Etats-Unis. Le réseau des amis politiques du président mis en cause dans l’affaire Enron.

L’opinion publique américaine exige la clarté et s’inquiète de la fragilité du système de fonds de pension, estimant que le pire dans cette affaire est la perte de leurs économies par les futurs retraités.

La cour des comptes (General Accounting Office) a engagé une procédure judiciaire pour obliger le vice-président Dick Cheney à publier les textes de ses entretiens, l’été dernier, avec les dirigeants d’Enron et de compagnies pétrolières afin d’élaborer une nouvelle stratégie énergétique. Déréglementation, forages de nouvelles zones dans le golfe du Mexique et dans l’Alaska étaient, entre autres, les sujets de ces discrètes conversations.

Mais à la suite des révélations sur les escroqueries, les manipulations, les dommages causés à l’approvisionnement et l’utilisation de l’argent public pour engranger des fortunes, la cour des comptes s’est engagée dans une enquête qui risque de mettre en cause le réseau des amis politiques du PDG d’Enron, qui l’avaient aidé à ratisser le marché. Premiers touchés, les gens de la Maison-Blanche sont presque tous associés de l’empire qui a connu le 2 décembre la plus grande faillite de l’histoire des Etats-Unis.

Lire la suite en ligne : >>> L’Humanité