Silvia Cattori lance son site personnel

Ces écrits sont l’expression de la souffrance dont je suis témoin. La souffrance d’un peuple frappé par une immense injustice. Victime - non reconnue - d’un Etat qui peut perpétrer impunément des exactions, grâce, notamment, au soutien d’organisations juives qui, depuis 60 ans, désinforment l’opinion, manipulent les faits, dénigrent les Arabes et les musulmans, vilipendent les journalistes et les témoins qui disent des vérités cachées sur Israël, ou encore, interviennent auprès des médias et des politiciens pour faire taire les critiques.

Plus j’avance, plus je constate avec amertume qu’il y a deux mondes séparés qui regardent la même chose mais ne la voient pas avec les mêmes yeux.

D’un côté, des gens simples, humbles, dotés d’une conscience et qui, voyant des armées détruire des pays et des peuples entiers -en Irak en Palestine, en Afghanistan- sont bouleversés et rejettent ces politiques d’agression.

De l’autre, des autorités cyniques - mais aussi des simples citoyens jetés dans la confusion - asservies à Israël et aux Etats-Unis - qui n’entendent pas la voix de la conscience, semblent s’accommoder de ces guerres cruelles et être indifférentes aux souffrances qu’elles génèrent.

Aux pires moments de découragement, c’est au contact des victimes - que j’étais pourtant impuissante à secourir - que j’ai trouvé des êtres qui ont su me réconcilier avec le monde.

Nous avons le devoir de témoigner, nous avons l’obligation de dire non aux crimes commis par des armées contre des gens sans défense.

Internet, malgré ses faiblesses, est pour le moment, un lieu où les protestations peuvent s’exprimer et trouver un large écho. Un espace qui permet, à ceux qui sont solidaires des victimes, de dévoiler des vérités que les médias de grande diffusion ignorent. Un espace aussi qui nous offre parfois la joie de découvrir des trésors insoupçonnés.

Ainsi, au cours de ces dernières années, marquées par des guerres cruelles, nous avons vu apparaître, tout au travers des continents, des gens sincères et désintéressés, qui par le biais d’Internet, se sont mis à agir, à diffuser des informations, à écrire, à traduire des articles, à créer des réseaux, pour dire non à l’ensauvagement du monde.

Je tiens à remercier, Monica, Marcel, Anis, Robert, Beatriz, Patrizia, Claudine, Eric, Juan, Marie, Gyorgia, Agustin, Jean, Jean-Pierre, Elena, Abboud, Henri, Antonio, pour leur constant et indéfectible dévouement.

Les photos du bandeau de la page d’accueil sont du photographe palestinien Alaa Badarneh.

Silvia Cattori

Lire la suite en ligne : >>> silviacattori.net

 
 
Les derniers articles