Qui est vraiment ce bon Monsieur Sabeg ?

"Je gouvernerai avec un gouvernement resserré de 15 membres". NS dans "promesses de campagne à l’attention des crétins de France et des cons de Navarre".

Roulements de tambour ...
Nous accueillons aujourd’hui un 40 ème (déjà ? c’est fou ce que le temps passe vite) membre au sein de ce merveilleux gouvernement de bras-cassés. Le sieur Sabeg est appelé. Et il est nommé commissaire à la diversité et à l’égalité des chances.

Voila, voila,
Les milliards, c’est fini, y’a pu un rond,
Alors mini-lui nous pond un ministre par jour.
Il occupe l’espace ...

Je sais, lecteur averti, que tout comme moi, tu t’es dit (un pouillème de seconde) : "Tiens, El Niño veut que tout le monde ait sa chance, c’est peut-être bien. Mais qui est ce bon monsieur Sabeg ?"

On peut légitimement se demander qui est et d’où nous vient le nouveau commissaire. Après tout, des millions de français peuvent avoir leur quotidien bouleversé grâce au gros monsieur.

D’abord on pourrait penser que le gaillard a un long parcours aux côtés de jeunes des cités difficiles. Peut-être est-il même issu d’associations qui œuvrent depuis longtemps pour l’égalité des chances ? Pas comme la Halde, avec l’ancien patron de Renault à sa tête. Bref, une pointure du social.

Hey, tu te crois où, lecteur ? Chez Mickey ?

Non, monsieur le commissaire (entraînez-vous, ça sert de plus en plus, cette expression) tire sa légitimité du fait qu’il soit d’origine algérienne. C’est tout ? Oui, c’est tout. Et il aime pas qu’on lui parle d’intégration : "De toute façon, je ne suis pas candidat. Surtout pas à un secrétariat d’Etat alibi à l’intégration." Yazid Sabeg, 2004

Lire la suite en ligne : >>> Colère et Fatigue