{id_article}
 

Alan Moore

J. Vernes, R. L. Stevenson, Bram Stocker, H. G. Wells, O. Wilde, M. Twain, H. R.Haggard, C. Doyle (et bien d’autres encore) sont revenus (probablement à l’aide une machine à explorer le temps). Tous ces auteurs du XIXe et du début du XXe siècle renouent avec la littérature populaire, celle du XXIe siècle : la Bande dessinée. En effet, avant d’être un film, The League of Extraordinary Gentlemen est une bande dessinée, ou plutôt un comic, issu de l’imagination fertile d’Alan Moore.

Né le 18 Novembre 1953 à Northampton (Angleterre), Alan Moore est issu de la classe ouvrière défavorisée. C’est donc tout naturellement qu’il se retrouve chômeur et sans qualification à 18 ans. Après avoir tenter de travailler comme dessinateur, il trouve sa voie dans l’écriture. Il crée alors les deux séries qui le révélerons : Marvelman et surtout V for Vendetta. Justicier théâtrale et impitoyable dans une Angleterre fasciste, V le fera connaître et reconnaître.

En 1986, Les DC Comics (Superman, Batman and Cie) à la recherche de sang neuf font appel à lui. Il crée alors The Watchmen. Six super-héros fatigués reprennent du service pour sauver un monde décrit sans complaisance. Avec Watchmen, Alan Moore sera le premier scénariste de comic a recevoir le Prix Hugo (le plus prestigieux prix littéraire concernant la science-fiction). Suivra Killing Joke, qui, avec le Dark Knight Retourns de Franck Miller, donnera un peu de relief au trop manichéen personnage de Batman.

En 1999 tous ses succès permirent à Alan Moore (après un procès qu’il gagna contre DC Comics) de lancé sa propre maison d’édition : ABC (America’s Best Comics). Et c’est là qu’il crée Promethea, Tom Strong, Top Ten et... The League of Extraordinary.

Avec Alan Moore la littérature populaire et le comic ne font plus qu’un. N’hésitant pas à politiser ses récits, il utilise habilement l’uchronie, la science-fiction et le fantastique pour faire apparaître des tares dont le XIXe siècle n’a pas le monopole : le colonialisme, le racisme, développement des armes de destruction massive, etc.

The League of Extraordinary n’est pas la seule œuvre de Alan Moore adaptée au cinéma. From Hell (un "roman graphique", plus qu’une BD), qui à travers l’histoire de Jack l’Éventreur, permet au scénariste de faire le portrait critique de multiples couches de la société victorienne.

Le 8 octobre "La Ligue des Gentlemen Extraordinaires" arrivait en tête du box-office français de la semaine avec plus 450 000 entrées sur Paris. Les héros de la littérature populaires n’ont pas été boudés par les spectateurs. La critique critique, Sean Connery est de retour et le film spectaculaire.


 
 
 
Forum lié à cet article

 
 
Les derniers articles
 
Thèmes