la liberté ne cède rien au désespoir

la liberté ne cède rien au désespoir :

Papa offre- moi une trompette, j’inventerai un son qui voyagera parmi les ondes pour que le Monde entende ce qui se passe ici.
Ce sera ma quête ; demander, que le bruit des avions s’arrête, et les enfants de Gaza ne feront plus pipi au lit.
Penses-tu que le silence du monde, vient du bruit des bombes qui étouffe tous nos cris ? Je leur dirai, il faut vite que ça s’arrête avant que disparaisse toutes nos vies.
Papa je veux faire assez de bruit pour réveiller une fois pour toutes les Nations Unies. Tu sais ce monde de liberté, d’égalité, et de fraternité dont tu m’as tant parlé.
Cette nuit j’ai fait un cauchemar j’ai rêvé de ce que les nazis avaient fait aux juifs et que tu m’as raconté. Aujourd’hui ! qui nous massacre ? J’avoue que je ne comprend plus rien
Mais qu’ avons nous fait de si mal pour qu’on veuille nous enlever de la vie Papa tu crois qu’avec des trompettes, on peut faire tomber les murs
Ils ont construit un mur qui coupe le chemin de mon école.
Puis, l’école, ils l’ont bombardée maintenant ils détruisent nos maisons
J’aimerais tant, que sur nous Palestiniens, le monde change enfin d’avis.
Dis- moi pourquoi papa quand je dis « les juifs nous tuent » tu te mets en colère
tu réponds que c’est la politique d’un état malade devenu fou qui nous tuent
pour occuper toute notre terre, quelle terre papa ? la Palestine ! qui va nous la rendre ?

luis lera

 
 
Les derniers articles