Du produit marketing aux marchands de soupe

Préparer des espaces de cerveaux disponibles [1] peut, aussi, permettre d’imposer un certain nombre de modèles, y compris dans le domaine de la politique. C’est ainsi qu’est né celui de la ségolènomania.

Ségolène Royal, qui a choisi le camp de gauche en sortant de l’ENA, sur les conseils avisés de Jacques Attali, est un pur produit du marketing qui s’impose désormais aux français, contraints de choisir entre deux modèles dont la différence peine à émerger.

Sa « mise sur le marché de la politique » ne diffère que très peu de celle des produits de consommation. Après avoir créé le besoin et la nécessité d’avoir une femme candidate, il a fallu en trouver une qui corresponde aux canons définis par les sondages et autres études marketing. Ce fut Madame Royal à qui l’on avait largement préparé le terrain sur les couvertures des grands hebdomadaires à sensation et dans les magazines.

Peu importe désormais ses convictions politiques, peu importe son parcours, peu importe son éventuelle capacité à gérer le pays. Les gourous de la communication sont là pour nous la faire apparaître indispensable à la survie de la démocratie. A tel point que, même Chevènement succombe. Il est vrai que ce rapprochement insolite ne repose que sur un marchandage attribuant une dizaine de circonscriptions aux amis du Ché, dont la sienne ! On appréciera la motivation profonde de l’ancien Ministre de l’Interieur et des Armées, grand donneur de leçons devant l’éternel.

Peu importe les convictions pour réussir en politique. Il est plus payant de se bâtit un plan de carrière et/ou ne pas rechigner à écraser ses amis pour sauver son fief électoral, quitte à s’allier avec ses ennemis d’hier. Une stratégie de marchands de soupe en quelque sorte.

Ceux qui, honnêtes, se battent pour des idées et espèrent changer la société en plaçant l’être humain au coeur des préoccupations sont beaucoup plus combattus, attaqués et salis, y compris par la presse, que ceux qui vendent leur âme au diable. Qui a parlé d’effondrement de la pensée ?

Edito du N° 21 du mensuel Le CITOYEN [1] Déclaration du PDG de TF1

Lire la suite en ligne : >>> René BALME

 
 
Les derniers articles