Les inepties dogmatiques de la Commission Européenne

Excellent article de Frédéric Lordon qui a combattu, comme nombre d’entre nous, l’idéologie ultralibérale de feu la Constitution Européenne, néanmoins imposée deux ans plus tard sous les traits à peine déguisés du "Traité Simplifié......", avalisé par les "Représentants du Peuple" en France qui piétinaient là, sans sourciller et sans forcément grande conscience de leur imposture, qui s’essuyaient donc les pieds sur le suffrage universel (.... plus de 53% de Français avaient dit "Non" à cette Constitution néolibérale et antidémocratique.....).

Je pensais être allé au-delà du dégoût pour la chose politique, puisqu’après bien des années, et à la lumière de cette imposture du "Traité Simplifié...", j’avais finalement compris et clairement réalisé qu’effectivement, l’Europe n’était pas une démocratie, ne l’avait jamais été d’ailleurs, tandis que la France n’en était plus vraiment une, et qu’en conséquence, "voter" était un acte devenu inutile, une gesticulation vide de sens, sans impact réel sur la vie de la cité.

Il n’en reste pas moins qu’il est extrêmement réjouissant de lire les très rares esprits libres comme celui de Frédéric Lordon, ces rares voix intelligibles qui percent la seule sphère de l’internet d’un rayon d’intelligence.

Lordon qui explique dans cet article de fond, très complet et très lisible aussi, combien les individus (Commissaires Européens) qui ont été nommés, antidémocratiquement, à la tête de ce machin qu’on appelle l’Europe, ne cessent de s’enfoncer et de s’accrocher aux dogmes du néolibéralisme gravé dans les tables de la loi européenne, loi dont ils seraient les gardiens.

Ainsi, alors même que ce néolibéralisme chéri avec ferveur par les 1% des riches de cette planète s’effondre, au moment même où il faudrait favoriser le crédit pour empêcher que le pire ne se déploie, on entend cette Commission Européenne clamer que tout ceci est illégal, et qu’en vérité, seuls les règlements européens ineptes importent vraiment, et que de fait, le réel, la vraie vie des "citoyens européens" doit se conformer au dogme libéral.

Cette crise mondiale de la finance, et maintenant de l’économie réelle, serait, selon Lordon, une occasion pour les institutions européennes d’être refondues et mises à plat, avec des tables de la loi réécrites, comme l’avait demandé le peuple de France en refusant ce fatras d’inepties un certain jour de mai 2005.

Mais il vaut mieux lire Lordon, pour comprendre dans le détail ce dont sont capables les esprits fébriles et médiocres qui siègent au sommet des institutions bizarres de cette Europe, incapable d’aider et de représenter les citoyens lorsqu’une crise majeure se présente.

Cristobal.

Lire la suite en ligne : >>> Cette Europe-là est irréparable (Frédéric Lordon)