Les étudiants en colère !

Jeudi 16 mars, 10h30,

Le discours de Villepin n’a pas du tout convaincu les jeunes visiblement ! Jeudi 16 mars, ils étaient des milliers dans la rue à manifester contre le CPE.

l’Université de Saint-Denis affiche calme et détermination. Pas de barricades hétéroclites, ni d’étudiants déchaînés, mais une grande banderole devant l’entrée « FAC EN GREVE OUVERTE A TOUS ». Dans le hall, la manif de l’après-midi se prépare, plusieurs étudiants peignent des slogans sur de grands draps blancs. « On a tous rendez-vous à 12h30 devant la fac, pour être à 14h à la Place d’Italie ». Djamil, 20 ans, en première année de Science Pô arbore un morceau de tissu rouge,
- 36.1 ko symbole « de tous ceux qui se mobilisent ». « Plus que le CPE, c’est la loi sur l’égalité des chances que l’on rejette ! » affirme Coline, un pinceau à la main. « Cette loi prévoit un retour du travail de nuit à partir de 15 ans, l’apprentissage à 14 ans… C’est une régression inadmissible ! » Fier et complice un prof s’avance et contemple les draps sur le sol, « on me reproche de les avoir encouragé à faire grève mais c’est pas grave ! Allez, faites nous de belles banderoles ! »

- 46.9 ko 14h. Place d’Italie. De toutes les bouches de métro, de toutes les rues, c’est un flot de humain qui se déverse sur la place. Lycéen, étudiants, salariés sont venus manifester leur rejet du Contrat Première Embauche (CPE). « Paris 13 mobilisé ! » s’écrit un étudiant perché sur une bouche de métro. « On restera dans la rue tant que le CPE ne sera pas retiré »
- 43.5 ko s’exclame Sandra, étudiante à Paris 13 (Villetaneuse). Et un autre : « on en a marre de cette société qui n’offre que du chômage ! ». « Le CPE est un contrat raciste, fait uniquement pour les Français ! ». Les dizaines de
- 41.1 ko milliers de manifestants se sont avancés sur l’avenue des Gobelins, bientôt rejoints par un autre flot venant dans le sens opposé. Musiques, chants, cris, les étudiants aujourd’hui étaient plus que jamais déterminés à se faire entendre, et les mégaphones de scander « le CPE c’est la précarité, tous en grève jusqu’au retrait ».

Aurore Jouval

Lire la suite en ligne : >>> Etudiants en colère