{id_article}
 

Non nous ne sommes pas les ennemis des Etats-Unis !

Mr Friedman ferait bien d’arrêter de regarder Fox News, car ses propos virent franchement à la Francophobie. Comment peut-il écrire « La France n’est pas seulement une alliée irritante et une rivale jalouse, elle est en train de devenir un pays ennemi ». Si c’est ainsi que nous sommes considérés de l’autre côté de l’atlantique, comme le laisse présager un des éditorialistes phare du New York Times ! Et dire qu’au printemps dernier, ce sont les américains qui nous accusaient d’avoir oublier et de cracher sur notre histoire commune. Je pourrais aujourd’hui leur retourner l’accusation.

Car comment oublier quelle nation a permis la création des Etats-Unis d’Amérique, de quelle nationalité était le général sans qui la victoire sur les Anglais aurait été impossible. Je parle bien évidemment de la France et de Lafayette. Dans notre pays, nul n’a oublié le sacrifice de ces milliers de soldats qui sont morts pour délivrer notre territoire du joug nazi. Alors que l’intervention décisive du corps expéditionnaire français n’est même pas cité dans de trop nombreux manuels scolaires américains.

De nombreux intellectuels de droite, proche de Bush, se vantent de représenter la nation qui la première, pu se libérer totalement de l’Ancien Régime. C’est vrai, c’est la réalité, mais cette même réalité nous apprend que ces idées qui ont fondé les USA ne sont pas apparus sous un pommier comme on voudrait nous le faire croire. Ce serait oublier l’héritage des Lumières, de Rousseau, Voltaire, Diderot et Montesquieu.

Ainsi, d’une certaine manière, la France peut prétendre à la paternité aussi bien philosophique et idéologique que militaire des Etats-Unis. Nos deux pays possèdent une « relation ship » bien plus forte encore que celle dont peut prétendre Tony Blair, car ce lien est celui d’une amitié fondatrice entre deux démocraties. Les français aiment dans leur plus grande majorité les USA. Ils aiment cette vision de l’Amérique telle qu’elle fut, c’est à dire une nation égalitaire, juste, et ne recherchant que la poursuite du bonheur. Un monde idyllique quoi ! Nous ne sommes au fond que de doux rêveurs !

Et c’est en tant qu’amis que nous nous opposons aujourd’hui à la politique impérialiste et hégémonique de Bush. Nous sommes des gardes-fous, essayant de montrer une meilleure voie pour obtenir les même objectifs, une voie d’humilité, non pas d’arrogance. Je n’ai jamais été le dernier à critiquer et à dénoncer les injustices et les erreurs qui se déroulent quotidiennement aux Etats-Unis, mais je ne suis en rien l’ennemi du peuple américain, bien au contraire. Mais comment ne pas réagir, lorsque la nation qui a bercé nos rêves d’enfant, avec Hollywood, New York et l’ « American Way », sombre en une version camouflée des ses propres cauchemars. Quelle déception pour les gens comme moi qui ont grandi bercé par les lectures de Spinrad et Bradbury de voir une si fière nation finir dans le caniveau de l’humanité.

Alors non, nous ne sommes pas les ennemis des américains, mais sans doute leurs meilleurs amis, car nous sommes les seuls à pouvoir leur dire leurs quatre vérités en face, sans peur, certain diraient même avec courage. Mais force est de constater que les Etats-Unis se sont trompés de méthode et de voie, malgré nos conseils et nos avertissements, alors qu’ils ne nous jettent pas la pierre aujourd’hui en nous érigeant en bouc émissaire de tous leurs malheurs. Car cet article de Thomas Friedman ainsi que la vague de francophobie que l’on a peut voir resurgir ces derniers temps n’est rien d’autre que cela. De la lâcheté. A voir la réalité en face et à tirer des leçons de ses erreurs. Prenez vos responsabilités ! En espérant que le peuple américain retrouve un jour sa grandeur d’antan et sa liberté.

Démosthène.


 
 
 
Forum lié à cet article

4 commentaires
  • bien vu .. 2 octobre 2003 11:14

    ..dénoncer la politique du Likoud c’est être anti-sémite ...

    c’est le culte de la culpabilité qui engendre le mépris et la haine ...

    la symétrie existe bien entre le likoud et la droite américaine ...

    je me souviens sereinement de la conférence de Nations Unis en 2001 à Durban, Afrique du Sud où la politique Israelienne était qualifiée de raciste ...qu’est-ce qu’il s’est passé ?

    Boualem

  • > Non nous ne sommes pas les ennemis des Etats-Unis ! 11 janvier 2004 19:08, par PyerVar

    Il est évident que j’aurais aimé apporter quelques contrariétés pour faire évoluer les choses, j’espère que vous y voyez le mot critique là-dessous. Mais...
    Absolument ! la France qui a donné un drapeau à l’Amérique étant sous le joug britannique, et qui aujourd’hui dans ses jours troublés, rejette du revers de la main, la main qui l’a secourus jadis. Ce n’est pas le propre de l’Amérique toute entière de faire une pareille dégringolade, mais d’un petit groupe aveuglé par la possesion du pouvoir...et qui se donne les grâces de devenir Dieu en justifiant leur conduite remplie d’arrogance. Voilà ou mène l’ignorance d’un clan égocentrique et qui éguisse la crainte pour dominer le monde pour installer son hégémonie. Est-ce possible qu’un peuple aussi inventif partage et propage autant haine et de mépris en accusant les autres de tous les mots, et soi incapable de se regarder lui-même dans le miroir ?

    • Vous avez sûrement compris que je veux dire que c’est l’Amérique qui rejette du revers de la main, la main de la France qui l’a secouru jadis.

      PyerVar

      • > Non nous ne sommes pas les ennemis des Etats-Unis ! 12 janvier 2004 09:14, par Démosthène

        Je suis tout à fait d’accord. Les USA sombrent dans une folie, à l’intérieur avec la violence, les politiques ultra-sécuritaires absurdes et un peuple de plus en plus lobotomisés, gras et indolent. A l’extérieur, c’est le sulfureux mélange de Dieu, de supériorité et de puissance, qui les mènent à vouloir préserver autant que faire ce peut l’Empire. La France n’a plus rien à voir avec ce pays. Non, nous ne sommes pas les ennemis des Etats-Unis, pas aujourd’hui mais demain ? Cette position devra être reconsidérée. Après l’Irak, nous ne leur devons plus rien. Il est fini le temps d’une amérique protectrice de la démocratie, là voilà aujourd’hui prédatrice. Mais le lion est mourrant. Reste à savoir si nous serons dans cette affaire gazelle ou chasseur.

        Démosthène.

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes