{id_article}
 

Le retour de l’inquisition.

« Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage ! ». L’adage populaire est plus que jamais d’actualité. Ce n’est pas notre Président qui nous démentira lui qui a su faire monter, en son temps, avec la complicité effective de la « Sainte lucarne », le sentiment d’insécurité pour engranger, le moment venu, les voix de Le Pen. Idem pour l’arrestation de Colona, mais là, le peuple corse a trouvé la ficelle un peu grosse et la baffe n’en a été que plus magistrale.

La cabale orchestrée sur « paris-inymedia.org », nous interroge.

On se souvient de la "mort" d’Indymedia France au motif que certains de ses auteurs publiaient des articles aux connotations décrétées "antisémites". Ce même webzine n’a jamais refait surface, du reste. Le silence au bout de l’accusation. Ce n’est pas la liberté qui a gagné.

Il serait temps de définir clairement ce qu’antisémitisme veut dire, en matière d’écrits, afin d’éviter toutes les extrapolations fantaisistes. Un peu de sémantique serait salutaire en ces temps d’inquisition. Cela éviterait de faire quelque procès d’intention à tel auteur en extirpant telle phrase de son contexte pour mener campagne contre lui et le média qui le publie.

A titre d’exemple et pour mémoire, je rappelle qu’un élu local a été condamné pour avoir osé - avec le soutien de son conseil municipal - boycotter les produits d’origine israélienne ! Nous sommes, pourtant, un certain nombre, au fil des ans, a avoir boycotté ou appelé au boycott de produits en provenance de pays qui ne brillaient pas par leur attachement aux droits élémentaires de la personne humaine, sans pour autant avoir été inquiétés. Il y a donc là une prise de position douteuse qui doit interroger le démocrate et réjouir l’inquisiteur.

Si l’on se réfère aux censeurs, d’où qu’ils viennent, ils nous démontrent qu’il est possible de critiquer vertement tous les pouvoirs et religions, sauf Une religion et Un état de par le monde au prétexte que (… ??).
Le problème qui nous est posé de par le monde, est que les hommes sont de plus en plus nombreux à être « issus d’un peuple qui a beaucoup souffert ! ». Les génocides ont eu tendance à se multiplier ces derniers temps et si l’on ajoute les grandes épidémies qui, « grâce » à l’OMC prolifèrent …

Il est aussi possible d’affamer, officiellement avec l’accord de l’ONU, tel peuple désigné du doigt par le censeur américain, de prononcer l’embargo sur Cuba (et de le maintenir 40 ans), mais il est interdit de s’en prendre aux intérêts « économiques » de l’Etat d’Israël en décrétant un boycott que d’autres organismes ou associations, y compris juives progressistes, soutiennent. Il est possible, bien sûr, que « la plus grande démocratie du Monde » (excusez mon fou-rire !), « décentralise » sur l’île de Cuba l’un des premiers camps de concentration du XXI ème siècle pour y enfermer, sans jugement aucun, tout ce qui porte barbe et dont le faciès peut rappeler l’appartenance à une ethnie ou une religion au prétexte que l’Arabe ou le Musulman porterait en lui les gènes du terrorisme mais il est interdit de parler de crime contre l’humanité en désignant un premier ministre bien connu au proche orient.

Comment s’appelle ce type de comportement institutionnel qui permet de condamner de la sorte - au delà de l’individu même, toute une ethnie - avant d’avoir jugé, dans le langage des censeurs ?
Comment appelle-t-on, dans ce même langage, la croisade, « la guerre de religion, » entreprise par le fils Bush en Afghanistan, en Irak, et demain, je ne sais où ?
Le vocabulaire faut cruellement défaut, ou bien est-ce la traduction qui pose problème ?

Sans entrer dans le détail et vouloir analyser l’Histoire qui a conduit à cet état de fait - ce qui serait fastidieux - dire que l’entourage de Bush est pro-sioniste est un doux euphémisme et dire que ce cartel de « Faucons » est anti-arabe me semble relever du même euphémisme. Si la démonstration contraire devait être faite, il va falloir réécrire quelque pages d’Histoire !

Mais pour revenir au cas qui nous préoccupe, et parler de la forme, l’architecture ou la technique des sites, tels Oulala.net, Indymédia, etc. a cela de bon qu’elle permet à celle ou celui qui veut réagir à un article de le faire en toute liberté. L’information n’est donc pas péremptoire ni figée. C’est ce qui différencie le net, de la presse papier.

Alors de grâce, usez de ce droit de réponse, investissez le Net, mais ne reproduisez pas sur le réseau les pâles polémiques stériles et partisanes de ces quelques censeurs papivores ayant décidé une bonne fois pour toutes de limiter le débat en le refusant au plus grand nombre.

La situation Nationale et Internationale est suffisamment grave, me semble-t-il - et chacun sur Oulala.net en a l’entière conscience – pour affirmer qu’il serait plus intelligent et constructif de dénoncer les exactions et les crimes contre l’Humanité perpétrés par des hommes et des femmes, quelle que soit leur appartenance religieuse ou philosophique et qui n’ont qu’un seul but : imposer sur le monde une domination sans partage au mépris de la vie et de l’avenir même de la planète.

Voilà le véritable enjeu. Et il y a urgence si nous voulons que demain soit, pour nous – et ce n’est pas le plus important – mais surtout pour nos enfants et les enfants de nos enfants.

Le reste n’est que procédure puérile destinée, une fois de plus, à verrouiller la liberté de dire et d’informer en se mettant à l’affût de la phrase ou du mot qui pourrait permettre de porter atteinte à l’intégrité collective d’un site et par la même le discréditer.

Sarkozy n’a pas besoin d’investir le Net, il en est qui, sans même en avoir conscience, (on l’espère) font le sale boulot à sa place.

Voilà la mise au point que nous aurions fait parvenir au collectif qui administre « paris-indymedia » s’il nous avait interpellés « officiellement », en son nom, au moment même où cette polémique enflait dans ses colonnes.

Gilles Lestrade


 
P.S.

Cet article, par courtoisie, a été publié sur Oulala.net 24h00 après sa publication sur paris-indymedia.

Illustration : R. Balme, pastel sur papier.

 
 
Forum lié à cet article

10 commentaires
  • > Le retour de l’inquisition. 16 juillet 2003 21:28, par Algarath

    Merci d’avoir remis si clairement les pendules à l’heure. S’il faut écurire un article sur Oulala pour affirmer notre respect des Juifs je suis volontaire. Coridalement. Algarath

  • > Le retour de l’inquisition. 17 juillet 2003 17:11

    merci merci merci
    Voilà des articles qu’il fait bon lire.

  • > Le retour de l’inquisition. 17 juillet 2003 17:33, par Mehr Licht

    Je n’aime pas qu’on me traîte d’antisémite, quand je critique la position politique des sionistes israéliens, ou celle des faucons américains qui ne cachent pas non plus leur appui à Israël.

    J’ai personnellement deux très bons amis Juifs, avec qui j’ai même travaillé. L’un est américain maintenant, puisqu’il a épousé une Juive américaine. L’autre est canadien.

    Ces deux amis sont tous deux antisionistes et n’aspirent qu’à la paix entre Israël et la Palestine. Nous avons tous les trois le même discours. Mes amis sont-ils antisémites ?

    Merci Lestrade pour votre mise au point.

  • > Le retour de l’inquisition. 17 juillet 2003 20:30, par Romain (d’IndyMedia Paris)

    Oulala, c’est le cas de le dire !

    Mais qu’est ce que c’est que cette prise de tête ?
    Franchement, on a juste retirer le liens vers Oulala du site.

    En effet, c’est une manière de décider.
    Un site est sujet à polémique, pour se faire une idée, il faut se taper tout les posts de tous les acteurs.
    Une fois cela fait, il faut en discuter en réunion.
    D’ici là, le site est retiré des liens.

    Est-ce que quelque part IndyMedia a déclarer que Oulala était je ne sais quoi ?
    Non.
    Toutes les discussions ont été faites sur notre ML (acces et archive publiques).

    Avons nous dis qu’il ne fallait plus aller sur Oulala ? Avons nous dit qu’il fallait noyer ses administrateurs ?

    Non. On a rien dit, alors tout le monde fait beaucoup de bruit pour rien.
    Tout le débat a été lancé et clos dans les commentaires.

    La critique et la censure sont aussi des choses qui s’autogèrent...

    Que Oulala disparaisse ou non des liens d’IndyMedia ne signifie rien. (d’ailleurs, vous devriez en être content).
    Le but d’IndyMedia n’est pas de recenser les sites bon et de virer les mauvais.
    On mets en liens des sites comme ça.

    Qu’on ne me dise pas que les gens sont stupides, paraisseux et trop cons pour aller plus loin que nos liens.

    Pour ce problème, nous avons fait confiance aux gens (vague idée), et les gens (encore eux !) ont réglé ce problème tout seul.
    Les seules personnes qui se sont énervées sont celles qui attendaient la réaction d’un gendarme de la pensée.

    Nous n’en sommes pas.

    PS : Ce texte n’engage que moi.

    • > > Le retour de l’inquisition. 18 juillet 2003 11:22, par Algarath

      Elle est bien bonne. Vous déclarez ne pas être des "gendarmes de la pensée" alors pourquoi avoir prétendu qu’Algarath était douteux et que Oulala n’était pas capable de censurer ce genre d’auteur, en déclarant l’impérieuse nécessité de virer ces parias de l’accès de votre site. La censure sur Indymedia s’excerce de façon unilatérale, non modérée, mal pesée. Ce qui n’est pas le cas sur Oulala où le modérateur pèse chaque mot et rend une juste justice.
      Merci quand même d’amorcer un dialogue entre Indymedia et Oulala. Une position officielle de votre site permettrait de remettre les pendules à l’heure. Algarath

      • > > > Le retour de l’inquisition. 18 juillet 2003 14:47, par Romain

        hum hum

        Tout ce qui se dit en discussion ne représente pas la position du collectif.

        Les seules traces où l’on prétend que Algarath était douteux c’est dans les archives de la mailing list.

        Franchement, ce n’est jamais allé aussi loin que vous le prétendez...

        Enfin, la censure d’IndyMedia n’est pas un censure !
        Les articles sont cachés et librement accessibles...

        Nous ne cachons que les articles n’étant pas conforme à la charte...

        C tout.

        Je ne pense pas que le collectif fera un communiqué.

        Voir en ligne : La charte

  • > Le retour de l’inquisition. 17 juillet 2003 20:34, par Mehr Licht

    Tenons-nous debout face à la bêtise, comme Lestrade et Algarath. Nous réussirons peut-être à la contrer.

    Lestrade vous êtes un homme bien, votre pugnacité vous honore. Ne lâchez pas ! Nous sommes avec vous pour défendre le droit des sans-grade à s’exprimer librement. La presse inféodée aux dirigeants de droite ne laisse peu de place à la vérité.

  •  ??? 23 juillet 2003 13:12, par stupido

    Entierement d`accord sur le fond de l`article.

    Concernant Indymedia Paris, la censure est particulierement active sur deux axes :

    1/ Est censurée la critique des actions de certains groupuscules marginaux, des lors que ces groupuscules ne parviennent plus a répondre a la critique.
    2/ Est censurée la critique du sionisme en général.

    Le premier type de censure est de nature a favoriser les actions qui permettent une criminalisation facile du mouvement altermondialiste. Ainsi les actions contre la propriété privée et les symboles nationaux.

    Le second type de censure est de nature a exclure le débat sur tout ce qui touche de pres ou de loin le sionisme. Je ne veux pas tirer de conclusions hatives mais c`est pour le moins curieux de la part d`un média qui se dit libre.

    En somme, le premier axe de censure parait surtout protéger les forces auxquelles s`oppose le mouvement altermondialiste, quand au second, chacun peut interpréter a sa maniere. Vous avez dit bizarre ?

  • > Le retour de l’inquisition. 23 juillet 2003 18:46, par stupido

    Aujourd`hui, indymedia paris fait un nouveau pas vers le controle de l`information (c`est le terme consacré dans les milieux gouvernementaux). L`enregistrement préalable sera obligatoire pour pouvoir intervenir sur le site ainsi muni d`un acces protégé.

    Il n`y aura donc plus besoin de censurer puisque les indésirables seront arrétés au portillon. Le principe des boites de nuit sélects, en quelque sorte.

    Techniquement, cela permettra aussi une meilleure identification des petits naifs anarchistes, squatteurs et casseurs de tout poil qui se font une joie de raconter leurs menus exploits sur le site en croyant etre en territoire ami. En un sens, ils l`auront bien cherché.

  • Erratum 23 juillet 2003 22:48, par stupido

    Pour corriger mon message précédent, l`enregistrement ne sera pas obligatoire, pour l`instant, chez Indy Paris. Leur idée est d`encourager une telle procédure afin de bien différencier les intervenants "conformes" et les autres, ces derniers n`ayant pas droit au label "authentique" a coté de leur pseudonyme.

    Pour n`etre pas obligatoire, une telle mesure n`en est pas moins discriminatoire et irrespectueux de l`anonymat des intervenants. Cette mesure ne remplace pas la censure-maison déja pratiquée mais la complete par une incitation a s`identifier électroniquement, ce qui constitue une forme d`auto-censure préalable.

    Désolé pour l`inexactitude de mon message précédent.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes