{id_article}
 

Cuba, la plus grande prison du monde

Il est des affirmations qui nous poussent à réagir. Celle-ci m’oblige à une lettre ouverte à Robert Ménard Secrétaire Général de Reporters sans frontières.

Mon cher Robert Ménard,

Je me baladais sur le site de RSF (il faut bien s’informer !) quand je suis tombé sur une bannière interpellatrice : « Cuba la plus grande prison de journalistes au monde ». Je clique et me voilà sur la page consacrée aux 26 journalistes emprisonnés avec comme légende : « Vingt six journalistes indépendants ont été pris dans la vague de répression déclenchée contre les dissidents cubains. Accusés de collaboration avec les Etats-Unis et d’atteinte à l’indépendance nationale, [1] ils ont été condamnés à des peines allant de 14 ans à 27 ans de prison. ». Et mon œil s’attarde sur « journalistes indépendants ».

Alors me vint une question : qu’est ce qu’un journaliste indépendant ?

Est-ce le journaliste mercenaire de CNN aux ordres du service de propagande de l’administration Etatsunienne ?
Est-ce celui de TF1 aux ordres de sa direction ultra libérale et qui roule sans s’en cacher pour le pouvoir en place ?
Est-ce le présentateur du JT titulaire d’une carte de presse qui bavasse ce que le pouvoir lui impose de dire via son prompteur ?
Est ce le journaliste de la presse locale sans cesse censuré « par manque de place » ou pour des raisons de « priorité de l’actualité », ou pour toute autre raison du reste ?
Est-ce celui qui alimente la revue de presse internationale en recopiant méticuleusement les communiqués de l’AFP ?
Est ce celui qui est chargé des chroniques mondaines, des chiens écrasés, de la météo… ?

Puis me vint cette autre interrogation :

Est-ce que les dernières guerres coloniales (Afghanistan et Irak) ont été « couvertes » par des journalistes indépendants ? Et si c’est le cas, pourquoi ont-ils raconté autant de conneries ? Pourquoi n’ont-ils pas vérifié leurs sources quand le Rantamplan Britannique Blair inventait des rapports accusateurs prémices à une vague de mensonges tous plus gros les uns que les autres ?

Où est le journalisme d’investigation, Bob ? Chez les journalistes indépendants labellisés par RSF ou bien un peu partout, ça et là sur le Net, avec des hommes et des femmes, sans carte aucune, sans salaire non plus, mais avec une passion affirmée et affichée pour la recherche de l’information. Et ces journalistes là que ton officine de mercenaires ne reconnaît pas, et heureusement, ils avait dit, eux, l’ampleur et le but du mensonge bien avant que tes chouchous reconnaissent l’évidence.

Ce journalisme la, que ton copain Sarkozy [2] voudrait bien museler, il gratte là où ça fait mal, opiniâtrement, méticuleusement et force est de constater qu’en règle générale, il ne se trompe pas souvent et dit beaucoup moins d’âneries et de contre-vérités que celui que tu défends et que tu qualifies d’indépendant. Oui, je sais, on a moins de lecteurs. Mais qui sait… un jour…

Chez nous on dit : quand on voit les couilles on ne peux plus nier que c’est un garçon ! Et pour ce qui est du plus grand mensonge étatique de tous les temps, il y a bien longtemps qu’on les voyait ! Sauf tes journalistes indépendants !

Et puis, il y a une question à laquelle il faudrait peut être que tu répondes en ta qualité de Secrétaire Général de RSF : peut-il y avoir des journalistes indépendants en France et ailleurs alors que la majeure partie des médias est la propriété des marchands de canons ? Je ne vais pas donner des noms, RSF doit bien posséder un dossier là dessus ?

Je ne sais pas où se trouve exactement la plus grande prison de journalistes du monde , Robert, mais ce que je sais, c’est qu’il est beaucoup plus facile de se payer le vieux révolutionnaire Castro qui résiste seul avec son peuple depuis plus de 40 ans contre un envahisseur potentiel lui imposant un blocus honteux et injustifié que de dénoncer l’attitude inqualifiable des Etats-Unis à l’égard du peuple cubain. Et pousser Castro à la faute, dans ce contexte là est tellement facile ! Plutôt que de parler des effets, si on parlait de la cause ! Ce serait peut être plus objectif non ?

La liberté de la presse cher Robert Ménard, c’est à moindre échelle, un peu comme la vision que peut avoir Bush de la liberté en général : tous ceux qui ne pensent pas comme lui sont des terroristes !

C’est avec ce genre de raisonnement simpliste que RSF semble avoir bâti son empire. Aller dans le sens du vent, suivre la vox populi, ne pas inquiéter l’ordre mondial et, de temps en temps vitupérer à l’encontre de quelque dictature complaisamment mise en place par ceux qui composent le G8 et qui sont tes amis. Ou se payer le dernier grand révolutionnaire encore en vie. Ca c’est porteur et tu peux être sûr que l’info va être reprise. Et quelque part, ça aide à faire oublier d’autres prisonniers dont le statut n’est pas si clair que ça.

Il suffît de regarder le baromètre de la liberté de la presse dans le monde sur le site de RSF pour deviner de quel côté se positionne ton association. La situation, pour ce qui concerne tout le continent américain, excepté Cuba, le Vénézuéla et la Colombie, est bonne ou plutôt bonne ! Tout est dit : la presse est libre, objective et indépendante sur tout le continent, sauf dans les pays qui s’opposent aux Etats-Unis. Bravo, c’est du grand art !

Mon cher Bob, excuse moi de te le faire remarquer mais tu a une vision de l’Histoire aussi pertinente et objective que celle que tu est en mesure d’avoir de la presse. C’est tout dire !

Et puis, il faut que je te dise une dernière chose : être libre, ce n’est pas hurler avec les loups. Jamais.

Qu’en penses-tu ?

Cordialement,

Gilles Lestrade, journaliste indépendant.

P. S.

Bon, en fait Robert, tout ce que je viens de t’écrire, c’était pour te taquiner. J’aime bien faire des farces. Cuba est bien la plus grande prison du monde, je l’avoue et personne ne peut le nier. Il y a quelque temps déjà que cette île des Caraïbes doit véritablement et aux yeux du monde reconnaître cet état de fait qui porte gravement atteinte à son image. Là où nos opinions divergent c’est que toi tu lui reconnais ce statut depuis le 18 mars 2003. Tu es trop indulgent Robert, il y a beaucoup plus longtemps que ce que les journalistes indépendants appellent « la plus grande démocratie du Monde » y a installé un camp de concentration appelé Guantanamo. Une prison où l’on enferme des gens sans même avoir à les juger, simplement parce qu’ils ont une sale gueule ou qu’ils sont un peu plus barbus que les autres. On les appelle des terroristes en langage démocratique made un USA. Il y a peut-être des journalistes indépendants parmi eux ! Qui sait ?

Tu devrais rajouter ça sur ton site Robert et lancer une grande campagne internationale pour que cesse cette atteinte fondamentale aux droit élémentaires de la personne humaine. Si, si. Tu devrais.


Notes

[1Aux Etats Unis d’Amérique, ce genre d’individu est qualifié de terroriste si je ne m’abuse Robert ? Si je me trompe, reprends-moi !

[2Je sais, je m’avance un peu en affirmant que vous êtes potes, mais si j’en crois les éloges qui lui sont faites quotidiennement a la télévision par les journalistes indépendants, je ne peux que conclure qu’il y a un lien d’amitié ou tout au moins une connivence idéologique.


 
P.S.

A lire, aussi, sur Robert Ménard : Bob Ménard perd les pédales

 
 
Forum lié à cet article

5 commentaires
  • L’habit ne fait pas le moine 12 juillet 2003 05:41, par Algarath

    Merci d’avoir pris le soin indispensable de remettre les pendules à l’heure avec Reporters Sans Frontières, et de l’avoir fait avec un tel talent.
    RSF fait référence à une liberté physique de circuler, alors que la liberté de la presse c’est d’abord l’indépendance vis-à-vis des pouvoirs. RSF me semble rouler sans vergogne pour le pouvoir et ce n’est finalement qu’un instrument de désinformation. Pire, c’est un instrument de propagande qui se drape dans une pseudo-mission de défense des libertés, alors qu’ils roulent pour ceux qui font l’inverse. Du grand art dans le pernicieux et le machiavélique !
    J’ai aussi bien aimé votre paragraphe sur les journalistes réellement indépendants, les sans-carte.
    Finalement RSF n’est qu’un torche-cul de plus, qui ne mérite que le mépris. Une association orientée, laquais des dominants qui nous oppriment ouvertement, fort de la puissance de leur argent.

    Cordialement

    Algarath.

  • > Cuba, la plus grande prison du monde 31 janvier 2004 20:07, par Bernard Riguet

    Bravo Mille Bravo pour cet article.

    La mode à gauche, qui comptait sur Cuba pour faire la révolution à sa place et qui est donc déçu des résultats qui ne sont pas ceux qu’elle espérait, étant de dénigrer ststématiquement Cuba, il faut entendre d’autres voix.

    Des critiques, sur Cuba, bien sûr, on peut en faire des tonnes. Mais qui parle de l’état sanitaire de la population,de l’absence de misères à tous les coins de rue comme dans le reste de l’Amérique Latine, du niveau de culture et d’éducation générale de la population ?

    Quand au Docteur es-leçon Robert Ménard, quel soulagement de lire une lettre qui remet un peu les choses en place.

    Merci donc pour ce texte

  • > Cuba, la plus grande prison du monde 11 mai 2004 22:14, par Beatrix Delvaux

    Ecoutez, je n’ai pas eu le temps de lire tout votre article, mais les grandes lignes me suffisent et me font

    hérisser les cheveux.
    Il faut continuer à se battre contre cette propagande anti-Cuba ou Anti-
    Castriste venant des Etats-Unis.
    Personellement j’ai longtemps cru cette fausse propagande jusq’au jour où j’ai mis les pieds dans ce pays.
    Je n’ai que des éloges !
    Mais mon voyage n’etait pas le All inclusive de Varadero.
    J’ai vecu parmi le peuple et j’ai mangé de leur table ; j’ai discuté avec des personnes issues de toutes les couches de la population et j’ai tire mes propres conclusions :
    il y a bien sur a Cuba des anti-Castristres mais le probleme n’est pas celui defendu par les Etats-Unis
    loin de cela
    Leurs problemes ressemblent aux notres
    nous issus des soi-disant "démocraties Européennes"
    et j’ai rencontré un pays plus heureux
    que n’importe quel pays d’Amérique Centrale
    Le Cubain vit bien et pas moins bien que nous.
    Je vous écris de Bruxelles ( belgique)
    croyez-vous que nous avons une liberté
    de presse telle comme prescrite par le charte des droits de l’homme ??
    C’est une illusion.
    Je finirai meme par douter de nos soi-disants démocraties.
    Cuba est un pays de gens heureux , pleine de santé, de savoir vivre,
    et de grande culture ... les journalistes en prison .... c’est qu’ils ont ete paye par une puissance qui veut l’extermination du seul pays
    libre de ce monde.

    Il est vrai qu’aux Etats Unis les journalistes ont toujours réussi à dévoiler les horreurs commis par leurs dirigeants , mais est-ce vraiment une liberté de presse où simplement une course effrénée d’une industrie des médias poussée par le profit ???
    Est-ce que leur motivation est si pure ???

    Et quel changement de société ont-ils obtenu ???

    J’ai des doutes.
    Le régime de Fidel Castro a ses mérites et probablement aussi ses erreurs, ce qui est humain.
    Mais Cuba est une réussite à tout point de vue.

    J’ai horreur du mensonge.
    J’ai voulu expérimenter moi-meme afin de détecter la vérité.
    Et la vérité est dans le camps de Fidel Castro.
    B. Delvaux

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes