{id_article}
 

Vieille Recette Fasciste pour Tambouille Américaine.

Mais comment les Américains ont-ils pu en arriver là, et pourquoi ? Ils symbolisaient la liberté, à l’image de la statue du port de New York, jadis offerte par les Français. Depuis le 11 Septembre, le monde vit une série de cauchemars, du fait du comportement déconcertant des États-Unis. Et encore, le pire est à venir.

Pour expliquer ce phénomène inquiétant, il faut comprendre que l’Amérique est l’otage de son extrême droite depuis l’arrivée de Bush, de son administration et d’une pieuvre qui capte tous les arcanes du pouvoir : Le Congrès, la Court Suprême et l’Exécutif. La Court Suprême, véritable fourmilière de juges appartenant à l’extrême droite, avait d’ailleurs donné le coup de pouce final à Bush lors de son élection usurpée, en tranchant en sa faveur pour les élections de Floride, fief du sinistre Jeb Bush, frère du Président. Tout ce beau monde n’a pu consolider son pouvoir, et justifier ses visées belliqueuses, qu’en entraînant l’adhésion d’une grande partie de l’opinion publique américaine. Pour parvenir à ce tour de force, l’extrême droite a appliqué à la lettre une vieille recette qui a fait ses preuves en Europe, alors que les fascistes allemands plongeaient le monde dans les deux guerres mondiales qui ensanglantèrent le XX ième siècle.

Le Maréchal du Reich d’Hitler, Hermann Goering, au Procès de Nuremberg, a dévoilé devant ses juges la recette qui est appliquée à la lettre aujourd’hui par l’extrême droite américaine. Je le cite mot pour mot : « Évidemment, les gens simples ne veulent pas la guerre mais, après tout, ce sont les chefs d’un pays qui déterminent la politique, et c’est toujours facile d’entraîner les gens, que ce soit dans une démocratie, une dictature fasciste, un Parlement ou une dictature communiste. On peut toujours manipuler les gens pour qu’ils appuient leurs chefs. C’est facile. Tout ce que vous avez à faire est de leur dire qu’ils sont attaqués, dénoncer les pacifistes pour manque de patriotisme, et exposer le pays au danger. Ce stratagème marche de la même façon dans tous les pays ».

La voilà la recette ignoble, avec ses trois ingrédients majeurs :
- Leur dire qu’ils sont attaqués : D’abord leur prouver avec les deux tours du World Trade Center qui s’écroulent et une attaque sur le Pentagone, ensuite entreprendre une croisade pour la « lutte contre le terrorisme » symbolisée par Ben Laden, et créer un ministère pour la sécurité intérieure qui émet à tout bout de champ des « alertes » de toutes les couleurs : orange, rouge, etc. Vous aurez d’ailleurs remarqué que depuis le 11 Septembre, il n’y a eu aucun attentat, même bénin, aux Etats-Unis, et que Ben Laden court toujours, si tant est qu’il ait jamais couru…L’existence d’une menace extérieure à laquelle il est ajouté foi est essentielle à la cohésion sociale aussi bien qu’à l’acceptation d’une autorité politique, qui pourra entraîner tout un pays à la guerre ou faire accepter des positions diplomatiques isolationnistes et dangereuses.
- Dénoncer les pacifistes pour manque de patriotisme : Cette façon perfide, mais d’une efficacité redoutable, a littéralement cloué le bec à l’opposition démocrate, et aux multiples associations pour les libertés. La guerre en Irak a cristallisé le patriotisme américain, pour le soutien aux troupes.
- Exposer le pays au danger : La guerre en Afghanistan, celle d’Irak, les autres à venir avec la Corée du Nord, l’Iran, la Syrie, ainsi que les risques réels encourus maintenant par l’Amérique avec le terrorisme.

Voilà. Ce qui précède peut expliquer le « comment », mais il reste à expliquer le « pourquoi ». La réponse se trouve dans la défense du capitalisme radical, la volonté de dominer le monde et de remodeler la géostratégie, la spoliation des ressources naturelles des pays qui ne peuvent se défendre, en abusant de la puissance militaire des Etats-Unis. L’Amérique, ruinée, dont les dettes au monde représentent 80 % des actifs financiers globaux, soit trois fois le PIB américain, aura beau jeu de répudier sa dette.

Il se trouve de plus en plus de citoyens lucides aux Etats-Unis, pour dénoncer l’iniquité de l’extrême droite, symbolisée par Bush, et les dangers incroyables que l’Amérique fait courir au monde. Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que des rumeurs de plus en plus persistantes laissent sous-entendre que Bush annulerait les élections présidentielles à venir fin 2004, lors d’un vrai coup d’état. Prions pour que cette rumeur insensée ne soit pas fondée. J’y faisais, le mois dernier, allusion dans mon article sur Oulala.net « Bush Imperator », pour blaguer…

Ce n’est pas l’Amérique qui est l’ennemi du monde, c’est l’extrême droite, hydre hideuse qui prolifère partout, mais qui jusqu’à présent avait été contenue. L’extrême droite américaine est à la taille de l’Amérique, elle est incroyablement puissante. Arriverons-nous à l’abattre ? Parfois je doute de l’aspect dérisoire de méthodes de résistance disproportionnées, dans un combat inégal de David contre Goliath : Des tribunes assez confidentielles sur l’Internet, qui provoquent peu de réactions, contre des médias américains au service d’une propagande mensongère, diffusés dans des milliards de foyers, et contre un appareil d’état américain qui est plus puissant que tous les appareils d’états réunis du reste du monde.

Ainsi Bush utilise les mêmes ficelles que Goering, l’extrême droite américaine partage les méthodes des fascistes, et l’Amérique fait la guerre au monde comme l’Allemagne nazie l’a faite au siècle dernier. Qui aurait prédit celà au XXI iéme siècle ! Goering avait subi son procès, et s’était suicidé pour éviter son exécution. Bush et sa clique seront ils jugés un jour ? Les extrémistes vont toujours trop loin, dans leur appétit de pouvoir et d’argent, et commettent des fautes de politique extérieure et des erreurs militaires. En se mettant à dos leur propre opinion publique, leurs électeurs, et les États du monde entier, ils compromettent leur avenir, et leurs jours sont comptés.

Pour les myopes de tout poil qui nous traitent de « paranoïaques », le réveil sera assurément difficile. Ironie de l’histoire, un tyran sanguinaire, Saddam Hussein, est aujourd’hui le plus à même de mettre à bas l’extrême droite américaine, en déclenchant une réaction de l’opinion publique qui pourrait être fatale à Bush. C’est un comble !

Algarath


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS

Le Verbe divin et la Rédemption humaine. [tiré de Intellection le 16 décembre 2018]

18 Désanm nou douvan Tribinal Bastè 2zèd laprémidi [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

Pa mannyé Sendikalis ! 18 désanm nou douvan Tribinal Bastè [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

Réprésyon kont sendikalis awa...Nou péké péyé ! [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

Nou pé ké pran’y ! Sendikalis pa kriminèl ! [tiré de UGTG le 16 décembre 2018]

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | ... | 240

Thèmes