Sarkozy adoubé par Kissinger à New York

Nicolas Sarkozy a reçu mardi soir à New York le « Prix mondial de l’homme d’Etat 2008 ». Il a été introduit à l’assistance présente par Henry Kissinger, ancien Conseiller à la sécurité nationale et ex-secrétaire d’Etat, qui n’est franchement pas une blanche colombe. Enquête.

Nicolas Sarkozy ne sera pas reparti de New York, où il était en visite officielle lundi et mardi, les mains vides. Le 22 septembre, il a reçu le Prix humanitaire de la Fondation Elie Wiesel qui récompense « des êtres exceptionnels qui ont consacré leur vie à combattre l’indifférence, l’intolérance et l’injustice ». Et le lendemain, c’est la puissante fondation américaine Appeal of conscience (Appel de la conscience) qui, après la chancelière allemande Angela Merkel en 2007, a décerné au président français le « Prix mondial de l’homme d’Etat 2008 ». Cette Ong qui verse dans le dialogue inter-religieux est présidée par un survivant de la Shoah, le rabbin Arthur Schneier, aimable figure de l’establishment conservateur juif américain. Nicolas Sarkozy a reçu son prix lors d’un dîner présidé par Serge Dassault, le propriétaire du Figaro-sénateur UMP de l’Essonne, et a été présenté à l’assistance par Henry Kissinger. Ancien secrétaire d’Etat des présidents Richard Nixon et Gérald Ford et nouveau maître à penser du parti Républicain (il initie actuellement Sarah Palin, la co-listière de McCain à la politique étrangère), Kissinger se révèle un mentor au passé plutôt encombrant.

L’enquête de Bakchich en vidéo

Lire la suite en ligne : >>> bakchich.info