Charby est mort

Charby est mort

Jacques Charby vient de mourir. Son nom n’évoque sans doute rien pour la majorité des Algériens, pas plus que celui de Francis Jeanson, voire celui de Frantz Fanon. C’est un constat choquant. Ils font en effet partie de notre mémoire. Il s’agit d’acteurs importants de la lutte de libération algérienne. Jacques faisait ainsi partie du réseau des « porteurs de valises », ces militants français anticolonialistes qui ne se satisfaisaient pas de la condamnation morale du colonialisme et étaient passés de l’« autre côté de la barrière » en apportant leur soutien au FLN. Jacques a payé cet engagement d’une condamnation à une peine de prison de dix ans.

Dans la vie, il était comédien et réalisateur. On lui doit le premier film de l’Algérie indépendante « Une si jeune paix », un film à la fois radieux et poignant. De plus, la performance d’un des jeunes acteurs donne un relief particulier à cette oeuvre et participe de sa dimension tragique.

Lire la suite en ligne : >>> Le quotidien d’Oran