Communique du KOMITÉ PALÉ PÉYI

Communiqué

Le profond mouvement social qui s’est installé en Guadeloupe, dans la dynamique du Lyannaj kont’ pwofitasyon et les événements qui l’ont entouré signifient à tous et à chacun, qu’une perspective inédite et exceptionnelle de l’histoire de notre pays s’est ouverte.

La Guadeloupe a exprimé avec force qu’elle voulait une fois pour toute refuser de se soumettre à la domination des fatalités ordinaires. Cette lutte sociale trouve en elle même, la poétique d’une politique déterminante et c’est à partir de cette énergie là seulement qu’il sera possible pour nous de trouver une place au monde, plutôt que d’acquiescer aux sous-traitances.

Nul ne saurait confisquer, entraver, ni projeter la moindre ombre outrageante sur cet élan qui a pour vocation d’éclore en visions totalement réinventées, jusqu’à nous permettre de parvenir en responsabilité de nous-mêmes.

Inviter au rassemblement, à la consultation populaire, poursuivre dans la dynamique déjà amorcée, soutenir sans ambigüité les engagements en cours, c’est ce qu’il faut poursuivre, l’objectif dont il ne faut à aucun prix se détourner.

Nous appelons le peuple de Guadeloupe, toutes nos forces vives, à refuser une fois encore toute mise en caloge.

Seuls la liberté de l’esprit, l’esprit de liberté, la liberté d’organiser, de raisonner et de déraisonner, doivent tenir la ligne du prolongement de cette crise et la mise en Âœuvre de sa transformation en moment historique.

C’est toute la différence entre « Etats Généraux » » et le « Palé Péyi » déjà en marche.

Baie-Mahault, Guadeloupe le 26 Mars 2009 KOMITÉ PALÉ PÉYI

Gary BERTELY, dirigeant dÂ’entreprise. Bruno CABRERA responsable radio locale, Simone CANIQUITTE, éducatrice. Gérard DELVER écrivain. Chrystelle FORSTIN, Cadre administratif. Claude KICHETA VERITAS syndicaliste, Nicole PLANTIER, Educatrice. Rose-lee RAQUIE, spécialiste coopération Caraïbe. Solange ROCQUE, professionnel de santé.