la crise : les riches deviennent trop cher, que ferons nous d’eux ?

Combien coûte un riche , de 100 à 1000 pauvres en France , et de 1000 à 100 000 pauvres, voir plus, dans les pays pauvres

A qui rapportent les reformes ? Ils ont beau arborer les substantifs de « Républicains / démocratiques » les gouvernements acquis au libéralisme dépense une énergie sans compter pour faire main basse sur nos acquis, privatisant à tour de bras tout ce qui génère du profit. La « substantifique moelle » du capitalisme financier. Comme on s’y attendait déjà, la manne libérale de ce gouvernement n’est pas et ne sera jamais au rendez-vous de la citoyenneté républicaine. Les élections ont servi de mystification de la promesse. Le consensus « populiste » de la classe libérale avec Sarkozy c’est avant tout un chèque en blanc pour permettre à cet apprenti sorcier de jouer les prolongations, dans la grande entreprise de démolition sociale. La démocratie nous file entre les doigts. Que nous reste-t-il de la République ? Trois slogans sur les frontons de nos hôtels de villes : Liberté, Egalité, Fraternité, trois préceptes orphelins de réalité et de sens, il y a aussi la « Marseillaise » flamboyante dans son archaïsme traditionnel, et le drapeau tricolore bien compromis dans nos guerres coloniales, ce sont là les derniers oripeaux des illusions qui continuent a doper l’opinion. Les travailleurs, les chômeurs ,et les précaires contrairement aux patrons qui usurpent l’économie et le pouvoir politique , sont les héritiers de la révolution, des droits de l’Homme et de la république sociale, nous aspirons tous à sortir de ce monde de damnés. Et voilà qu’aujourd’hui s’installe la crainte de perdre ce que nous n’avons déjà plus, qu’adviendra-t-il de nous si nous « acceptons » toujours un peu plus de contrôle , de notre naissance à notre mort. Toujours plus de mutuelles et d’assurances jusqu’à gâcher les plaisirs de nos sens , nos goûts nos couleurs, les bruits les odeurs, l’ivresse de la paresse ?

Une république où le bien commun primerait sur l’intérêt particulier.

Ce que nous savons déjà, mais peut être oublié c’est d’unir nos convictions d’appartenance à un milieu social à une classe , à son sens critique, son l’histoire, ses cultures et à ses traditions de lutte. Arrêtons et abolissons ce cirque de réformes qui transforme nos acquis en pur perte pour nous et pour eux en pur profit. Une autre France un autre monde est possible à condition d’étendre le « tous ensemble » des solidarités constructives, dans une configuration qui rassemblerait toutes les forces qui se positionneraient sur une politique de gauche* à aspiration philosophique anti-raciste, révolutionnaire, humaniste, écologiste, libertaires, communistes, socialistes anti-libéraux pour une société sociale à crédo égalitaire où toutes les minorités culturelles, sexuelles, ethniques, politiques, les personnes qui en ont mare de s’en laisser compter d’avantage, mare de dire amen à tout, essayerai de faire contrairement à d’habitude et pour une fois le choix prioritaire et l’ urgence d’une société où les riches ne coûteront plus le prix de nos galères.

luis lera

1 commentaire
  • Cessons, SVP et merci, de mettre démagogiquement en avant les droits de l’homme

    1/ parce qu’on a oublié d’ajouter les articles sur les devoirs. Il n’y a pas de droits sans devoirs collatéraux (et pas seulement après le bénéfice des droits)

    2/ une partie des rédacteurs de la première version a été guillotinés souvent sans crime et surtout sans respect de ses droits, ce qui laisserait à penser qu’au moins les survivants, parfois pour quelques jours seulement, n’étaient pas si intelligents et fréquentables que cela.

    3/ les rédacteurs de la version dite universelle (dont théoriquement valable pour toutes les planètes habitées dans le vaste Univers), n’étaient pas tous des modèles de vertus

 
 
Les derniers articles