La liberté d’expression d’Edgar Morin reconnue par la Cour de Cassation

Voici une bonne nouvelle qui n’est pas une surprise.

La condamnation d’Edgar Morin pour diffamation raciale cassée LE MONDE | 13.07.06 | 17h20 • Mis à jour le 13.07.06 | 17h21

La Cour de cassation a annulé, mercredi 12 juillet, la condamnation pour "diffamation raciale" prononcée en 2005 contre le sociologue Edgar Morin, le député européen Sami Naïr et l’écrivain Danièle Sallenave, qui avaient publié un point de vue intitulé "Israël-Palestine : le cancer" dans Le Monde du 4 juin 2002, ainsi que contre Jean-Marie Colombani, directeur du quotidien.

Deux associations, Avocats sans frontières et France-Israël, avaient engagé des poursuites contre le texte, visant deux passages en particulier.

"On a peine à imaginer qu’une nation de fugitifs, issue du peuple le plus persécuté de l’histoire de l’humanité (...)

Lire la suite en ligne : >>> Le Monde