La découverte dangereuse de Cossiga

Mohamed Salmawy

J’imaginais que la nouvelle allait secouer le pays et que sa publication allait ébranler toute la presse, qu’elle soit nationale, partisane ou indépendante. J’imaginais également que ses retombées se prolongeraient aux registres de l’Histoire pour prouver la véracité de ce qui a été avancé dans le monde arabe sur les événements du 11 septembre.

Cette information confirme que les fameux événements du 11 septembre aux Etats-Unis n’étaient pas tels qu’ils ont été illustrés par les services américains de sécurité. Nous de notre côté, à chaque fois que l’on essayait de les soumettre à l’étude et à la recherche, on était accusé d’être victimes de la théorie du complot.

Voilà l’un des plus importants hommes de politique occidentaux qui fait des déclarations dangereuses sur les événements du 11 septembre. Les voilà publiées dans les détails et sans aucune censure, malgré leurs dangers dans l’un des journaux à grand tirage. L’homme n’est autre que l’ex-président de la République italienne Francesco Cossiga, et le journal est Corriere della Sera.

La crédibilité de Cossiga revient non seulement à son statut d’homme qui jouit d’une grande estime et de respect dans la vie politique italienne, parce qu’il était président de la République. Mais également parce qu’il était l’homme qui a mis à nu ce qui a été appelé plus tard le scandale Gladio, qui a dévoilé que les appareils de sécurité occidentaux, en coordination avec la CIA et sous la supervision de l’Otan étaient les réels auteurs des attentats terroristes des années 1960, 1970 et 1980 du siècle dernier, et qui étaient attribués aux groupes d’opposition.

Lire la suite en ligne : >>> Al Ahram