OGM, la loi du plus fort

1) Concernant le projet de loi gouvernemental sur la dissémination des OGM qui devrait être prochainement soumis au Parlement, plusieurs ONG (Greenpeace, les Amis de la Terre, France Nature Environnement) sont unanimes à dénoncer le renforcement de l’opacité, notamment par la confidentialité des analyses toxicologiques. L’Etat a apparemment choisi de faire fi du principe de précaution et du principe du "pollueur-payeur", et ce déni exonèrera de fait les entreprises titulaires des brevets puisqu’ aucun régime de responsabilité n’est prévu à leur charge. Comme ce fut déjà le cas avec l’Amiante, les conditions sont réunies pour que les risques soient à la charge de la collectivité alors que les entreprises qui génèrent ces risques auront pour seule préoccupation un retour sur investissement aussi rapide que possible. La prochaine étape sera vraisemblablement l’instauration d’un seuil légal de contamination qui banaliserait la dissémination des OGM. On voit mal comment l’agriculture non OGM, et tout particulièrement l’Agriculture Biologique, pourraient résister face à un tel arsenal juridique.

2) L’ Etat régularise précipitamment la multinationale CARGILL, dont une usine est installée dans le port de BREST, est autorisée, après avoir longuement fonctionné dans l’illégalité, à doubler sa capacité de production d’aliments pour animaux, dont une grande partie à base d’OGM, au mépris complet du droit et de la sécurité sanitaire des citoyens. La Fédération FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT a décidé de saisir les tribunaux. Voir www.fne.asso.fr

Lire la suite en ligne : >>> FNE

 
 
Les derniers articles