Je n’ai rien contre Sarkozy

Mais quand il prononce des affirmations tendancieuses sur la religion, je pense humblement qu’il n’est pas dans le rôle que les électeurs qui l’on choisi aimerai le voir oeuvrer.

Je pense, depuis mon île lointaine, qu’il à remporter son élection sur un espoir de changement, de sécurité, de prospérité... Mais pas sur des thèmes conflictuels religieux.

J’en parle tout à fait librement. Ma famille ayant fuit le Bad Wurtemberg, où ils étaient persécutés, à l’issue d’une victoire d’un Maréchal de France durant la Guerre de trente ans pour se réfugier en Alsace, terre catholique. Ils y ont prospéré jusqu’à ce que Bismark décide de réaliser la grande Allemagne. Ils se réfugièrent à Neuilly s/Seine qu’ils reconstruisirent et où il pratiquèrent leur culte, peut-être en croisant les descendants de notre Président.

Aujourd’hui, après avoir été le gentil "goï" d’une charmante compagne pendant douze ans, j’ai un regard amusé sur les comportements médiatiques de Sarkozy. Léon Blum que mon arrière grand père rencontra, et Mendès France ont contribuer à l’édification du pays. Sans avoir besoin de faire appel à la religion ou autres notions sulfureuses.

Alors ira-t-il à Argenteuil coiffé d’un kipa ? Poudre au yeux tout cela, pour détourner l’attention sur de vrais problèmes. J’ai honte d’alimenter le débat par ce billet.

Le Rouget de Lille