LA SUISSE N’EST PAS UNE ANOMALIE

par K. Selim

Il faut rassurer les banquiers suisses :

l’argent des Arabes, qui n’a pas d’odeur même s’il peut être sale, continuera à venir. Les blanchisseries suisses restent quand même bien cotées chez les fortunés arabes, avec ou sans minaret. Seule la Libye, qui a déjà retiré ses fonds des banques suisses à la suite de l’arrestation d’un des fils du Guide, sera confortée dans son attitude peu amène à l’égard des Suisses.

« Faut-il interdire les minarets ? » était bien entendu une fausse question. Les électeurs à la « votation » suisse l’ont bien compris et ils ont répondu à la vraie question : « Oui, bannissons ceux qui sont trop différents de nous, boutons-les dehors ».

Le minaret n’est qu’un prétexte à l’expression libre d’un sentiment xénophobe et islamophobe devenu totalement banalisé dans toute l’Europe. On est quelque peu déconcerté de voir un quasi-unanimisme des dirigeants européens à considérer que le vote des Suisses n’est pas « politiquement correct », alors que, d’une manière ou d’une autre, ils sont depuis des années les puissants vecteurs d’une islamophobie sans limites.

Les Suisses ont été peut-être trop grossiers, car les mouvements populistes et racistes qui sont derrière le référendum savent l’être. D’autres se sentent sans doute plus malins en organisant un débat sur « l’identité nationale », qui n’est au fond que la version française de la votation suisse. Les musulmans - terme qui, en Europe, s’applique aussi aux incroyants et aux agnostiques à la peau pas trop claire - sont devenus « trop visibles ». Cette visibilité ne découle pas de statuts sociaux que leur envieraient les Européens de souche. C’est une visibilité orchestrée politiquement par un très large spectre des courants politiques en Europe. Quelques femmes qui mettent le voile intégral, et voilà un débat national hystérique qui s’instaure et que l’on quémande immédiatement des lois pour faire rentrer dans les rangs tous les musulmans du coin.

Manifester sa joie à Marseille après la qualification de l’équipe algérienne suscite la même réaction indignée de la part d’Alain Finkielkraut, un des membres les plus agités du bureau politique de la pensée parisienne - auteur d’un célèbre cri de coeur haineux contre l’équipe de France « black-black-black » -, et du vieux raciste Le Pen.

Il ne faut surtout pas croire que les Suisses sont une anomalie dans une Europe tolérante. L’islamophobie est un fonds de commerce que l’on se dispute, ce qui fait craindre que les surenchères soient à venir. Le système, indéniablement démocratique de la « votation suisse », permet aux courants les plus crasseux de faire jouer la fibre de la haine et de la peur. Les musulmans suisses peuvent se passer des minarets mais ils savent au fond qu’on vient de voter contre leur présence même en Suisse. Et que l’on vient de leur dénier la qualité de suisses, même s’ils ont, sur le papier, la nationalité. Il faut donc s’attendre à ce que les racistes de Suisse fassent des émules dans d’autres pays européens.

Mais on peut rassurer les banques suisses, si tant est qu’elles en aient besoin : les richissimes arabes aiment trop bien leur pays et ses banques et la votation xénophobe sera sans conséquence. Par contre, on ne peut promettre aux Suisses que dans le monde islamique, des individus n’auront pas la « violente réaction » de se passer de leur chocolat et de tas de petites choses helvètes.

Lire la suite en ligne : >>> le quotidien d’Oran

3 commentaires
  • LA SUISSE N’EST PAS UNE ANOMALIE 2 décembre 2009 21:25

    Je vous trouve très injuste.

    D’abord, les Suisses ont au contraire fait un pas vers les musulmans en interdisant la construction des minarets. En effet, la Suisse ressemble maintenant à la plupart des pays musulmans qui encadrent très sévèrement la pratique des religions non majoritaires (sans même parler de l’Arabie Saoudite et des Maldives, qui interdisent tout culte non musulman). Puisqu’on ne vous a pas entendu protester contre ces discriminations, ces entraves à la liberté religieuses, c’est donc que vous les approuvez ? Eh bien les Suisses se sont mis au diapason du dar-el-islam.

    Quand à cette islamophobie dont vous semblez vous plaindre, elle ne fait que répondre à l’occidentophobie pratiquée depuis plus d’un demi-siècle maintenant dans les pays musulmans. Que de prêches haineux, que de condamnations du "colonialisme", de l’"impérialisme" des non-musulmans aura-t-il fallu pour que les Occidentaux s’avisent qu’ils étaient haïs par ceux-là même qui s’établissaient chez eux, qui mordaient la main qui les nourrissaient !

    • LA SUISSE N’EST PAS UNE ANOMALIE 9 décembre 2009 15:44, par Tokos

      Je trouve au contraire cet article très juste et pense que ce vote contre les minarets en Suisse équivaut à celui sur le port des signes ostentatoire dans les lieux publics : une diversion pour bouter tout ce qui se rapproche de l’islam hors d’Europe !

      D’abord vous vous servez de l’histoire pour justifier en quelque sorte " un retour de bâton" qui serait dû à des siècles de haine de l’occident, mais qui a commencé ? Connaissez vous l’histoire des croisades ? Je ne vais pas m’étendre sur ce trop long sujet.

      Puisque vous vous plaignez du fait qu’en Arabie Saoudite et dans beaucoup de pays "arabes" on ne peut que pratiquer l’Islam, pourquoi vous accommodez vous de ces dictatures dès que vous y voyez du pétrole ? Pourquoi ne pas demander là bas la démocratie, au risque bien entendu de vous faire totalement éjecter ! Toujours des prétextes et des paravents pour masquer des intentions qui ne trompent plus personne.

      La stratégie occidentale est trop connue : on crée le problème qu’on dit contraire aux valeurs qu’on prétend défendre (on invente un combat contre le communisme, le choc des civilisations, on fabrique l’islamisme qu’on entretient d’ailleurs subtilement, on redéfinit le terrorisme qu’on combat quand ça gène l’expansion économique, culturelle), et ensuite on fabrique des guerres pour rétablir "les droits de l’homme" et j’en passe !

      La réalité est que comme disait Aimé Césaire, l’extrême droite n’a jamais été une incongruité en Europe, mais fait partie intégrante de la culture occidentale ! Le vrai reproche fait à Hitler et à ses idées n’est pas le crime contre l’Homme en soi, mais contre "l’Homme blanc", crime réservés jusqu’à ce moment à tous les autres, et ce d’autant plus que leur peau "est sombre". L’extrême droite ne dérange les bien pensants occidentaux que quand elle s’attaque aux juifs, sinon elle est la bienvenue.

      En ces temps de plus en plus difficiles, la banalisation du nouvel ennemi que sont le musulman, et l’immigration surtout subsaharienne (on aimerait aussi jeter dehors les chinois mais les promesses d’affaires sont trop juteuses) conduit à des pseudos débats nationaux sur "les dangers de ces populations en permanence désignées comme inintégrables de par leur origine", indésirables. Cependant personne ne songe à refuser des capitaux venant de leurs pays !!!!

      Il faut comprendre avec ces référendums et débats sur l’identité nationale que le bon européen est un blanc chrétien (pratiquant ou non) et que les autres doivent rester chez eux ! C’est aussi une diversion contre l’incapacité à trouver des solutions contre le chômage, pour le pouvoir d’achat ! Mais le monde change et les peuples jadis à la périphérie n’entendent plus se laisser détruire par ce système anthropophage. Ne venez pas plus tard vous plaindre de terrorisme lorsque des populations "du monde arabe" s’en prendront à des citoyens identifiés comme occidentaux, (de façon probablement injuste) sans même que les dictatures fabriquées au cautionnées par l’occident puissent y changer grand chose ! Cessez de jouer aux agressés alors qu’en réalité vous êtes les agresseurs !

  • LA SUISSE N’EST PAS UNE ANOMALIE 20 décembre 2009 18:36, par Madjid AIT MOHAMED

    Je ne vois pas pourquoi assile t on l’islam à l’appartenance desq arabes. A mon avis cette religion comme tourtes les autres elles sont univeselles et elles n’ont aucune appartenance.

    Quelle relation peut il y avoir entre la finance,le politique l’appartenance ethnique,la langue et la religion.

    Les chrétiens ortodoxes sont ils tous russes anglais ou grécs ?

    les catoliques sont ils tous italiens ?

    Le fait que cette religion est véhiculée par la langue dite arabe, veut-il dire que tous les musulmans sont arabes ?

    Je suis un musulman et je parle l’arabe de mon pays, mais cela ne fait pas de moi un arabe avec tous le respect que je lui doit.

    Ci dessous mon point de vue exprimé dans facebook au sujet du vote sur les minarets en Suisse

    Madjid Ait Mohamed 9 décembre, à 17:16

    Je ne vois pas pourquoi un tollé ou s’offusquer sur le suffrage exprimé quant à la construction ou non des minarets. La pratique religieuse de l’islam qui est mien, dépend- t -elle de ces édifices d’autant plus que ce n’est pas une exigence théologique ? Ce n’est qu’un emprunt de l’histoire aux Byzantins.

    S’est on demandé pourquoi rejette on la pratique d’autres religions ou la construction d’ édifices d’autres cultes dans certains pays musulmans sans se l’avouer ouvertement ? ( gouvernants et gouvernés). Ce ne sont pas des exemples qui manques. Pour étayer mes dires, je citerai celui de l’algérie, où j’ai assisté personnellement, en tant que démocrate et militant des droits de l’homme, à des condamnations de personnes pour avoir changé de religion en devenant chrétiens ou en mangeant, à l’abri des regards, le ramadan. Il en est de même pour une frange de la population algérienne qui rejette toute autre religion, pensée et coutumes religieuses autre que la sienne. C’est à dire l’islam majoritaire. Quant aux religions minoritaires, elles sont pratiquées par les autochtones d’iscrêtements, à l’abri et sans extorisation de crainte d’être mis au banc de la société.

    Au Soudan, sous prétexte des tenues vestimentaires ne répondant pas aux principes religieux, Mme Loubna a été condamnée à 40 coups de fouet parce qu’elle portait un pantalon.

    Quant au respect de la liberté de conscience, du libre exercice du culte de son choix et de la liberté des droits de l’homme, fussent ils reconnues, théoriquement, je pense qu’avant d’en faire référence il y a lieu de se les appliquer à soi même d’abord.

    C’est malheureux de constater le degré de manipulation religieuse atteint à des fins de politique politicienne. Pourtant notre religion, qu’est l’islam, prône la tolérance, la bonne parole, la liberté de conscience, l’égalité et la liberté dans le respect de celle de tout un chacun. Mais les assoiffés de pouvoir et les incultes jouent au narcissisme religieux en imputant n’importe quoi à cette noble religion