Sarkozy, danger majeur

Rappel historique - "l’homme providentiel"

En 1933, à la suite d’une élection démocratique, Hitler accédait au pouvoir dans une Allemagne rongée par la crise économique, où les citoyens ordinaires avaient subi un appauvrissement sans précédent à cause d’un chômage massif et d’une inflation galopante, créant dans l’opinion un sentiment d’amertume et le désir d’un changement fort pour remettre l’Allemagne sur la bonne voie.

Hitler était alors perçu comme "l’homme providentiel", le seul ayant l’autorité et la détermination nécessaires. Il bénéficiait du soutien du patronat et des classes aisées, en même temps que d’une partie des classes populaires victimes de la crise. Le danger représenté par Hitler était alors complètement sous-estimé ou ignoré par les médias et par la majorité de "l’intelligentsia".

A l’issue de la seconde guerre mondiale, les Allemands, et dans une moindre mesure les Italiens, ont durablement pris conscience des dangers du fascisme. Mais cette prise de conscience n’a pas eu lieu en France, où le régime fasciste de Vichy pouvait être considéré comme imposé par la défaite et l’occupation, et non véritablement choisi par les Français, alors qu’en réalité, les fascistes représentaient une force politique importante en France pendant les années 30, et le régime de Vichy bénéficiait d’un large soutien populaire. Mais les Français se sont dispensés de faire leur examen de conscience, et la "bête immonde" n’a pas été éradiquée dans les esprits comme en Allemagne. D’où la montée en puissance du Front National et l’actuelle dérive du principal parti de droite (l’UMP) vers l’extrême-droite.

Lire la suite en ligne : >>> STI