Non à ce Dieu là !

Conférence-dialogue donnée par Salah Stétié à Perpignan le 5 avril 2007, dans le cadre du Festival des Musiques sacrées

Dieu habite-t-il le XXIe siècle ? Il me semble que cela fait longtemps très longtemps, que Dieu, de quelque nom qu’on le nomme, n’habite plus la cité des hommes. Il a fui de peur d’être annexé, asservi aux passions médiocres et intéressées de ses créatures qui s’en servent, ainsi que l’ont fait en leur temps les Grecs d’Agamemnon, usant du Cheval de Troie. À l’intérieur du cheval : le grouillement des appétits, les hypocrisies, les armes camouflées ou étalées ostensiblement, la violence aveugle qui n’attend que son heure… Les fils d’Abraham sont à l’avant-garde de cette utilisation abusive de la Divinité. Néo-conservateurs américains, intégristes musulmans (sunnites ou chiites), faucons israéliens, extrémistes palestiniens ou libanais, racistes de tout poil, tous sont à mettre dans le même sac. Dieu, fut-il dit, a créé l’homme à son image ; à voir le train du monde, on peut dire que l’homme le lui rend bien. C’est désormais – dans la majorité des cas – un Dieu violent et rusé, un dieu cruel et irresponsable, un Dieu otage des ambitions des hommes et de leurs calculs exclusivement (et bassement) politiques qu’on présente à notre vénération. À notre dégoût.

Mon propos sera donc inévitablement en partie politique et en parti mystique, car désormais, dans le monde tel qu’on le voit vivre sous nos yeux et du fait de l’interférence réglant désormais les rapports concrets des hommes et le sens qu’ils entendent donner à leur destin spirituel, on voit les gouvernements prendre en compte cette relation inattendue – paradoxale même dans certains cas, ceux d’Etats démocratiques et laïques – et ne pas hésiter à mêler des vues plus ou moins “métaphysiques” à leur gestion des affaires publiques.

Lire la suite

Lire la suite en ligne : >>> Le site officiel de Salah Stétié

 
 
Les derniers articles