Fabriquer l’Islamophobie, attaquer la laïcité, fabriquer le consentement

Fabriquer l’Islamophobie, attaquer la laïcité, fabriquer le consentement

Préparer la guerre, une démarche structurée en trois étapes : Fabriquer l’Islamophobie, attaquer la laïcité, fabriquer le consentement.

Si le savoir est attaché au passé, la sagesse appartient à l’avenir. Le savoir et la sagesse sont indissociables l’un de l’autre. La connaissance historique ou le rappel de ces connaissances que l’on arrive à faire oublier est essentiel à l’exercice de la liberté de pensée de chacun.

Pour envahir l’Iran en particulier, et s’arroger les réserves de pétrole de manière générale avec sinon le soutien inconditionnel des populations occidentales, au moins leur passivité voire une certaine « compréhension », il a été indispensable pour chacun des gouvernements de mettre en place une stratégie globale de fabrication du consentement.

Comment justifier l’injustifiable qui est ni plus ni moins qu’une « néo-colonisation » des pays producteurs de pétrole afin de maintenir notre système économique à bout de souffle sous « oil » perfusion ? Comment justifier nos guerres immorales et amorales pour s’approprier et contrôler les ressources des autres ou défaut appartenant au « patrimoine » de l’humanité ?

Peut-on légitimer un tel vol global dont nous sommes tous complices si les peuples et nations souveraines que nous attaquons sont « gentils », « amicaux » ou encore relativement pacifiques ?

Il est donc indispensable de prouver que l’autre est le « méchant », qu’il représente une menace, qu’il faut faire la guerre à la terreur (G.W. Bush), qu’il faut terroriser les terroristes (C.Pasqua).

Fabriquer le consentement, fabriquer l’adhésion, c’est ni plus ni moins que recourir aux formes bien connues de propagande.

Depuis la décennie 1930-1940, ces techniques d’endoctrinement ont fortement évoluées avec pour objectif de tendre vers la « persuasion obligatoire ». Certains appellent joliment cela la « pensée unique ».

Dès lors nous pouvons nous poser une première question. Est-il possible d’être considéré comme un modéré lorsque le discours véhiculé va à l’encontre de la pensée dominante ?

Afin de décrypter ensemble les évènements commençons donc par une petite leçon « d’autodéfense intellectuelle ».

Qu’est-ce qu’une information ?

On qualifie d’information toute donnée pertinente que le système nerveux central est capable d’interpréter pour se construire une représentation du monde et pour interagir correctement avec lui. L’information, dans ce sens, est basée sur des stimuli sensoriels véhiculés par les nerfs, qui aboutissent à différentes formes de perception. Selon G-B Davis, l’information représente les données transformées sous une forme significative pour la personne qui les reçoit : elle a une valeur pour ses décisions et ses actions. Une information est une mise en forme écrite ou orale d’un fait ou d’un événement avéré et daté. On l’oppose généralement à la publicité, dont le caractère non objectif est avéré, bien que cette dernière puisse cependant véhiculer un message informatif. (Source Wikipédia)

On remarque que l’idée même d’information est intimement liée au concept de perception. Le fait et la perception du fait deviennent quasiment indissociables. Or l’information est présentée comme la Vérité.

Prenons quelques exemples d’actualité.

Le Monde, ainsi, titrait récemment : « Les syndicats cherchent le bras de fer avec le gouvernement ». Inversez la syntaxe et le contenu change du tout au tout : « Le gouvernement cherche le bras de fer avec les syndicats ». Quelle est la vérité quels sont les faits dans ces titres donnés ? Qui provoque qui ? Qui tire le premier ? Le gouvernement avec le CPE entraîne la réaction des syndicats non l’inverse.

Au mois de février 2006, pour un même fait, un avion qui s’écrase voilà deux façons radicalement opposées de le reporter à la connaissance de tous : Pour chacune de ces deux dépêches vous trouverez les liens Internet vous permettant de vérifier par vous-mêmes.

Agence MNA :

Plane carrying Israelis crashes in northern Iraq

TEHRAN, Feb. 19 (MNA) — A small Falcon airplane crashed in northern Iraq near the border with Iran last Thursday, killing all seven or eight people on board, a local source told the Mehr News Agency on Sunday. The plane, which had taken off from an airbase in the Republic of Azerbaijan heading for an unknown destination, crashed in the mountainous Kurdistan region near the Iraq-Iran border, the source said. Three to five of the plane’s passengers were Israelis, the source added, saying there is no detailed information about the cause of the crash or the plane’s mission due to the restrictions U.S. forces introduced in the region. Unofficial reports by some Western media outlets had previously said that a plane carrying German passengers had crashed in northern Iraq.

Le lien internet http://www.mehrnews.com/en/NewsDeta...

Agence Reuters :

SULAIMANIYA, Iraq (Reuters) - A small plane carrying at least four passengers, three of them German, crashed in mountainous northern Iraq on Thursday en route to Iraq from Azerbaijan, U.S. and Iraqi officials said on Friday. "I can confirm it was a civilian plane and that the plane crashed," a spokesman for the U.S. military in Iraq said. Kameran Ahmad, the director of Sulaiymaniya airport, said aviation officials lost contact with the plane on Thursday when it was flying at 8,000 feet in northern Iraq. It was not immediately clear whether any of the passengers or the pilots had survived.

Ahmad told Reuters that he had received an email the day before the plane was due to arrive and that it listed the passengers as four Germans and an Iraqi. "We have no information where the plane fell. The search for it is continuing," Ahmad said, adding there was a snowstorm at the time the plane went missing. "The pilot had had no problems until that point. We called it several times. Contacted Kirkuk base and other alternative airports but nobody had heard from it. We are still looking for it."

Peter McHugh, transportation counselor at the U.S. embassy in Iraq, told Reuters there were three, rather than four Germans on board along with a fourth passenger and two crew. A police spokesman in the southern German state of Bavaria told Reuters that the Cessna plane was carrying three German employees from a company from a town to the north of Munich, along with an Iraqi business partner and two pilots. He said the plane belonged to the company and the passengers were on a business trip. He declined to name the company. The plane flew from Munich to Azerbaijan and was on its way to northern Iraq. Germany’s Foreign Ministry said the plane was en route from Baku to Iraq when it went missing.

Le lien Internet http://today.reuters.com/news/newsA...

Prenons enfin en troisième exemple le scandale de l’Irangate aujourd’hui totalement absent pour ne pas dire occulté de l’histoire officielle. Cet omission historique est parfaitement compréhensible dans la mesure où il semblerait totalement impossible au grand public qu’Israël arme massivement l’Iran alors même que les propos de l’ayatollah Khomeiny ont toujours niés le droit à l’existence même de l’Etat hébreux. Pourtant telle est l’Histoire, de même que le rôle essentiel aussi bien de la France, que des USA dans le développement du programme nucléaire Iranien, regardez sur le lien suivant, la réalité et les faits sont particulièrement cocasses : http://www.societe.com/cgi-bin/list...

L’Irangate est le nom donné au scandale des ventes secrètes d’armes américaines à l’Iran, entre 1985 et 1987. L’amendement Boland, adopté par le Congrès des Etats-Unis en octobre 1984 interdit pour un an tout soutien, direct ou indirect, à des opérations militaires ou paramilitaires menées au Nicaragua. Immédiatement, le directeur de la CIA, Wiliam Casey, et le conseiller national à la Sécurité, Robert McFarlane, s’efforcent de trouver les moyens de poursuivre l’aide apportée à leurs amis nicaraguayens en contournant cette décision. D’aucuns à Washington pensent alors à vendre des armes à l’Iran dont le produit servirait aux contre-révolutionnaires nicaraguayens.

Ils se tournent tout naturellement vers Israël qui, depuis longtemps, livre des armes aussi bien aux contras qu’à l’Iran. En effet, lié aux régimes centro-américains, y compris celui de Somoza, les Israéliens ravitaillent et encadrent la révolution antisandiniste. Simultanément, Israël a pris le parti de l’Iran depuis l’éclatement de la guerre Iran-Irak.

Un accord secret est conclu en 1985. En échange de missiles américains livrés par Jérusalem, les Américains obtiendraient la libération de leurs otages du Liban. En même temps, ils accréditeraient l’idée d’une relève modérée, donc antisoviétique, de l’ayatollah Khomeiny, tout en récupérant des dollars pour leurs amis de la Contra. En septembre 1985, 508 missiles antichars Tow sont livrés. Ils sont suivis en novembre par des missiles antiaériens Hawks. Mais, en contrepartie, un seul otage américain est libéré. Déçu, McFarlane démissionne le 11 décembre 1985.

Cependant, les Israéliens ne sont pas prêts à abandonner la filière iranienne. Début janvier 1986, Amiram Nir, conseiller en contre-terrorisme de Shimon Peres, se rend à Washington. Il est porteur d’un plan susceptible de créer les conditions nécessaires à l’arrivée d’un gouvernement plus modéré en Iran. Le 17 février, Ronald Reagan accepte la proposition d’échanger les otages contre la livraison de 3.000 missiles Tow. Mais, cette fois, les Américains entendent acheminer eux-mêmes les armes à Téhéran. Trois livraisons strictement américaines sont effectuées. Le lieutenant-colonel North participe même en personne à l’une d’entre elles.

C’est alors que le scandale éclate au grand jour. L’affaire éclate lorsqu’un avion américain, plein de matériel destiné aux contras, s’écrase au Nicaragua. Le pilote, récupéré par les sandinistes, dénonce toute l’affaire. Le 3 novembre 1986, l’hebdomadaire libanais pro-syrien, Al Shiraa, raconte le voyage de McFairlane à Téhéran. Le 25 novembre, Ronald Reagan, tout en niant avoir été informé de cette affaire, annonce le licenciement de Pointdexter et North. La commission Tower est chargée de faire toute la lumière sur ces évènements. Le scandale de l’Irangate porte sur trois volets :

- ces ventes d’armes contredisent la politique officielle des Etats-Unis vis-à-vis de l’Iran.
- elles s’effectuent hors du processus institutionnel normal et en violation de la Constitution ainsi que des lois et règlements prévalant aux Etats-Unis.
- en violation des décisions du Congrès, ces ventes d’armes ont permis de transférer illégalement un total de 30 à 50 millions de dollars non seulement aux guérilleros nicaraguayens, mais aussi aux afghans et peut-être même aux angolais.

L’audition du rapport Tower s’éternise pendant des mois, mais il n’en ressort rien de concret. Au contraire de Richard Nixon, déchu par le Watergate, Reagan sort pratiquement indemne de l’Irangate. George Bush, vice-président, compromis lui aussi dans cette extraordinaire accumulation de forfaitures, n’en est pas moins élu, en novembre 1988, à la présidence des Etats-Unis.

Nous pourrions multiplier à l’infini ce type d’exemples. L’objectif était juste de démontrer que la véracité et l’objectivité des faits est toute relative, bref une première leçon« d’autodéfense intellectuelle ». Volontairement nous ne traiterons pas des raisons et des mobiles des médias car c’est un sujet autre et qui nécessiterait une étude complète à lui tout seul. Mais revenons à la « fabrication du consentement ».

1) Fabriquer le consentement :

C’est de ne pas poser les questions essentielles. Par exemple pourquoi ne se demande-t-on jamais qui est propriétaire et de quoi, ou qui décide et de quoi, ou encore quelles sont les responsabilités, qui fournit les armes et à qui ? Ces questions doivent évidemment rester dans l’ombre ; les évoquer serait indélicat.

Donald Rusmfeld détient les brevets du Tamiflu, étrange. La famille Bush est intimement liée à la famille Ben Laden, attention terrain glissant, mais c’est un fait me direz-vous, attention vous croyez à la théorie du complot vous répondra t-on !

Le libéralisme sauvage actuel n’est pas une solution, attention vous êtes un affreux communiste, de même que Peyrelevade ou Artus dont les ouvrages vont clairement dans le sens de « l’autodestruction » du système capitaliste !

C’est pour cela qu’il est souvent difficile de connaître qu’elle est l’histoire d’un problème, quelle est la cause ou les causes à l’oeuvre. Bien sûr il est alors encore plus difficile de savoir qui est sous la dépendance de qui et pourquoi. Il ne reste alors qu’à s’en remettre aux clichés, aux explications religieuses ou à ceux à qui le spectacle permet de "donner l’impression de savoir". Le règne des images, la grande visibilité permet de camoufler toutes ces questions, de masquer la fuite en avant qui caractérise nos sociétés.

2) La fabrication de l’islamophobie :

Quel crime, oser écrire que l’Islamophobie est fabriquée, alors qu’ILS posent des bombes, qu’ILS brûlent nos drapeaux à cause de quelques dessins, alors qu’ILS prônent le djihad et la guerre sainte, alors qu’ILS viennent d’élire le Hamas en Palestine, qu’ILS ont par leur vote mis un « extrémiste » à la tête de l’Iran, alors qu’ILS ont fait exploser les Twin Towers, alors qu’ILS ont fait les émeutes en banlieues et qu’ILS ont brûlé nos voitures et qu’ILS martyrisent et terrorisent leurs femmes qu’ILS emprisonnent sous des Tchadors voir pire.

Voilà les faits me direz-vous.

Et je vous dirais que oui tels sont les faits. Indéniablement. Indiscutablement. Indubitablement.

De même qu’il y a d’autres faits sur lesquels il n’y a aucune focalisation. Des faits encore pire dont on ne parle pas ou tellement peu. Prenons l’exemple de la place de la femme dans la société musulmane ou comment focaliser l’attention du bon français moyen de souche sur un sujet prouvant à quel point cette religion (l’Islam) et ses représentants (les musulmans, les arabes) sont archaïques pour ne pas dire sauvages.

Quels sont ces autres faits qui pourraient être pire sur la condition des femmes ? Après tout pourrait-il y avoir pire que l’Islam « sauvage » et « barbare » ? Impossible me direz-vous ? Et si je vous disais qu’aujourd’hui en mars 2006 :

- L’Inde, un pays démocratique et fort, un partenaire solide auquel G.W. Bush veut donner la technologie nucléaire manquante massacre quasiment systématiquement les filles avant leur naissance c’est-à-dire avant qu’elles ne puissent devenir un jour une femme. Quel chiffre ? Environ 500 000 fœtus de fille sont ainsi supprimés tous les ans pour la simple raison qu’il s’agit de fille. Je pense dès lors qu’il est inutile de détailler plus précisément la place de la femme dans la société indienne en 2006. Pourtant les indiens lorsqu’ils ne cherchent pas à racheter Arcelor sont-ils considérés comme des sauvages ?

Les musulmans tuent-ils massivement et sous forme de génocide médical organisé leurs enfants à naître ? Pour an savoir plus suivez le lien suivant. Enfin il en est exactement de même en Chine, avec des conséquences absolument dramatiques sur l’équilibre même de la société chinoise ou il n’y a plus assez de femmes. Ce phénomène y est de plus grande ampleur qu’en Inde en raison de la politique chinoise de l’enfant unique. Les chinois sont-ils des barbares ? http://sciences.nouvelobs.com/sci_2...

- Aujourd’hui en France, il est possible de forcer une fillette de 12 ans à épouser un homme de 40, la polygamie est légale. Ou commence la pédophilie ? Epouser une fillette de 12 ans n’est-ce pas une forme de pédophilie ? Pas en France me direz-vous. Si. En France, aujourd’hui en 2006 dans le Département de Mayotte cela est légal, autorisée par notre gouvernement, par nos ministres par notre République. Serions-nous donc aussi sauvages et barbares que les musulmans ?
- Les USA veulent supprimer le droit à l’avortement pour des raisons uniquement religieuses. Les Pro-life, qui vont jusqu’à assassiner, menacer certains médecin ou certaines associations et femmes sont-ils pour autant considérés comme des arriérés, des barbares chez qui toute raison s’est éteinte ?

Encore une fois, nous pourrions faire une liste quasiment illimitée, nous n’avons pas parlé de l’excision qui n’est pas une tradition de l’Islam, mais de certaines peuplades d’Afrique, etc. Alors comment se fait-il qu’il y ait ce deux poids deux mesure dans le traitement de l’information qui est indéniable et qui n’atténue en rien l’horreur des massacres commis au nom de l’Islam.

Et si par honnêteté intellectuelle nous nous demandions si cela a toujours été le cas ? Quelle est l’histoire ? La vraie, pas forcément celle à laquelle vous voulez croire ? Comment on est-on arrivé à ces faits ou plus précisément à cette présentation des faits confinant presque au matraquage permanent ?

Je vais me permettre une petite digression rapide.

L’économie mondiale est basée sur le libéralisme et ç’est le système économique qui marche le mieux. « C’est le sens de l’histoire », c’est la mondialisation, on a pas le choix, il faut s’adapter (les salariés, pas les patrons !) etc. Mais est-ce que l’économie a toujours fonctionnée de cette façon là ? Les prix des loyers étaient-ils libres en 1986 ? Les banques étaient-elles privées en 1985 ? L’économie n’était-elle pas en grande partie « administrée » jusqu’en 1990 ? Combien y avait-il de chômeurs en 1985 ? Plus ou moins qu’aujourd’hui ? Beaucoup, beaucoup moins. Alors quel était le système le plus performant pour les populations ? Corollaire à cette question quel était le système le plus avantageux pour les actionnaires et certaines classes dirigeantes ? Gênant non ? Pourtant ce ne sont là que des faits dont on a même réussi à effacer de leur mémoire les personnes qui ont vécues ces périodes.

C’est ce type d’approche qu’il convient d’avoir maintenant pour comprendre que l’Islamophobie a été fabriquée. Il faut conforter dans les peurs, pour mieux réconforter ensuite.

La rencontre de l’occident avec l’Islam s’inscrit dans un discours visuel à travers les médias au sens large et repose sur 3 paradigmes :
- les médias sont le reflet réel de la vérité. Les médias disent la vérité et s’autolégitiment
- les médias sont forcément le miroir exact de la société
- la réalité « auto réalisatrice » est créée par les médias mêmes si ceux-ci construisent une réalité assez lointaine de la vérité.

Si l’on y réfléchi, les faits n’existent pas ou peu en eux-mêmes en dehors du regard que l’on y porte. Depuis plusieurs années, les médias islamisent systématiquement les enjeux et les débats menant à une islamisation de nos regards. Qu’est-ce que l’Islam ? Comment le définir ? Qui peut le définir ? Les musulmans eux-mêmes ? Non, les catégories descriptives de l’Islam sont exogènes et non endogènes c’est-à-dire qu’elles nous sont données par le « pouvoir » médiatique occidental par définition extérieur au monde musulman. Dire cela ne signifie pas que les typologies qui nous sont indiquées sont fausses, c’est simplement un fait dont il faut être conscient.

Il convient de remarquer également que la montée de l’Islamophobie, a son agenda calqué sur l’agenda électoral (pour le cas de la France). Ce qui amène forcément à s’interroger sur la proximité entre les pouvoirs médiatiques, politiques et économiques.

Effectuons maintenant un bref historique de la sémantique et de la rhétorique concernant ce sujet durant ces 40 dernières années.

Dans les années 60, l’économie manque cruellement de main d’œuvre. Il est donc fait appel de façon massive aux « bras » étrangers, le gouvernement (de droite) ira jusqu’à mettre en place le regroupement familial afin de rendre plus attractif l’immigration en France. A cette époque, on ne parle que de « Travailleur Etranger », ce dernier ne posant pas de problème d’une part parce qu’il est productif et qu’il était là pour travailler, pas pour s’installer, bref, le travailleur étranger ne devait pas rester en France. Arrivent les années 70, la « crise économique » et son cortège de difficultés sociales. Dès lors on a commencé à parler de l’immigration. La crise économique, chômage de masse amènent la question : les immigrés doivent-ils partir ? Chirac déclare sur TF1 « le chômage dans un pays où il y a 900 000 chômeurs et 2 millions d’immigrés n’est pas un problème insoluble ». L’immigré commence alors à être vu selon sa religion. L’Islam qui était secondaire jusqu’à la fin des années 80, est progressivement mis au premier plan. Pourquoi ?

En raison d’abord de l’étonnement des journalistes et la classe politique suscité par la révolution iranienne, puis la découverte que l’immigration n’est plus temporaire mais devient durable. Les travailleurs étrangers des années 60, 70 deviennent des immigrés, des immigrés sans travail, ils deviennent donc un problème.

A propos d’immigrés d’ailleurs, on parle aujourd’hui de la « 2ème génération d’immigrés » qui par définition n’a jamais immigrées. C’est un non sens mais qui amène à la question cruciale suivante « qu’est-ce que l’identité française quand il y a 5 millions d’immigrés ou plus ? ». Enfin, l’arrivée de la gauche au pouvoir dans les années 80 qui se disaient proche des travailleurs étrangers effectue lors du tournant de la rigueur des années 82-84 fait son tournant idéologique. La gauche réfléchit à un retour des immigrés dans leur pays d’origine alors qu’elle avait critiqué pendant 20 ans la droite.

Une autre des conséquences de l’arrivée de la gauche au pouvoir est que la presse qui auparavant était clivée entre gauche et droite voit progressivement ce clivage s’estomper tout au long des années 80 en raison des changements positions/oppositions et de l’instauration d’un certain consensus gauche/droite sur les grandes questions de société dont celle de l’immigration. C’est ce phénomène qui permettra l’émergence de ce que l’on appelle aujourd’hui la « Pensée Unique ».

Il faut donc fermer les frontières, rejeter les nouveaux arrivant et intégrer ceux qui sont déjà là. Là encore la sémantique joue un rôle important. Les immigrés peuvent-ils être intégrés lorsque l’on parle d’intégration. Tout le monde ou presque se prononcera pour l’intégration mais les médias véhiculent à longueur de reportage des images de personnes non intégrées, pour illustrer l’intégration. Encore un paradoxe de l’image.

Mais qu’est ce que l’intégration ? Quelle est la différence entre l’intégration et l’assimilation ? C’est là d’ailleurs un point fondamental.

Dans les années 80, le phénomène SOS RACISME apparaît avec le recul comme ayant été finalement relativement pervers. Non seulement ce mouvement fut un écran à l’observation réelle « touche pas à mon pote » qui n’est ni plus ni moins qu’un discours factice et un « double langage » qui entraînera la mise en place d’une communautarisation des « immigrés » sous couvert d’une religion l’Islam.

Emerge alors la notion de communauté musulmane. Nous sommes en 1989, année ou éclate l’affaire Salman Rushdie et la fatwa de Khomeiny. Chaque « Arabe » de la communauté musulmane se doit de prendre position. Entre février et septembre 1989 (Bicentenaire de la Révolution Française), les médias français passent d’un discours défensif (le fameux touche pas à mon pote) à un discours offensif à l’égard de l’Islam. C’est la première affaire des 20 jeunes filles voilées à l’école. Si ce sujet pose de vraies questions et appelle de véritables réponses il n’en reste pas moins que 20 jeunes filles voilées au niveau national représentent un « non sujet » ainsi qu’une statistique non significative.

L’Islamisme change à ce moment là et prend son sens actuel. On rentre alors dans la vision binaire des années 90. Et de « touche pas à mon pote » on bascule « ne touche pas à mon pote musulman modéré ». On assiste alors à un affrontement caricatural entre Islam intégriste et musulmans modérés. Or quel est le critère exact entre un modéré et un intégriste ?

Si l’intégriste est celui qui pose une bombe il n’y a eu en France que 10 intégristes musulmans (ceux responsable des attentats de 1995 dont on sait qu’ils ont été effectués par les GIA pour le compte de l’Iran afin de régler le contentieux EURODIF, voir à ce sujet le lien plus haut sur la SOFIDIF). Alors quelle définition donner à un intégriste et à un modéré ? Est-ce la longueur de la Barbe exprimées en centimètre ?

Finalement cette séparation reste somme toute artificielle. On assiste dès lors à la mise en scène d’une « guerre » à l’intérieur de l’Islam et à la mise en place d’une représentation visuelle.

Le musulman islamiste/intégriste est systématiquement filmé en caméra cachée portant forcément barbe et djellaba. Le musulman modéré est systématiquement présenté comme un expert « de ou en quelque chose », habillé à l’occidental, costumé et cravaté incarnant notre vision de l’assimilation. Si les islamistes sont considérés comme une réalité la représentation du musulman modéré est moins claire moins nette. Mais on aimerait bien pour se rassurer que celui-ci existe. On rentre dans la recherche du musulman idéal, « incarné » par Dalil Boubakeur recteur de la grande mosquée de Paris.

Lors des attentats de 86, le terrorisme n’était pas considéré comme islamique mais comme du terrorisme d’état (derrière lequel se cachait, soit dit en passant, encore une foi l’Iran).

C’est à partir de 1995 que le terrorisme islamique devient la figure centrale de l’Islam et l’immigré la figure centrale des musulmans. Charles Pasqua alors ministre de l’Intérieur et des Cultes déclare « en France, il y a 5 millions de musulmans, 1 million de pratiquants, 50 000 sympathisants, 2000 radicaux » le même Charles Pasqua déclarait dans les années 80, « il faut terroriser les terroriste ».

Philippe De Villiers rajoute récemment « l’Islam est le terreau de l’Islamisme et l’Islamisme est le terreau du terrorisme ». On rentre définitivement, dans une logique sécuritaire où « le potentiel » devient plus important que le « réel ». Avec la logique du risque zéro appliqué à tout, on commence à s’intéresser au « terreau » du terrorisme.

Le JT de 20H, commence toujours pas ce qu’il y a de pire. C’est la logique des médias qui pour vendre du temps disponible à Coca-colas, doit d’abord présenter les mauvaises nouvelles ou les horreurs du monde avant de vous montrer des reportages plus légers jusqu’au dernier ou Madame « Fleur » cultive ses Dahlias, ce qui n’a strictement aucun intérêt informatif mais permet au téléspectateur de « décompresser », de se « désangoisser » afin d’accroître sa réceptivité aux messages publicitaires qui viennent derrières.

A ce titre l’affaire du bagagiste de Roissy est symptomatique. Tout musulman est donc un terroriste potentiel par « amalgame ». Allant à l’encontre de l’idée même d’intégration, les médias nous expliquent que moins le musulman est visible plus il devient dangereux.

VSD titrera à propos de cette affaire « Besseghir un profil lisse ? Inquiétant ! » .

C’est aussi l’affaire du RER D. Il s’agit d’une agression qui n’a pas existé mais qui devient réelle à travers le prisme des médias. TF1 reconstruira l’agression fictive en image de synthèse dans ses différents JT. A la question « Pourquoi vous êtes vous inventé des agresseurs noirs et arabes », la jeune fille et fausse victime répondra aux enquêteurs « parce que c’est toujours eux qui agressent ».

Au passage, il est important de noter que la compassion manifestée lors d’actes antisémites en France est variable et cyclique en fonction des années et des agendas électoraux. De nombreux actes antisémites véritables ne sont jamais médiatisés tandis que certains le seront à outrance en fonction des contextes et des intérêts politiques ou idéologique du moment, jusqu’à inventer le concept novateur d’antisémitisme par « amalgame » ce qui ne veut rien dire et tout dire.

Au niveau international c’est plus la chute du mur de Berlin et l’effondrement de l’Empire soviétique que les attentats du 11 septembre qui vont pousser certains pays à la recherche de nouveaux ennemis.

En France, la césure n’est pas le 11 septembre mais septembre 2002 après l’électrochoc du 21 avril 2002.

De 1987 à 2001 on parle peu de l’Islam. Le 11 septembre 2001 même dans l’immédiat les médias prennent du recul « les musulmans de France n’ont rien à voir dans ces attentats odieux ». Cependant dès début 2002 on assiste à la mise en place de la rhétorique américainedu « Choc des civilisation » soutenue dès la rentrée de septembre 2002 par une véritable mise en scène de ce choc des civilisations, toujours évoqué bien entendu pour mieux l’éviter avec des titres contenant une réponse inversée du type : Le choc des civilisations comment l’éviter ? Titre signifiant implicitement qu’il existe bel et bien.

Les attentats du 11 septembre génère le discours suivant : « la guerre contre le terrorisme c’est la guerre contre la terreur, la guerre contre la terreur c’est la guerre contre l’Islam, c’est la guerre contre les musulmans, c’est donc le choc des civilisations.

Le musulman « modéré » est avant tout une création occidentale. Cette nouvelle « case » créée pour l’occasion n’a été remplie qu’a posteriori. Il y donc eu création de 2 religions : l’Islam et l’Islamisme. Sont-ils comme nous ou pas ? Sont-ils avec ou contre nous ? Dans le choc des civilisations, nous ne demandons ni plus ni moins aux modérés que de faire la guerre avec nous contre les autres.

Certains trouveront la circonstance atténuante aux médias qu’il est difficile de traiter de sujets complexes dans les temps trop courts des reportages. Ce qui fait abstraction de l’angle de traitement de l’information. Vous remarquerez qu’en fin de crise sur un sujet quelconque, les reportages deviennent bien meilleurs mais surtout beaucoup plus neutres. L’affaire Ilan Halimi est exemplaire. Non seulement l’emballement médiatique fut considérable, mais surtout depuis quelques jours les médias commencent à prendre plus de recul dans leur traitement de ce sujet.

Les médias nous enferment dans un système binaire : on se retrouve dans un système « moral dans une logique de jugement. C’est le titre de l’émission « à vous de jugez » qui ne s’intitule volontairement pas « A vous de comprendre ».

Il devient dès lors quasiment impossible de sortir des catégories définies. A tel point que lorsque Georges Frêche déclare que les Harkis sont des « sous-hommes » François Hollande déclarera qu’il faut « relativiser » et « prendre en compte le contexte ». Faut-il relativiser une insulte raciale ? Oui lorsqu’elle s’adresse aux « méchants » « musulmans », « arabes ». Par contre de tel propos seraient absolument inconcevable à l’égard de la communauté juive et à juste titre d’ailleurs.

La conclusion est que oui, finalement, dans l’esprit des masses l’idée que certains sont plus égaux que d’autres fait son chemin, renforcée encore un peu plus par les émeutes en Banlieues qui ont impliquées tout au plus 10 000 jeunes, sur plusieurs millions de musulmans et/ou d’immigrés.

Au même titre que l’Antisémitisme, l’Islamophobie par amalgame est en marche.

3) Attaquer la laïcité :

Seule la laïcité représente une alternative crédible et un obstacle sérieux au concept du « choc des civilisations ». La laïcité c’est mettre le fait religieux dans la sphère privé, c’est la coexistence pacifique de l’ensemble des communautés « religieuse » au sein d’un creuset représenté par une Nation et une république.

Pour faire passer dans l’imaginaire populaire l’idée du choc des civilisations, il est indispensable d’attaquer de front la laïcité et de démontrer qu’elle ne fonctionne plus, qu’elle ne peut plus être un rempart aux extrémismes et aux communautarismes. On attise les religions, les religieux et les extrémismes qui ne demandent que cela, on parle d’échec de l’Ecole (premier lieu d’expression de la laïcité), de discrimination positive attestant ainsi l’idée sous des aspects généreux qu’il y a bien des communautés très différentes, que la laïcité ne fonctionne plus et qu’il faut faire une discrimination mais positive. Non seulement ces deux mots sont incompatibles, mais en plus l’adjectif positif entérine le mot discrimination comme une donnée et une normalité. Enfin, pourquoi le bon vieux français de souche devrait-il se sacrifier sur l’hôtel de la discrimination positive ? Cette question est bien sur légitime, tout le monde se la pose bien que publiquement ce soit politiquement incorrect de l’évoquer. Le Pen 30% en 2007.

Voilà, maintenant que l’immigré musulman fait peur, que l’Arabe lointain est un barbare qui veut vous envahir et vous convertir de force, nous pouvons lui faire la guerre, et massacrer quelques populations civiles pour quelques barils de pétrole. Nous pouvons également aller plus loin en passant des lois liberticides, en clamant haut et fort que pour lutter contre la menace il faut pouvoir tout contrôler et surtout tout le monde. On peut vous demander des papiers d’identités biométriques, créer des fichiers de nos empreintes génétiques, le peuple sera lui-même d’accord au nom de sa propre protection contre un ennemi fabriqué et quasiment illusoire pour se passer la corde autour du cou de sa propre liberté.

Ne vous y trompez pas, la démocratie, par le contre pouvoir populaire qu’elle instaure est l’ultime ennemi et le dernier rempart à l’exploitation organisée des masses par les « grands barons » du système économique et politique.

Ce à quoi nous assistons actuellement n’est-il pas tout simplement l’avènement d’une dictature mondiale ? La guerre éventuelle contre l’Iran n’est-elle pas qu’une étape d’un processus engagé depuis maintenant 20 ans ? Ne faut-il pas se poser sérieusement toutes ces questions aussi gênantes soient-elles ?

Lisons ce résumé de 1984 ( http://fr.wikipedia.org/wiki/1984_(... )en appliquant sa lecture à notre société vous allez voir c’est une invitation à un grand moment.

Le régime en place est une curieuse dégénérescence totalitaire d’un certain « Socialisme anglais » (angsoc). Trucage de l’Histoire Le Parti a la mainmise sur les archives et fait accepter sa propre vérité historique, la truquant si nécessaire, afin de se glorifier ou de se blanchir ; il pratique la désinformation et le lavage de cerveau pour asseoir le régime. Par exemple, si un résultat prévu n’est pas atteint, le Parti détruit les journaux qui parlaient de cet objectif et les remplace par de « nouvelles versions » annonçant des objectifs ou des « anciens » chiffres plus bas, et de cette façon le but « fixé » aura été atteint ; il fait aussi disparaître des personnes qui lui deviennent trop encombrantes et modifie leur passé, ou les fait passer, faux témoignages des intéressés à l’appui, pour des traîtres, des espions et/ou des saboteurs. C’est le principe de la "mutabilité du passé". « Qui détient le passé détient l’avenir »

Télécrans

Chaque domicile est muni d’un télécran, qui diffuse en permanence les messages du Parti, et dont on peut éventuellement réduire le son, mais sans jamais pouvoir couper celui-ci, sauf si l’on appartient au Parti Intérieur (Inner Party). Les télécrans sont par ailleurs réversibles et permettent à la police d’État d’entendre et de voir ce qui se fait dans chaque pièce où on en trouve.

Destruction du sens logique Le sens logique des assujettis au régime est altéré. En novlangue, par exemple, un même mot comme canelangue peut avoir un sens laudatif s’il est appliqué à un membre du Parti ou péjoratif s’il est appliqué à un ennemi du Parti, ou désigné tel. Il devient donc impossible de l’utiliser pour dire du mal d’un membre du Parti, ce qui est le but recherché. La population est abreuvée de slogans comme :
- « La guerre, c’est la paix »
- « La liberté, c’est l’esclavage »
- « L’ignorance, c’est la force »

Bouc émissaire et manifestations de haine collective L’ensemble des maux qui frappent la société est attribué à un opposant, le « Traître Emmanuel Goldstein », dont la description physique ressemble beaucoup à celle de Léon Trotsky (qui s’appelait de son vrai nom Bronstein). Ce traître est l’objet de séances d’hystérie collective obligatoires, appelées les « deux minutes de la haine », au cours desquelles on entend pourtant Goldstein énoncer des idées parfaitement raisonnables, telles que le rétablissement de la liberté de la presse ou la paix immédiate avec l’Eurasia ou l’Estasia. Or la foule est tellement conditionnée que ces sages propos déclenchent la haine attendue.

Mieux : lorsque le héros Winston Smith se procure l’ouvrage subversif de cet opposant, il n’y voit pas de différence significative avec le discours officiel. On comprend donc que Goldstein est lui aussi une création du régime. Il sert simplement de catalyseur à la haine sourde que peut accumuler inconsciemment chaque individu contre le Parti. Cette haine, au lieu de se traduire en révolte, est détournée contre la figure symbolique du "traître". La pression quotidienne et la rancœur accumulée par l’individu opprimé peut ainsi être conjurée en s’extériorisant, sans que cela mette en danger le pouvoir du parti.

Appauvrissement planifié de la langue

La novlangue fait l’objet d’appauvrissements planifiés, le but recherché étant qu’il ne soit bientôt plus possible d’exprimer, ni même d’avoir une pensée considérée comme « subversive » par l’État. À l’époque où est censée se passer le roman, la Novlangue constitue encore une nouveauté, qui coexiste tant bien que mal avec l’anglais classique.

Les enfants menés contre leurs parents

Pour avoir plein pouvoir sur les familles, les enfants sont, très jeunes, transformés en bêtes du parti. Endoctrinés et fanatiques, ils sont encouragés à dénoncer leurs parents sur les moindres fautes les livrant ainsi à la terrible police de la pensée. Elevés parmi l’organisation des espions juniors du parti ils adorent ce dernier ; les enfants sont devenus des monstres, il n’y a pas dans Océania un parent qui ne soit pas dans la terreur continuelle de ses enfants, qui, à un certain âge, se mettent à écouter aux portes cherchant le moindre symptôme de "manque d’orthodoxie".

Alors relisons en détail 1984 de Georges Orwell, livre dont on parle de moins en moins et pour cause. Cet ouvrage, critique de toutes les dictatures n’est-il pas une critique édifiante de nos sociétés ?

Votre cauchemar ne fait que commencer. Bienvenue en 2006. 1984 avec 22 ans de retard.

Good Night and Good Luck

Km.

Notes :

A lire pour en savoir plus :

« L’Islam Imaginaire » de Thomas Deltombe.

http://www.monde-diplomatique.fr/20...

Sous-titré La construction médiatique de l’islamophobie en France, 1975-2005, cet ouvrage analyse de manière rigoureuse et implacable, en trois étapes, trente ans d’archives de télévision française. Certains l’estimeront partisan, mais c’est aussi la qualité du livre d’assumer une posture intellectuelle de rupture avec un discours dominant fabriqué par de soi-disant experts qui entretiennent toutes les confusions possibles entre les questions sociales et les conflits internationaux. Le mythe naît avec la révolution iranienne de 1979, qui vient opportunément recouvrir les changements structurels de la société française, en particulier la place de l’immigration, et le nouvel ordre du monde unilatéralement dominé par les Etats-Unis.

La guerre civile en Algérie, le conflit israélo-palestinien, l’Irak et les attentats du 11-Septembre deviennent autant de champs de bataille, avec pour enjeu la création de toutes pièces d’un nouvel affrontement islam-Occident comme grille d’interprétation du monde. Thomas Deltombe s’attache également à démontrer méthodiquement les connivences médiatiques et politiques dans la fabrication de cet islam ennemi imaginaire - c’est la dimension la plus stimulante et téméraire de l’ouvrage. « Dominer le monde ou sauver la planète » de Noam Chomsky.

http://www.monde-diplomatique.fr/20...

Après une longue mise au placard, l’œuvre de Chomsky recommence à être traduite en français. Du coup, certains se plaignent de la multiplication des textes et de leur caractère parfois répétitif. Ce qui fait toutefois la force de l’auteur, c’est sa capacité d’analyse concrète de divers événements historiques. L’un de ses thèmes de prédilection est l’hypocrisie quasi infinie du discours de légitimation du pouvoir tenu par les médias et les intellectuels, discours qui, derrière chaque guerre et chaque intervention, parvient toujours à trouver un motif noble et, lorsque les choses tournent mal, à considérer qu’il s’agit là d’une « tentative maladroite pour faire le bien » (pour reprendre l’expression d’un commentateur du New York Times au sujet de la guerre du Vietnam).

Dans cet ouvrage, Chomsky passe en revue la politique de Kennedy, aussi agressive que celle de Bush, et qui, lors de la crise des missiles de Cuba, a failli mener le monde à la guerre nucléaire ; il étudie les précédentes « guerres contre le terrorisme », en particulier en Amérique centrale à l’époque de Reagan et les guerres menées par Israël, pour terminer par la politique actuelle de militarisation de l’espace, qui risque de nous entraîner dans une course aux armements sans fin.

De : Tanguy Lemoine mercredi 22 mars 2006

Lire la suite en ligne : >>> lire sur bellaciao.org

 
 
Les derniers articles