé à l’aune de :
    - sa nouvelle virginité portée par sa présidente qui sourit à l’envi et charme...
    - la dictature de la finance qui affole le peuple par ses méfaits, lequel recherche une protection contre cette agression et une partie grandissante de ce peuple se trompe de protecteur et d’agresseurs au motif que les autres "protecteurs" ont failli à cette mission (droite et pseudo "gauche") puisque appartenant au système et manquant de probité,
    - la peur de l’autre qu’il est si facile d’instrumentaliser pour en faire un outil politique ! Toutes les guerres, sur fond de crise économique, ont été menées en mettant en exergue la peur de l’autre (le religieux, la tribu, le noir, le musulman, la civilisation ...)
    - une grande partie des médias qui globalement a été plutôt bienveillante à l’égard de MLP (et non sans raison ...) et a participé à la mise à terre de JLM
    - la banalisation du discours xénophobe par l’ensemble des acteurs politiques mondiaux réactionnaires ou néo-cons (l’administration Busch en est un exemple manifeste) et par certains philosophes incontournables...

    Quand, sur les différents blogs, tout un chacun a voulu émettre des doutes sur l’invective, la confrontation obsessionnelle avec le FN qui paraissaient contre-productives et suggérait de se centrer uniquement au niveau de l’argumentation du programme => tout un chacun a été renvoyé dans ses buts.

    Ceci dit, il est urgent de se centrer vers l’avenir pour éviter la montée du fascisme et leur prise de pouvoir (cette seule idée est effrayante) et tout mettre en oeuvre pour se préparer aux prochaines échéances électorales en ayant la volonté de :
    - créer un mouvement de rassemblement d’ampleur de tous les partis , de toutes les associations, médias, personnalités qui souhaitent écrire ensemble une nouvelle page fondatrice d’un vrai mouvement de gauche. Ensemble, modéliser la société dans laquelle il fera bon vivre et en déduire un programme
    - créer des comités locaux populaires qui pourraient travailler sur la base de ce programme et l’expérimenter sur le terrain et faire remonter leurs remarques et suggestions
    - créer des universités populaires pour expliquer comment marche le monde et comment il est asservi aux plus riches et ensuite leur présenter un nouveau modèle de société et le programme associé .

    On ne pourra changer de société qu’à partir du moment où la majorité de nos concitoyens le voudra. C’est donc avec eux qu’il faut travailler vaillamment pour qu’une majorité prenne son destin en main.

    Je suis d’ores et déjà prête à participer à un grand mouvement pour un changement de société !

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes