{id_article}
 

Comptabilité froide

Le discours triomphaliste des NEOCONS [1] étasuniens ne doit pas occulter les tentatives d’évaluation du choc de la guerre et en particulier des pertes humaines. Ces tentatives sont d »délicates et le sont d’autant plus que le gouvernement des Etats-Unis annonce qu’il ne publiera aucun chiffre sur les morts de la guerre. Mais il est possible de donner des ordres de grandeur en laissant de côté les morts futurs (blessés, irradiés à l’uranium appauvri, enfants malformés et non viables...). A ce propos, il n’est pas inutile de rappeler que la guerre du Golfe a fait parmi les soldats US une centaine de morts pendant les opérations et dix mille ensuite. Côté irakien, les pertes du conflit même (au moins 100000 morts) ont été amplifiées par l’embargo (estimations des organisations de l’ONU : 1 million de morts).

Mais revenons à la guerre actuelle. Parmi les soldats de la coalition le nombre de morts se situe autour de 200. Côté irakien et bien qu’il soit certain qu’une partie des troupes s’est évanouie dans la nature pour éviter l’élimination totale, les armes utilisées par les armées US et britanniques dans les combats ont été dévastatrices. La mort est surtout venue du ciel puisque la maîtrise de l’espace aérien et satellitaire par le Pentagone était totale. Les troupes terrestres dès qu’elles rencontraient une résistance demandaient à l’aviation d’intervenir avant de combattre et de finir le « travail » déjà très avancé.

Les bombes à fragmentation ont été utilisées massivement. Les anglais les appellent les « daisy cutter », mot à mot « coupeur de pâquerette » c’est-à-dire que leur usage permet de réduire les combattants ennemis à l’état de pâquerettes après le passage de la tondeuse à gazon.On admire au passage l’usage barbare de
La poésie du jardin anglais !

L’avion A 10 a fait lui aussi un gros travail. Cet avion un peu balourd, est une sorte de canon avec des ailes qui ne peut intervenir que si l’adversaire n’a pas ou plus de défense antiaérienne. C’était le cas en Irak puisque les bombardements du pays par les aviations étasuniennes et anglaises, ininterrompus depuis 1991, avaient visé systématiquement cet armement. Dès qu’il intervient, l’A 10 est redoutable puisqu’il peut tirer chaque minute 3000 obus à l’uranium appauvri, obus auxquels aucun blindage ne résiste. Sous le feu de cet appareil, un char d’assaut est réduit en une minute à l’état de serpillière.

Donc tout élément de l’armée irakienne tentant de se battre à découvert a été repéré, ciblé et décimé ce qui conduit à l’hypothèse de plusieurs dizaines de milliers de soldats irakiens tués. Reste la population civile. Contrairement à la guerre du Golfe (1991) et à la Yougoslavie (1999), la population civile a été volontairement ciblée par des missiles guidés pour créer, selon l’expression du Pentagone, « le choc et l’effroi » c’est-à-dire pour terroriser la population. Elle l’a été directement (marchés, immeubles d’habitation...) ou indirectement. Le cas de l’au potable est à cet égard d’un cynisme exemplaire. Dans un premier temps, l’agresseur détruit les stations de traitement et les réseaux de distribution. Dans un second temps, il arrive comme le sauveur en distribuant des bouteilles d’eau minérale. Ceci montre bine l’utilisation des journalistes intégrés aux troupes au sol et pas à l’armée de l’air. Ils ont ainsi pu photographier et commenter à loisir la distribution d’au minérale mais pas celle de la destruction préalable du réseau d’eau.

Au total pour les observateurs honnêtes et il y en a en particulier aux Etats-Unis où la politique de Bush est analysée de très prés, il ne fait guère de doute que l’ordre de grandeur des morts irakiens est d’au moins 100000 personnes soit un rapport de 1 à 1000 entre l’agresseur et l’agressé. Certains experts ont comparé l’invasion de l’Irak à celle du Soudan par l’armée britannique à la fin du 19° siècle (1885), invasion menée par des troupes armées de canons et de fusils combattant des hommes équipés d’armes et des flèches.

Cette comptabilité macabre, nécessaire pour ne pas céder au discours triomphant des agresseurs, ne doit pas faire oublier que la guerre d’Irak n’est pas finie. Ce qui est achevé c’est l’invasion, ce qui commence est l’occupation d’un pays par une armée étrangère. Cette occupation n’est pas et n’a jamais été la paix ; elle peut durer longtemps et paralyser durablement l’armée US.


Notes

[1Néocons : abréviation anglaise désignant les Néo-conservateurs qui avec l’équipe Bush occupent le pouvoir aux Etats-Unis. Largement utilisée au Etats-Unis cette expression imagée garde tout son sens en français, encore que la C... en politique ne soit ni ancienne ni moderne. Ce qui fait la différence c’est l’effroyable capacité technologique de destruction des NEOCONS qui est sans commune mesure avec ce qui a pu exister dans l’histoire de l’humanité jusqu’au début du XX° siècle.


 
 
 
Forum lié à cet article

1 commentaire
  • Comptabilité étoilé 23 juillet 2004 12:15, par MARSEILLE.ENVUES

    Avec la prise de pouvoir de la secte pétro-chrétienne busherie, l’humanité a reculé d’une cinquantaine d’année (20ans=1vie) et continue sa régréssion vers la poussière d’où elle est sortie. Responsable et coupable des morts newyorkais, la famille et l’entourage des responsables de la dictaure blanche américaine n’a de cesse d’assasiner et de torturer des peuples libres pour les avilires à la condition dans laquelle eux-mêmes évoluent. La maison du pays d’amérique assassine pour ne pas avoir à condamner et se donne le droit de choisir la mort d’autrui.
    Lamentable histoire de mensonges, tromperies, meutres, vols, aliénations, racket et autres malfaisances, la balance qui pèse dans l’univers ne pourra, je pense, pas accepter que le chaos perde son sens vers la construction et que la raison impose l’immobilisme de la vie.
    Aujourd’hui tout va bien, faisons en sorte que demain ça soit mieux et dans tout les cas nous ne pouvons (malheurement parfois) que continuer.
    L’émission de comaguer est à l’écoute sur le site de radio galere.

    Voir en ligne : RADIO GALERE

 
 
Les derniers articles
 
Fils de nouvelles RSS
Thèmes