Le front de gauche pour nous faire rêver ?

Edito du N° 34 du Journale Le CITOYEN

mercredi 3 mars 2010 par René Balme

C’est une constante depuis 1981 : aucune élection n’a été gagnée en adhésion avec un programme ou des idées. Les électeurs ont toujours, depuis cette date, voté contre un homme, une femme ou un parti, faisant gagner, de ce fait un candidat qui ne les représentait pas. Ce constat est alarmant. Voter contre, faire de la résistance ou exprimer son désaccord dans les urnes, à défaut de pouvoir adhérer à des idées que l’on partage, ne peut que créer une immense frustration et un dégoût plus ou moins fort de la politique.

Il était temps qu’une nouvelle force politique se construise. Même si elle le fait mal, même si les choses sont particulièrement compliquées, même s’il faut bousculer des décennies d’habitudes, même si....

La constitution du front de Gauche regroupant le Parti Communiste, le Parti de Gauche, la Gauche Unitaire et épaulée, pour les régionales par d’autres mouvements, se veut une alternative crédible à la gauche sociale libérale qui a trahi le peuple de France et qui pactise avec le capital. Ce front de Gauche est porteur de valeurs utopistes que nous avons participé à faire germer au cours des années passées.

Qui aurait cru qu’une formation politique nous rejoigne un jour, en l’affichant haut et fort, dans notre combat pour la décroissance, dans notre lutte pour la gratuité des transports en commun, pour la relocalisation de l’industrie et de l’agriculture ? Qui aurait pensé qu’un jour, l’usage et le mésusage fassent partie de propositions de campagne ? Qui aurait cru que l’utopie soit portée politiquement aussi haut et aussi fort.

Car nous avons besoin d’utopie pour avancer dans un monde qui ne nous offre et n’affiche que le négatif aux pages des journaux et sur les écrans de télé. Cette même utopie que portait Ambroise Croizat lorsqu’il mis en place la Sécurité Sociale. Cette même utopie que portait en lui Marcel PAUL lorsqu’il fit voter la loi sur la nationalisation du gaz et de l’électricité. Cette même utopie portée par celles et ceux qui rédigèrent le programme du Conseil National de la Résistance.

Qui aurait cru 10, 15, 20 ans auparavant que de telles choses seraient possibles ?

Elles le furent. Et cela nous donne une obligation de porter toutes les utopies afin qu’un jour elles soient réalités. 

Le Front de Gauche s’en est saisi, donnons lui les moyens de les concrétiser.

René Balme

Lire la suite en ligne : >>> rene-balme.org

1 commentaire
  • Oui un front de gauche pour nous faire rêver et croire enfin que c’est possible.
    Reste ensuite à ses militants à accepter la différence et à entendre le point de vue de l’autre, renoncer à penser que sans nous l’autre ne serait rien ou plus rien. Reste à sortir de la caricature et des slogans pour construire vraiment ensemble une autre société. Savoir se servir pour les uns et non la rejeter de l’expérience des autres, savoir relier les jeunes et les moins jeunes, savoir faire du collectif et non du clan...