Divisée, la gauche antilibérale diffère le choix d’un candidat commun

Les antilibéraux se sont séparés dimanche 10 décembre sans parvenir à choisir un candidat unique à la présidentielle de 2007 et ont décidé de consulter à nouveau, sans échéance précise, les plus de 700 collectifs issus du "non" au référendum européen de 2005, afin de surmonter ce "blocage".

Les organisateurs des collectifs ont décidé de demander "leur avis et leurs propositions" aux militants de base dans les collectifs locaux pour "dépasser le blocage actuel et aboutir à un consensus", selon un texte adopté à l’issue de deux jours de débats réunissant un millier de délégués à l’Île Saint-Denis. Les collectifs locaux doivent se revoir dans un "délai raisonnable et suffisamment court", selon le texte adopté.

Le texte ne reprend pas les termes d’une proposition faite par la secrétaire nationale du Parti communiste Marie-George Buffet, qui avait suggéré une nouvelle consultation des collectifs locaux, éventuellement par un vote, dès la semaine prochaine, pour éviter un échec du rassemblement.

"Les modalités des échanges" dans les collectifs et "la façon dont ils seront tranchés" seront discutés lors d’une prochaine réunion des organisations prévue mardi, indique le texte.

Cette décision permet aux collectifs d’éviter l’éclatement qui menaçait en raison de l’insistance du PCF à pousser la candidature de Mme Buffet, arrivée en tête dans quelque 55 % des collectifs, à l’issue d’une première consultation.

Lire la suite en ligne : >>> le monde