{id_article}
 

Pour ou contre.

Quel est le contraire de « anti » ? Il semble que ce soit « pro », non ? Avec ces deux extrêmes, il est facile et commode, pour un esprit binaire, de cataloguer les gens, de façon péremptoire et sans aucune nuance. Ainsi vous serez accusé d’être anti Américain, ou antisémite, tout comme il y a des roquettes anti chars ou des suppositoires anti constipation.

À l’inverse, il y a les « pro ». On dira que cet auteur est pro américain par exemple ce qui laisse immédiatement supposer qu’il les aime, ou qu’il aime ce qu’ils font, ou les deux à la fois. Le mathématicien Boole avait inventé l’algèbre booléenne, qui est la base du fonctionnement des ordinateurs. Dans l’algèbre de Boole, il n’y a que deux états : zéro, ou un. Tout comme un interrupteur peut être en position « on » ou « off », et que la lampe ou la télé sera allumée ou non. Comme le dit l’adage populaire : « une porte doit être ouverte, ou fermée ». Certes, mais une porte peut-elle être entrebaillée, et ceci plus ou moins ? Et une lampe avec un « dimmer » peut-elle être soit très lumineuse, à peine briller pour fournir une atmosphère adéquate à vos ébats, ou être réglée au choix sur plusieurs positions intermédiaires selon vos besoins ?

Bref, en mathématiques, si l’algèbre de Boole est très pratique pour certaines applications, heureusement qu’il y a les états intermédiaires, qui vont de moins l’infini à l’infini, en passant par zéro. Ou alors votre relevé de compte bancaire ne comporterait que des zéros ou bien une somme astronomique, le pire étant le découvert abyssal. L’esprit logique et normal voit tout de suite les limites du système binaire et la stupidité de s’y référer, tant en mathématiques que pour le langage.

Toutes les langues du monde comportent des nuances. La nôtre en particulier, ce qui a fait écrire à Rivarol que : « La langue française est incorruptible, c’est de là que résulte toute cette admirable clarté, base éternelle de notre langue ». À l’opposé, on sait que l’on peut s’exprimer avec quelques centaines de mots seulement, ou tout du moins exprimer quelques idées ou concepts, sans trop de nuances, à l’emporte-pièces.

C’est ainsi que quelques esprits simples et archaïques, incapables de distinguer toutes les nuances de gris entre le noir et le blanc, veulent à tout prix vous étiqueter de façon binaire. Il suffit d’écrire un article où l’administration Bush est égratignée, pour que vous soyez « anti américain ». Et le pourfendeur de s’étonner que vous puissiez à la fois vivre en Amérique du Nord, voyager aux Etats-Unis et cependant avoir écrit que Bush était un demeuré !

Même des esprits réputés brillants, tels Jean-François Revel, peuvent présenter ce travers, quand il écrit un livre comme « l’obsession anti américaine », qui cloue au pilori les pauvres européens qui osent commettre un crime de lèse-majesté, en critiquant certains aspects de l’Amérique. Et Bush, esprit simplet, binaire et limité, de crier à qui veut l’entendre que « ceux qui ne sont pas pour l’Amérique sont contre l’Amérique ».

Si vous voulez vous soigner contre cela, je vous conseille un médicament anti dépresseur, ou une bonne dose de tolérance à l’égard des imbéciles. J’ai choisi la seconde solution car, dit-on, je suis anti bêtise. Il faut dire aussi que les idiots qui vous cataloguent avec un préfixe (pro ou anti) peuvent le faire avec une terminaison. C’est une variante. Comme dans « homophobe » ou « haltérophile ».

Je connais un haltérophile homophobe et pédophile, résolument pro américain, antisémite de surcroît, qui se gave d’antidépresseurs et, quand l’occasion se présente, s’enfile un suppositoire anti constipation. Il vote pour l’extrême droite, porte à gauche (pour vous mesdames), et pète plus haut que son cul.

Ouais, moi aussi j’ai du mal à le situer, pourtant avec tous ces adjectifs apparemment précis, ça devrait être clair, non ?

Algarath.


 
P.S.

Illustration : Clicweb

 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes